Paris Match Belgique

Drones, robot… Quand les nouvelles technologies s’attaquent au mystère des pyramides

Image d'illustration. | © Unsplash

Technologie

Depuis 2015, les ingénieurs de ScanPyramids s’appuient sur différents concepts novateurs pour faire évoluer nos connaissances sur ce sujet qui nous fascine tant.

En 2017, la mission franco-égyptienne ScanPyramids frappait fort en identifiant une immense cavité en plein cœur de la pyramide de Khéops, un secret gardé depuis quatre millénaires. Cette découverte a été rendue possible grâce à des technologies toujours plus performantes. Mais pour s’assurer que ces merveilles ô combien fascinantes restent toujours intactes durant les recherches, il faut prendre des pincettes. Dans 20 Minutes, Mehdi Tayoubi, co-directeur de la mission, est revenu sur les pistes envisagées par les ingénieurs.

Être le moins invasif possible

« Il faut dès à présent imaginer des moyens d’exploration minimalement invasive », déclare-t-il.  « Plusieurs prototypes ont été réalisés, notamment un robot quasi opérationnel qui peut entrer dans un trou d’à peu près 3,5 cm, éclairer la zone qui va se trouver derrière, avec des têtes amovibles qu’on peut remplacer soit par des caméras, par des appareils photo ». Autre piste ? Le développement de mini-drones capables de voler en essaim grâce à une intelligence artificielle.

Lire aussi > Les Belges sont en faveur des robots et de l’intelligence artificielle mais s’en méfient aussi

Scanner la roche

Jusqu’ici ScanPyramids s’est notamment appuyé sur une technique méconnue du grand public : la muographie. L’énergie des muons, des particules élémentaires massives (elles sont 200 fois plus imposantes que des électrons), permet de traverser la roche sur des centaines de mètres. Les pyramides sont ainsi scannées et cartographiées pour déceler tous les secrets de leur structure.

C’est comme cela qu’une cavité « grande comme un avion de 200 places » a été découverte il y a maintenant deux ans. Mais il faudra sans doute encore bien des années pour que l’on comprenne exactement comment les sépultures des pharaons ont été érigées. En novembre dernier, la théorie de la rampe droite était relancée grâce à coup de pouce du destin. Pour le plus grand bonheur des égyptologues.

CIM Internet