Paris Match Belgique

Fusillade d’El Paso : 8chan, le bastion des discours de haine

el paso

Des citoyens venus rendre hommage aux victimes de la fusillade d'El Paso, le 4 août. | © Mark RALSTON / AFP

Technologie

Après la fusillade d’El Paso, le fondateur de 8chan demande la fermeture de son forum, sur lequel le tireur présumé a publié un manifeste raciste dénonçant « une invasion hispanique du Texas ».

 

Le drame de trop pour 8chan ? C’est sur ce forum en ligne que l’auteur présumé de la fusillade d’El Paso aurait publié son manifeste de revendications, quelques heures avant de tuer 20 personnes dans un hypermarché Wallmart. Selon la police, ce texte dénonce notamment « une invasion hispanique du Texas » et fait référence à la tuerie commise par un suprémaciste blanc dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, le 15 mars dernier.

Créé en 2013, le site n’en est pas à sa première controverse. Rien que ces six derniers mois, 8chan serait impliqué dans trois fusillades de masse : dans les mosquées de Christchurch, dans la synagogue de Poway en Californie et, la dernière, à El Paso, ce samedi. Un malheureux constat qui pousse le fondateur du forum Fredrick Brennan a demandé sa fermeture. « Il n’apporte rien de bon au monde », a-t-il déclaré au New York Times. Tel Frankenstein, sa création a échappé au développeur américain, qui n’a plus aucun lien aujourd’hui avec le site web.

Lire aussi > Sur Twitter, les Américains implorent les autorités de « faire quelque chose » concernant les armes à feu

Le principe de 8chan est simple. Inspiré de 4chan, ce site présente une série de forums, initiés et animés par les utilisateurs. Les sujets de discussion sont variés, allant des débats politiques aux jeux vidéo, en passant par les nouvelles technologies. La ligne éditoriale du site est claire : vive la liberté de parole, indique Le Parisien. Seule condition : respecter la loi américaine, très permissive en matière de liberté d’expression. Sans modération et autorisant l’anonymat, le forum est rapidement devenu une plateforme de partage de contenus racistes, homophobes, misogynes et autres propos haineux. 8chan est également le terrain préféré des amateurs de théories du complot. C’est là d’ailleurs qu’a vu le jour le Pizzagate, ayant fait du tort à Hillary Clinton durant la campagne présidentielle de 2016.

Lire aussi > Rihanna tacle Trump après les fusillades d’El Paso et de Dayton

Après la fusillade d’El Paso, plusieurs utilisateurs du forum ont discuté samedi du massacre et du suspect, beaucoup se référant au tireur présumé comme étant « notre gars » et se réjouissant du nombre de victimes dans cette ville frontalière avec le Mexique, rapporte The Guardian.

Lâché par son hébergeur

La société américaine de sécurité informatique Cloudfare a décidé de lâcher 8chan, après cette énième controverse. Son patron a qualifié le site de « cloaque de haine ». « Nous venons de notifier la fin de nos services à 8chan. Il arrive un moment où cela suffit. Mais ce n’est pas la fin. Nous devons avoir une discussion plus large sur les causes profondes de la haine en ligne », a écrit Matthew Prince sur Twitter. Pour le patron de Cloudfare, la raison de cette décision est simple : « ils se sont eux-mêmes mis hors-la-loi et cette illégalité a provoqué de nombreuses morts tragiques. Même si 8chan peut ne pas avoir violé la lettre de la loi en refusant de modérer sa communauté pleine de haine, il a créé un environnement qui se délecte de violer son esprit. » 

Selon Matthew Prince, Cloudfare n’a pas pris sa décision à la légère. « Nous tolérons, avec répugnance, du contenu que nous trouvons répréhensible mais nous n’admettons pas des plateformes qui ont démontré qu’elles inspirent directement des événements tragiques et se mettent hors-la-loi par construction », a-t-il écrit. « 8chan a franchi cette ligne ».

« La haine en ligne est un vrai problème »

Cesser de fournir des services à 8chan ne permettra pas pour autant de rendre l’internet plus sûr ou de réduire la haine en ligne, a toutefois estimé Matthew Prince. Il y a deux ans, après la mort d’une femme tuée par un néo-nazi lors de violentes manifestations d’extrême droite à Charlottesville en août 2017, Cloudflare avait cessé de fournir ses services à un site néo-nazi, The Daily Stormer.

« Aujourd’hui, le Daily Stormer est toujours disponible et toujours répugnant. Ils se vantent d’avoir plus de lecteurs que jamais. Ils ne sont plus le problème de Cloudflare mais restent le problème de l’internet », écrit le patron du fournisseur de services. « Malheureusement, la décision que nous prenons aujourd’hui ne résoudra pas le problème de la haine en ligne. Il est quasi-certain qu’elle ne parviendra même pas à chasser 8chan d’internet. Mais c’est la bonne chose à faire. La haine en ligne est un vrai problème ».

Une décision de fermeture définitive repose désormais sur les épaules de l’actuel patron de 8chan, Jim Watkins.

CIM Internet