Paris Match Belgique

Pour Bill Gates, l’intelligence artificielle est aussi dangereuse que les armes nucléaires

bill gates

L'ancien patron de Microsoft, à Bruxelles en 2017. | © BELGA PHOTO / THIERRY ROGE.

Technologie

Lors d’une conférence donnée à l’université de Stanford, l’un des hommes les plus puissants de la planète avertit : si elle peut contribuer à améliorer la médecine et l’éducation, l’intelligence artificielle contient des risques potentiels pour l’humanité.

Le monsieur sait plutôt de quoi il parle : co-fondateur de Microsoft et créateur du logiciel Windows, l’homme qui s’adonne aujourd’hui à la philanthropie, Bill Gates, n’est autre qu’un pionnier en micro-informatique. Il a cumulé pas moins de treize années au sommet du classement des personnes les plus riches du monde (il est toujours deuxième derrière Jeff Bezos, le boss d’Amazon) et fait figure de pape de la technologie. Au cours d’une « keynote » donnée à l’université de Stanford, aux États-Unis, et dédiée à l’intelligence artificielle, il a déclaré que celle-ci est comparable aux armes atomiques et à l’énergie nucléaire, aussi bien en termes de dangers et de promesses, comme nous l’annonce Vox.

Lire aussi > Les Belges sont en faveur des robots et de l’intelligence artificielle mais s’en méfient aussi

« On a eu les armes atomiques et l’énergie nucléaire, et jusqu’ici tout va bien »

« Le monde n’a presque jamais eu de technologie aussi prometteuse et dangereuse à la fois » telle que l’IA, a-t-il déclaré, avant de poursuivre : « On a eu les armes atomiques et l’énergie nucléaire, et jusqu’ici tout va bien ». Tout va bien si ce n’est que des armes atomiques ont bien été lancées sur les villes d’Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945 … Et que l’énergie nucléaire suscite la controverse, une sortie de celle-ci étant sur les tablettes en Belgique.

Principe de précaution

Une comparaison qui peut sembler exagérée, mais Vox note que les experts vont dans le même sens que le magnat de la technologie. Alors qu’elle est employée majoritairement dans le divertissement, l’IA contient en effet un risque : qu’elle nous échappe des mains et qu’elle mène tout simplement à l’extinction de l’espèce humaine, si l’on ne la manipule pas avec extême précaution. En février 2018, un groupe d’experts internationaux avait sonné l’alarme sur les risques d’une utilisation malveillante de l’intelligence artificielle par « des États voyous, des criminels, des terroristes ».

Lire aussi > Anticiper les crimes grâce l’intelligence artificielle, c’est pour bientôt

Malgré les réserves, Bill Gates insiste durant la « keynote » sur les capacités incroyables de l’IA et fixe trois chantiers dans lesquels elle pourrait grandement contribuer : la santé, la pauvreté mondiale et l’éducation. Des exemples concrets sont déjà à noter et on espère que la technologie pourra aider l’espèce humaine, et animale. Si elle est utilisée avec soin. Un dernier point sur lequel tous les doutes sont permis.

CIM Internet