Paris Match Belgique

« Punchlinettes », le compte Instagram qui combat le sexisme ordinaire avec humour

Image d'illustration. | © Unsplash

Technologie

Actif depuis avril 2019, ce compte Instagram gagne de plus en plus d’abonnées grâce à son sens de la repartie.

C’est un sentiment que l’on connaît tous. Quelques minutes ou quelques heures après une remarque plus ou moins désagréable, voilà que notre cerveau tourne à plein régime : « C’est ça que j’aurais dû lui répondre ! » Et quand la remarque en question était empreinte de sexisme, la frustration est d’autant plus grande. Mais aujourd’hui, « Punchlinettes » est là.

Le « J’aurais dû dire ça », c’est du passé

L’idée de ce compte Instagram aux (presque) 40 000 abonné.es ? « Prendre ta revanche sur le #sexismeordinaire. Et en finir avec le : ‘J’aurai dû dire ça !‘ », annonce Marion, la créatrice. Le tout avec une bonne dose d’humour. On se régale à parcourir ces petites punchlines légères et colorées qui pourront en aider certaines à trouver l’inspiration quand celle-ci a le don de les lâcher.

 

View this post on Instagram

 

*Collège* Aujourd’hui dans la cour de récréation, alors que tu prends ton goûter avec tes amis en échangeant sur les résultats catastrophiques obtenus au contrôle sur Pythagore, Tom, ton camarade de classe, débarque avec un préjugé pas très rationnel… ET BOUM… PUNCHLINE 👊🏿👊🏽👊🏼. Et oui Tom, faut pas dépasser les limites. Et toi, tu lui aurais répondu quoi à ton camarade de classe ?👇🏽 — ⚡️ Est-ce vraiment du sexisme ordinaire ? ⚡️ Oui : Dans ce témoignage, le camarade de classe justifie les mauvais résultats par le genre. Pourtant, de la même façon que le cerveau ne naît pas avec une préférence pour le bleu ou le rose, il ne naît pas non plus avec une préférence les maths ou pour les lettres. Les stéréotypes influencent de manière négative, se mettent en travers les ambitions des jeunes filles et conduisent à des contre-performances. Pourtant, à l’école primaire et au collège, les filles sont meilleures que les garçons en mathématiques, avant de se diriger en masse vers les filières littéraires, inconsciemment guidées par un état de fait. La société de consommation n’aide pas : les magasins de jouets, fortement genrés et quasi bicolores sont bourrés de stéréotypes. On trouvait encore dans les rayons il ya vingt-ans des poupées aux messages pré-enregistrés du type « j’aime le shopping, les maths c’est trop dur ». Mais, savez-vous qui était le plus grand mathématicien de tous les temps selon Einstein ? Réponse : Emmy Noether. Une femme. (Isabelle Régner, directrice du CNRS). Une phrase comme « On n’a pas du tout assuré pour ce contrôle, c’est pas grave, on fera mieux la prochaine fois » aurait été plus appropriée. #injonctions #mathématiques — Pour aller plus loin et lutter contre les #stéréotypes de genre dans la scolarité : 👉🏽 Parents / Enfant : Le livre « Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses » de Catherine Dufour. 👉🏽 Pour les parents : Le livre « Comment l’ambition vient aux filles ? » de Frédérique Cintra. 👉🏽 Pour les enfants (🇬🇧) : Le livre « Women in science » de Rachel Ignotofsky.

A post shared by Punchlinettes (@punchlinettes) on

 

View this post on Instagram

 

Ta cousine Eva qui comprends pas que les rayures c’est stylé car ça donne un air zébré. — Un grand merci à la talentueuse @stickycookiie d’avoir lancé l’initiative #celebratevergeture : un magnifique projet pour encourager le body-positivisme, normaliser les vergetures et favoriser l’acceptation de nos corps et la diversité de ceux-ci à travers une démarche collaborative. Envie de participer ? Publiez vos photos, vos témoignages, vos créations avec le hashtag #celebratevergerture ! — ⚡️ Est-ce vraiment du sexisme ordinaire ? ⚡️ Oui : Dans ce témoignage, la cousine est persuadée qu’une 👩🏽 devrait avoir honte de montrer ses imperfections. Or, ce sentiment est largement incité par les standards de la beauté féminine qui sont véhiculés par la publicité, la mode et les magazines et qui démontrent à eux trois une réalité liftée et entièrement biaisée par l’utilisation de photoshop. Il devient par conséquent facile pour une 👩🏽 de se remettre en question et d’avoir des difficultés à s’accepter au naturel. Le corps est pluriel, divers, protéiforme. Il y a des corps gros, des vieux corps, des corps minces, des corps sculptés de vergetures, de cellulite ou ornés de tatouages. Il est donc important de s’éduquer à comprendre que les corps représentés par les média ne sont pas représentatif de la diversité qu’on voit dans la rue et qu’on ne peut pas exiger ce degré de perfection ni pour soi, ni pour autrui. Il est temps de décomplexer, d’arrêter les jugements et de faire preuve de bienveillance : nos corps ne sont pas parfaits et c’est la vie ! — Pour aller plus loin sur le sujet : 👉🏽 Le compte Instagram de @sarashakeel qui transforme les vergetures en oeuvres d’art. 👉🏽 Le compte Instagram de @zinteta qui s’armer de peinture arc-en-ciel pour briser les tabou des vergetures. 👉🏽 La campagne publicitaire de @Missguided #Makeyourmark pour célébrer toutes les beautés et les imperfections du naturel. #vergetures #Thighreading, #LoveYourLines #BodyPositive #moncorps #jaimemoncorps

