Paris Match Belgique

Au Japon, le ministre de la cybersécurité… n’a jamais utilisé un ordinateur

Yoshitaka Sakurada

Sakurada (gauche) est en poste depuis un peu plus d'un mois. | © JIJI PRESS / AFP

Technologie

Lors d’une conférence de presse, le ministre japonais de la cybersécurité a provoqué la stupéfaction en déclarant n’avoir jamais utilisé d’ordinateur, et en se montrant assez incertain sur la façon d’utiliser une clé USB. 

 

« Depuis l’âge de 25 ans, j’ai donné des instructions à mes employés et à mes secrétaires. Je n’utilise donc pas d’ordinateur moi-même », a déclaré le minsistre japonais Yoshitaka Sakurada, en réponse à une question de l’opposition lors d’une séance de la Chambre basse, avant de se montrer très incertain sur la façon d’utiliser une clé USB. Considérant que ce dernier est âgé de plus de 68 ans, cela peut être compréhensible. Sauf que Sakurada est … Ministre de la cybersécurité. Ces déclarations ont donc provoqué une véritable stupéfaction au sein de l’opposition, ainsi qu’une tempête de critiques sur les réseaux sociaux, rapporte The Guardian.

Lire aussi > Quand le Premier ministre slovaque offre 1 million d’euros, c’est cash

Incroyable

Sakurada est en poste depuis un peu plus d’un mois. Il a été nommé lors d’un un remaniement ministériel suite à la réélection du Premier ministre Shinzo Abe à la tête de son parti politique. « Aujourd’hui, tout directeur de société utilise un PC. Il ne sait même pas ce qu’est une clé USB. Mon Dieu », se désole un citoyen sur Twitter. « Si un pirate informatique cible ce ministre Sakurada, il ne sera pas en mesure de voler des informations. En effet, cela pourrait être le type de sécurité le plus puissant ! » ironise un autre. Au sein de l’opposition, les députés n’étaient pas plus tendres : « Comment une personne qui n’a jamais touché à un ordinateur peut-elle être responsable de la politique de cybersécurité », s’est indigné Masato Imai.

Yoshitaka Sakurada
©  JIJI PRESS / AFP / Japan OUT

Lire aussi > Trump remplace son ministre des Anciens Combattants … par son médecin

Également ministre en charge des jeux olympiques à Tokyo (2020), ce n’est pas la première fois que Sakurada se retrouve sous le feu des critiques. Il a déclaré plus tôt ce mois-ci ignorer l’intention du ministre des sports nord-coréen de participer à une réunion dans la capitale japonaise plus tôt ce mois ci, alors que les officiels du régime sont officiellement interdits de séjour dans le pays. Après la vague de critiques qui s’en était suivie, il avait rapidement rectifié le tir en affirmant qu’il avait en réalité bel et bien été briefé. Mais à côté de ça, il a également énoncé des chiffres largement erronés sur le budget, et affiché une totale ignorance des intentions du comité international olympique vis à vis des athlètes nord-coréens. Un faux départ.

CIM Internet