Paris Match Belgique

Avec Neuralink, Elon Musk veut lire dans vos pensées dés l’année prochaine (et ce n’est pas une blague)

neuralink elon musk

Les premiers implants opérés sur des humains devraient être pratiqués fin 2020 selon Elon Musk. | © Neuralink.

Technologie

Le transhumanisme n’est plus un rêve et se rapproche (dangereusement) de la réalité.

Dans la dernière (et hautement qualitative) série de la BBC et HBO, Years and Years – fiction dystopique et anxiogène qui s’imagine le monde bien sombre de ces 15 prochaines années -, le transhumanisme n’est vraiment pas loin et nous semble pourtant encore bien éloigné de notre quotidien. Vous répondrez avant de continuer : mais le transhumanisme c’est quoi au juste ? Pour faire court, ce mouvement de pensée veut un humain amélioré, ou 2.0. si vous préférez, et ce grâce aux découvertes scientifiques et technologiques. Autrement dit : augmenter les capacités physiques et mentales de l’espèce humaine et se rapprocher d’un homme en partie machine. Ce désir n’est peut-être plus si éloigné. C’est en tous cas ce que nous dit Elon Musk, pour qui l’avenir de l’humanité passe par un humain connecté. Connecté jusqu’au cerveau.

Lire aussi > Charles-Edouard Bouée : « L’intelligence artificielle va bouleverser le monde »

De minuscules électrodes implantées dans votre cerveau

Brancher votre cerveau à votre smartphone via un câble USB-C pour qu’il mette par écrit toutes vos pensées, vous nous direz que ce n’est pas prêt d’arriver. Mais le boss de Tesla est d’un autre avis et l’a expliqué avec un brin de surprise ce mardi, en dévoilant son dernier projet baptisé Neuralink. Une initiative au parfum de mystère qui s’avère être logée dans un futur proche, comme nous l’explique The Verge.


L’idée centrale du projet réside dans une puce reliée à notre cerveau via un implant discret (comme dans la photo en tête d’article). À l’intérieur de notre boîte crânienne, des centaines de minuscules électrodes nouvelle génération captent et envoient des signaux, qui seront ensuite décodés, nettoyés ou amplifiés par l’intermédiaire de ce minuscule ordinateur placé derrière notre oreille.

Mi-homme mi-machine

Objectif avoué : améliorer les performances du cerveau humain et faire communiquer celui-ci de manière directe avec la machines. Selon ses dires, le rêve va encore bien plus loin. Il ambitionne, à terme, que l’humain ne fasse plus qu’un avec l’intelligence artificielle. Un côté Terminator qui en fera flipper plus d’un (nous compris). L’intelligence artificielle ne s’arrête plus d’augmenter son emprise sur notre espèce, ces dernières années, et pourrait très bientôt (si l’on en croit le fantasque milliardaire) s’emparer de nos petits cerveaux.

neuralink
Capture d’écran YouTube.

Lire aussi > « L’intelligence artificielle est le plus grand danger qui nous guette »

En laboratoire, les résultats sont là pour valider la puissance de cette technologie. Des rats équipés du système Neuralink ont permis aux équipes d’Elon Musk de récolter dix fois plus de données qu’avec un casque équipé d’électrodes, le système actuel pour capter les signaux émis par notre cerveau. La technologie pourrait améliorer de nombreux dispositifs, tels que les systèmes mis en place pour aider les handicapés, comme le contrôle d’un bras robotisé, ou la capacité à contrôler une souris d’ordinateur par la pensée. Le turfu, pour le meilleur et pour le pire (sûrement) nous tend les bras.

CIM Internet