Paris Match Belgique

Découverte d’un trou noir qui défie les lois de l’astronomie

quasar trou noir

Vue d'artiste d'un quasar, région compacte entourant un trou noir supermassif. | © HO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP.

Technologie

Le télescope de la Nasa, Hubble, a photographié un nouveau trou noir supermassif dans la constellation du dragon située à 130 années lumières de la Terre. Une découverte qui remet en cause les théories de l’astronomie.

L’espace revêt bien des mystères et il semble que ceux-ci ne sont pas prêts d’être percés. Cette fois, ce sont les trous noirs, sur lesquels les scientifiques semblaient avoir quelques certitudes, qui viennent rebattre les cartes et tout remettre en question.

Lire aussi > La Nasa va envoyer un laser géant dans l’espace

La Nasa dans tous ses états

Le télescope de la Nasa, Hubble, a photographié un nouveau trou noir supermassif au cœur de la galaxie NGC 3147, dans la constellation du dragon située à 130 millions d’années-lumière de la Terre. Une découverte surprenante qui va à l’encontre des lois de l’astronomie selon l’agence spatiale américaine, et qui décontenance quelque peu la science.


Les trous noirs sont des astres qui créent une gravité tellement grande que même la lumière à proximité semble tomber dedans sans jamais pouvoir s’en échapper. Autour, on peut observer une sorte de disque de matière happée par le trou noir, « un disque d’accrétion ». C’est cela qui a interpellé les chercheurs.

Les dynamiques de gaz

L’interrogation porte sur le disque qui encercle le trou noir. En effet dans des galaxies telles que NGC 3147, les trous noirs sont habituellement « sous-alimentés » à cause du manque de gravitation qui les empêche de capter assez de matière. Or en l’espèce le trou noir repéré par la Nasa est entouré de ce disque composé de débris et de gaz, une captation de matière habituellement située dans des galaxies mieux dotées en termes de gravitation.

« Les prédictions de nos modèles actuels concernant les dynamiques de gaz dans des galaxies déficientes ont clairement échoué« , détaille Stefano Bianchi, de l’Université de Rome, auteur de l’étude.

Lire aussi > Dévoilée par la Nasa, cette carte inédite du ciel fait le tour du monde

La découverte fortuite a néanmoins permis à l’équipe de la Nasa de progresser sur un autre sujet, rapporte Le Parisien. Grâce à une fonctionnalité spéciale du télescope Hubble, elle a pu capturer la lumière et examiner l’intérieur du disque. Un moyen de tester deux théories énoncées par Albert Einstein : la théorie de la relativité générale (qui étudie la courbure de l’espace) et celle de la relativité restreinte (la relation entre le temps et l’espace).

CIM Internet