Comment Facebook paie des ados pour espionner leurs données et battre ses concurrents

Comment Facebook paie des ados pour espionner leurs données et battre ses concurrents

facebook

Image d'illustration. | © Unsplash / Thought Catalog.

Technologie

D’après le site spécialisé TechCrunch, des jeunes gens laissent leurs données à disposition de Facebook et reçoivent en échange « jusqu’à 20 dollars » chaque mois.

L’affaire va peut-être encore ternir la réputation du géant américain. Après le scandale Cambridge Analytica, la question de l’utilisation des données personnelles par Facebook revient au coeur de l’actualité. D’après le site spécialisé TechCrunch, le réseau social paie des jeunes gens âgés de 13 à 35 ans pour installer son VPN (réseau privé virtuel) Facebook Research sur leur smartphone. La mission de ce petit logiciel ? Aspirer tout ce qui se trouve sur le smartphone et suivre toutes ses activités : messages privés, géolocalisation, crush Tinder et on en passe. Le but de ce projet nommé Atlas n’est autre que de mieux comprendre les usages et défier la concurrence.

Lire aussi > Pour cet ex-employé, Facebook « a un problème avec les Noirs »

Les règles de l’AppStore largement ignorées

Pour ce faire, Facebook a dû « transgresser les règles de l’iOS d’Apple », signale TechCrunch. En effet, d’après l’article très fouillé, Facebook ne passe pas par l’AppStore officiel, l’application d’origine Onavo ayant été bannie par la plateforme. Le réseau social fait télécharger son VPN comme application « bêta » et contourne ainsi l’approbation d’Apple. L’utilisateur laisse alors ses données à disposition de Facebook et reçoit en échange « jusqu’à 20 dollars » chaque mois.

facebook données
© Facebook.

Lire aussi > Tribunal des réseaux : Facebook lance une « cour d’appel » pour les contenus controversés

« Comme de nombreuses entreprises, nous encourageons les gens à participer à des recherches qui nous aident à identifier les choses à améliorer. Étant donné que cette recherche a pour but d’aider Facebook à comprendre leur utilisation des smartphones, nous avons largement fait part du type de données que nous collectons », s’est justifié Facebook auprès de TechCrunch« Nous ne partageons pas ces données en externe et les gens peuvent arrêter de participer à tout moment. » Malgré ces explications, « Facebook a dit qu’il allait fermer définitivement son application sur iOS », ajoute le site.

CIM Internet