Hack the gender gap : Plus de nanas sur Wikipédia

Hack the gender gap : Plus de nanas sur Wikipédia

femmes wikipédia

Sexiste, Wikipédia ? Des initiatives s'organisent pour combler ce wiki-gap. | © Andrew Neel

Technologie

Des Wikithons se mettent en place pour rendre les femmes plus visibles sur Wikipédia. Seulement 17 % des biographies sur l’encyclopédie en ligne sont consacrées à des femmes.

Lorsqu’en 2018 Donna Strickland a obtenu le prix Nobel de physique pour ses travaux sur les lasers, la chercheuse canadienne n’avait pas de page Wikipédia, contrairement à ses deux confrères également primés. Un brouillon de page à son nom avait été soumis pour création, mais il avait ensuite rejeté par un éditeur de l’encyclopédie en ligne. Des exemples de femmes absentes de Wikipédia alors qu’elle devraient être référencées, il y en a beaucoup (trop). Sur le Wikipédia anglophone, 83 % de profils sont des profils d’hommes. Et 90% des contributeurs sont des hommes. Sur base de ce constat, The Wiki Club a décidé d’organiser des « meet-up » pour créer des dizaines de profils de femmes. Et changer le monde une page à la fois.

Lire aussi > Donna Strickland : cela faisait 55 ans qu’une femme n’avait pas remporté un prix Nobel de Physique

Toutes les deux semaines, une dizaine de personnes se réunissent dans le centre de Bruxelles pour combler ce « gender gap » (« fossé de genre »). Et ce mardi 29 janvier se tiendra un véritable « wikithon » intitulé « Hack the gender gap » organisé par BeCentral, un campus digital près de la Gare Centrale. L’event veut créer, en une soirée, un maximum de pages de femmes sur l’encyclopédie collaborative en ligne. Cette action s’inscrit dans un appel à projets gagné par BeCentral qui va lui permettre de développer une plateforme de mentorat, BeMentor, pour soutenir les femmes travaillant dans le secteur des technologies. Parce que dans ce secteur-là aussi les femmes sont sous-représentées.

« Reconnaître le travail des femmes »

Pour Manon Brulard, organisatrice de cet évenement et contactée par Paris Match Belgique, il s’agit de reconnaître enfin le travail des femmes et leur accomplissement professionnel. « La première encyclopédie, L’Encyclopédie des Lumières de Diderot, ne comportait que des hommes. L’histoire est écrite par des hommes, pour des hommes, avec un point de vue masculin. Les femmes sont invisibilisées depuis longtemps ». L’enjeu est de rendre les femmes plus visibles et de valoriser leur travail tout en sortant des stérotypes de genre. Ce type d’évènements permet non seulement d’éviter d’avoir un récit historique biaisé, mais aussi de donner de nouveux modèles. En montrant que des femmes sont de brillantes scientifiques ou des sportives par exemple, on déconstruit des préjugés.

Lire aussi > Programmation : Les femmes derrière le code

En dessinant un nouvel imaginaire collectif avec des personnes de référence, la démarche se veut également dans une dynamique « d’empowerment » des femmes et des petites filles. Mieux, pour Manon Brulard « en participant à ces ateliers, on a un réel sentiment d’accomplissement personnel, et d’appartenance à une communauté. Je me sens toujours super bien d’avoir fait un truc si positif, surtout quand je reçois après un message de remerciement de la personne dont on a contribué au profil. C’est une vraie fome de sororité !  » En remettant les femmes à leur place dans l’histoire, on se sent donc également valorisé(e) dans un groupe à travers la constructon collective d’un savoir. Bref, il y a mille raisons de se mettre à son clavier pour une bonne action accessible à tous.

Un Wikithon féministe pour plus de diversité

Manon Brunard a été inspirée par le travail de la scientifique Jess Wade qui a créé 270 profils Wikipédia de femmes scientifiques contemporaines. Une idée reprise en France par le projet collaboratif ‘Les sans pagEs‘ pour évoquer celles qui n’ont pas (encore) de page Wikipédia à leur nom, et qui en aurait une si elles étaient des hommes. Un problème dont est conscient Wikipédia, qui a d’ailleurs créé l’initiative ‘Women in Red‘ dont le but est de changer les profils wiki des femmes dont la page n’existe pas -en couleur rouge sur la plateforme- pour les transformer en des pages biographiques complètes sur des femmes -de couleur bleue.

Lire aussi > Google Translate ne sera bientôt plus sexiste

Mais éditer sur Wikipédia n’est pas évident, c’est d’ailleurs un autre facteur qui pourrait expliquer l’absence des femmes sur le site.The Wiki Club organise donc ces « meet-up » en groupe, avec au préalable des explications claires et précises sur la procédure, la to-do list, les étapes, et les choses à (ne pas) faire. On n’écrit jamais sur soi-même ni sur une personne que l’on connait par exemple, mais sur une femme qui a fait preuve de talent ou d’engagement. Les informations doivent être toujours bien sourcées, l’écriture doit être intemporelle (« en 2019 » plutôt que « il y a deux semaines ») et adopter un point de vue neutre. Et bien sûr, il faut éviter d’écrire de manière sexiste. Triste exemple, Marie Curie, « femme de », a eu son profil Wikipédia très longtemps joint à celui de son mari. Le génie n’a pas de sexe.

The Wiki Club
The Wiki Club
Mots-clés:
sexisme wikipedia
CIM Internet