Cette application qui permet de « prêter vos yeux » aux malvoyants

Cette application qui permet de « prêter vos yeux » aux malvoyants

malvoyant

L'application rencontre un véritable succès. | © Larm Rmah/Unsplash

Technologie

L’application Be My Eyes permet aux personnes malvoyantes de faire appel à la communauté afin de lire une information et, ce, grâce à la caméra du smartphone.

Parfois, les choses qui nous semblent les plus simples peuvent être véritablement difficiles lorsqu’on est malvoyants. Et on ne parle pas d’aller au travail, étudier, faire du sport, faire la fête ou se déplacer. On parle des petites choses qui sont impossible à réaliser sans une paire d’yeux. Quelle est la date de péremption de tel produit ? Est-ce que ce veston est bien celui qui est assorti à mon pantalon de costume ? Où est cet objet que je viens de faire tomber par terre et qui a sans doute roulé dans un coin ? Autant de questions que peuvent se poser les personnes malvoyantes ou aveugles et qui créent des difficultés supplémentaires au quotidien. Face à ce genre de difficulté, leur option est bien souvent de demander à quelqu’un de se déplacer pour les aider. Mais ça, c’était avant que l’application Be My Eyes débarque sur le marché.

Lire aussi > L’exploit d’un navigateur aveugle qui a traversé l’océan Pacifique

« Prêter ses yeux » à travers son smartphone

Le principe est on ne peut plus simple. Il suffit d’installer l’application Be My Eyes sur son smartphone et de préciser si on est malvoyant ou voyant. Bienvenue dans la communauté des yeux aidant des personnes aveugles. En tant que personne aveugle ou malvoyante ayant besoin d’assistance visuelle, il suffit de lancer un appel vidéo en direct à travers l’application. On est alors directement mis en contact avec un volontaire se trouvant n’importe où dans le moned. Cela permet de communiquer directement avec une personne voyante et de résoudre un problème. Le volontaire, quant à lui, guidera la personnes qui l’a appelé : dans quelle direction diriger la caméra, sur quoi se concentrer ou quand allumer la lampe de poche.

« Lorsque vous quittez un train dans une gare plus provinciale et que personne ne le quitte avec vous, c’est un problème. Vous avez une chance sur deux : où se trouvent ces fichues marches qui mènent au hall principal de la gare ? Si vous devez changer de voie et que vous êtes pressé, cela peut réellement poser problème pour une personnes aveugle ou malvoyante », explique Richard qui utilise l’application depuis 2015. En tant que formateur informatique, il voyage beaucoup en Allemagne et utilise l’app Be My Eyes l’aide régulièrement. « Maintenant, je suis capable de résoudre les choses bien plus rapidement qu’avant car l’assistance des personnes voyantes est disponible au bout du doigt ».

Be My Eyes
L’application permet de « prêter ses yeux » le temps de quelques minutes. © Be My Eyes

Du côté des bénévoles, les personnes voyantes donc, il suffit d’attendre un appel de l’application pour répondre à la demande d’une personne malvoyante. Cela peut aller de la description d’objets ou de photos, à trouver un objet qui est tombé par terre, en passant par de l’aide pour faire ses courses, assortir des vêtements, lire des étiquettes, un écran ou un horaire de transports en commun. Cela peut aussi être simplement pour aider à faire la différence entre deux boîtes de conserve ou se repérer dans un espace qu’on ne connait pas, comme une gare. « Par exemple, cette semaine, j’ai aidé une femme aux États-Unis à trier ses vêtements sales des propres en lui disant simplement de quelle couleur étaient ses t-shirts », se réjouit Daniela.

Lire aussi > Malvoyant, il traverse le désert de sel bolivien

Et si on ne veut pas être dérangé par un coup de téléphone de l’application alors qu’on est très occupé ? Il suffit de se déconnecter. Ou de refuser l’appel, il sera rapidement redirigé vers quelqu’un d’autre dans le monde. Mais même une fois que vous faites partie de la communauté des yeux aidant des personnes aveugles, il faudra sans doute du temps avant de recevoir la première sollicitation. En effet, il y a actuellement 16 fois plus de volontaires (plus de deux millions) que de personnes malvoyantes (127 000) sur l’application disponible tout le temps, partout dans le monde.

CIM Internet