Paris Match Belgique

Comment Facebook veut relier votre cerveau et les machines

facebook cerveau

Image d'illustration. | © Future Image.

Technologie

« D’ici une dizaine d’années, la capacité à taper directement depuis notre cerveau sera peut-être considérée comme normale », a expliqué la plateforme dans un article en ligne. 

C’est un projet excitant pour les uns, angoissant pour les autres. Une équipe de chercheurs américains financée par Facebook est parvenue à traduire en mots l’activité du cerveau, via des algorithmes, annonce une étude publiée sur Nature Communications (en anglais), mardi 30 juillet. Une étape de plus vers l’ambition partagée par d’autres entreprises, comme celle d’Elon Musk avec son projet Neuralink, de créer un lien direct entre le cerveau humain et les machines.

Lire aussi > Avec Neuralink, Elon Musk veut lire dans vos pensées dés l’année prochaine (et ce n’est pas une blague)

Les scientifiques de l’université californienne UCSF ont réussi à transmettre l’activité des neurones à la machine grâce à des implants. Cette activité est décodée par des algorithmes, dans un contexte déterminé (un choix limité de questions-réponses). À terme, l’ambition serait d’utiliser une méthode moins contraignante que les implants, comme une paire de lunettes à réalité augmentée, équipée de capteurs et contrôlée par la pensée.

Dicter directement depuis notre cerveau

L’étude détaille comment les scientifiques ont réussi à entraîner la machine pour lui faire traduire les signaux reçus via les implants, pendant que les volontaires parlaient à voix haute. Le système d’intelligence artificielle était guidé par un contexte de questions à choix multiple posées aux personnes.

Lire aussi > « L’intelligence artificielle est le plus grand danger qui nous guette »

Les chercheurs espèrent concevoir une interface capable de décoder 100 mots par minute en temps réel, avec un vocabulaire de 1 000 mots et un taux d’erreur inférieur à 17%, d’après Facebook. « D’ici une dizaine d’années, la capacité à taper directement depuis notre cerveau sera peut-être considérée comme normale », a expliqué Facebook dans l’article en ligne. « Il n’y a pas si longtemps, cela relevait de la science-fiction. Maintenant, cette perspective semble atteignable. »

CIM Internet