Uber dévoile son taxi volant hyper-futuriste

Uber dévoile son taxi volant hyper-futuriste

uber taxi volant

Le "Bell Nexus" est à coup sûr une des nouveautés excitantes du CES 2019. | © Bell Helicopter.

Technologie

Le futur est en marche. Ou plutôt en vol.

À des années lumière de ses soucis légaux en Belgique, l’entreprise californienne Uber a profité du CES 2019 [le plus important salon consacré à l’innovation technologique qui se tient à Las Vegas] pour lever le voile sur un surprenant prototype de taxi volant créé en partenariat avec le groupe Bell Helicopter, nous révèle ce lundi le site spécialisé Wired. Fantasmé depuis un moment déjà par le géant des VTC, qui parie sur une mise en service dés 2023, le taxi des airs devient de plus en plus crédible.

Lire aussi > Vous pouvez désormais vous payer une moto volante

Une vitesse de pointe entre 240 et 320 km/h


Le « Bell Nexus » est un petit avion composé de six hélices inclinables qui offrent à l’appareil un décollage de manière verticale, tel un hélicoptère, ce qui permet à l’engin de pouvoir se poser sur un toit ou un lieu dégagé. Le groupe Bell a précisé que ce nouveau « joujou » disposait d’un moyen de propulsion hybride électrique. Ce qui laisse entendre que le taxi volant serait, à priori, silencieux.

uber taxi volant
© Bell Helicopter.

Comme nous l’explique Wired, l’engin devrait être capable de grimper à une vitesse allant entre 240 et 320 km/h lors de vols compris entre 300 et 600 mètres d’altitude. Ce taxi du futur pas si éloigné pourra contenir jusqu’à cinq personnes, pour une charge totale de 272 kilos.

uber taxi volant
© Bell Helicopter.

Lire aussi > Airbus dévoile « Pop.Up », son premier prototype de voiture volante sans pilote

Uber a par ailleurs indiqué qu’il sera possible de commander des courses via son futur service de transport aérien, Uber Elevate. Des premiers vol d’essai sont notamment prévus à Dallas et Dubai dès 2020. Il aimerait ainsi développer un maillage permettant d’atteindre facilement le toit des villes. Seul bémol : les cadres légaux partout dans le monde, qui ne permettront pas une mise en service d’un clin d’oeil. On ne s’imagine donc pas voler en Uber dans quatre ans. Même s’il n’est pas interdit de rêver.

Mots-clés:
uber taxi volant ces 2019
CIM Internet