La misogynie et le harcèlement coûtent cher à Twitter

La misogynie et le harcèlement coûtent cher à Twitter

Twitter

« Nous avons maintenant les données pour appuyer ce que les femmes nous disent depuis longtemps, que Twitter est un endroit où le racisme, la misogynie et l'homophobie peuvent s'épanouir pratiquement sans contrôle ». | © Mark Finn / Unsplash

Technologie

De nombreux témoignages négatifs, dénoncant des cas de misogynie et de harcèlement sur Twitter font chuter l’action en bourse.

 

Selon le média Slate l’action de Twitter a perdu 11% ce jeudi 20 décembre, pour une valeur de 29,29 dollars. La chute du cours faisaitt suite à un rapport qui a accusé l’entreprise d’être « toxique », allant même jusqu’à la traiter d’ « Harvey Weinstein des réseaux sociaux ».

Lire aussi > « Le racisme, la misogynie et l’homophobie » prospèrent sur Twitter, dénonce Amnesty

« Actions non investissables »

Les conclusions de l’étude se basent en grande partie sur un rapport d’Amnesty International. L’organisation de défense des droits de l’homme  a utilisé une intelligence artificielle pour analyser les messages envoyés à un groupe de 778 femmes politiciennes et journalistes aux États-Unis. Résultat : sur un an, 1,1 million de tweets ont été jugés « offensants ou problématiques ». Soit un tweet toutes les 30 secondes. Les femmes de couleur étaient particulièrement visées.

Lire aussi > Sexisme et racisme : Les premiers jours d’Alexandria Ocasio-Cortez au Congrès américain

« Citron suit Twitter depuis des années et quand nous avons lu la dernière publication d’Amnesty International, nous avons tout de suite su que les actions étaient devenues non-investissables et que les annonceurs allaient bientôt être obligés de réexaminer leurs partenariats avec Twitter », cite Slate.

racisme
© Markus Spiske / Unsplash

La société d’investissement Citron Search, fondée par l’analyste Andrew Left, veut prévenir les investisseurs et les annonceurs. « Nous avons maintenant les données pour appuyer ce que les femmes nous disent depuis longtemps, que Twitter est un endroit où le racisme, la misogynie et l’homophobie peuvent s’épanouir pratiquement sans contrôle », a souligné à Slate Milena Marin, chercheuse pour l’organisation.

 

 

 

CIM Internet