A post shared by Punchlinettes (@punchlinettes) on

 

View this post on Instagram

 

Ton mec Léo qui préfère les patates aux pommes de terres. — ⚡️ Est-ce vraiment du sexisme ordinaire ? ⚡️ Non : Il s’agit d’un amalgame. Le féminisme a pour but de lutter contre le système patriarcal. De nombreuses personnes ont peur de s’identifier comme féministes et préfèrent utiliser des termes comme « égalitariste » ou « égalité des genres ». Pourtant, le but du féminisme n’est pas d’affaiblir les 🧔🏽 et de rendre les 👩🏽 supérieures, il vise simplement à une égalité parfaite entre tous les individus, indépendamment de leur genre. Dénigrer le mot « féministe » pose problème car pour combattre les discriminations liées au sexe ou au genre il faut en saisir leurs caractéristiques. De la même façon qu’on ne peut pas combattre le racisme sans pointer du doigt les discriminations liées aux différences de couleur de peau, on ne peut pas lutter contre le patriarcat sans nommer les discriminations liées à la vision négative des choses dites féminines. Le mot « féminisme » illustre même parfaitement le combat en question : un terme étymologiquement associé aux 👩🏽 n’est pas signe de faiblesse et un 🧔🏽 avec des faiblesses n’en est pas moins un 🧔🏽. (Union Féministe d’Assas). — Pour aller plus loin sur le sujet : 👉🏽 Le TED talk « Why we should all be feminists » (pourquoi nous devrions tou.te.s être féministes) de Chimamanda Ngozi Adichie (@chimamanda_adichie) #féminisme #feminisme #feminismes #égalité #feministes #feministe #genre #egalitarisme #egalitefemmehomme

A post shared by Punchlinettes (@punchlinettes) on

 

View this post on Instagram

 

Alerte canicule 🌡🔥 Cet été, n’hésitez pas à remballer les sexistes. Les gros vents, c’est toujours rafraîchissants. 📣 Et toi, tu lui aurais répondu quoi à cet inconnu ? — ⚡️ Est-ce vraiment du sexisme ordinaire ? ⚡️ Oui : Dans ce témoignage, cet inconnu fait une remarque désobligeante érotisant le corps des femmes. Très souvent, les 👩🏽 sont jugées en fonction de ce qu’elles portent : entre la prude et la s*lope, la limite est parfois très fine. Quand il est porté trop court, le vêtement est une invitation sexuelle et fait de vous une fille facile, quand il n’est pas assez long, il fait de vous une prude. Un vêtement n’est jamais porté à la bonne longueur, bien que la longueur d’un tissu sur les membres inférieurs d’une 👩🏽 ne permet pas d’en déduire sa personnalité, ni sa moralité. Une phrase comme « Ça y est il fait chaud, ça devient vraiment compliqué de trouver comment se rafraîchir. » aurait été plus appropriée. Alors on arrête de mesurer la valeurs des 👩🏽 à leurs vêtements et surtout… on n’oublie pas de mettre du déodorant cet été ! — Pour aller plus loin sur le sujet : 👉🏽 Le film « La journée de la jupe » de Jean-Paul Lilienfeld. 👉🏽 Le livre « Ce que soulève la jupe » de Christine Bard. #sexisme #jupe #harcèlement #sexualisation #minijupe #jupecourte #moncorpsmonchoix #feminisme #féminisme #balancetonquoi

A post shared by Punchlinettes (@punchlinettes) on

Lire aussi > Taboob : Les tétons belges qui bravent la pudeur d’Instagram

« Il ne faut pas culpabiliser de n’avoir rien dit », estime pourtant Marion, 26 ans, dans une interview donnée à Neonmag avant de donner quelques conseils. « Une bonne punchline se doit d’être sournoise, ironique et si elle ne fait pas rire celui ou celle à qui elle est destinée, elle doit au moins vous faire rire ainsi que les témoins de la situation », explique-t-elle. Et en cas de panne sèche, on pourra toujours se tourner vers « Punchlinettes ».

CIM Internet