Paris Match Belgique

L’armée américaine prépare un super soldat cyborg qui rejoindra ses rangs (et il est terrifiant)

universal soldier

JCVD n'a qu'à bien se tenir. | © TriStar.

Technologie

Le Pentagone ne veut rien de moins que des soldats dotés d’une vue surhumaine et de muscles augmentés contrôlables à distance. Et bien plus encore.

Depuis l’Antiquité, le dépassement des capacités naturelles de l’être humain a toujours été une préoccupation pour de nombreux États et cités. Et en 2019, les armées de toutes les grandes puissances mondiales explorent les nouvelles technologies d’augmentation des capacités psychologiques et physiques de leurs soldats. Les États-Unis, comme toujours, veulent être bien préparés et se situent à la pointe, nous rappelle Vice dans un long papier.

Lire aussi > Avec Neuralink, Elon Musk veut lire dans vos pensées dés l’année prochaine (et ce n’est pas une blague)

Le Pentagone vient donc de publier un rapport sur les technologies qui devraient être réalisables d’ici 2050 et créer le militaire du futur. Un article de recherche qui détaille quatre différentes technologies transformant la vue, l’ouïe, le contrôle des muscles et créant un lien direct avec le cerveau humain pour un échange de données bidirectionnelles.

Pour des guerres augmentées

Le premier appareil permettrait d’améliorer la vue, en incluant des longueurs d’ondes invisibles à l’œil humain, mais également une capacité de traitement de données, pour l’identification de cibles et le partage d’informations avec d’autres systèmes. Il se présenterait sous la forme d’un implant, soit ajouté par-dessus la rétine, soit en remplacement de l’œil et connecté directement au nerf optique. Ce genre d’implant serait utilisé pour des soldats ayant été blessés à l’œil et pourrait les aider à retrouver la vue.

soldat
© Unsplash.

Le second implant prendrait la forme d’un réseau de capteurs intégrés à même la peau et stimulant directement les nerfs avec des impulsions lumineuses. Ce qui permettrait d’améliorer les performances des soldats et d’éviter automatiquement les dangers en contrôlant directement les muscles. Un tel système pourrait également être utilisé pour se connecter à une interface permettant de suivre la condition physique du soldat et ainsi la réguler.

Contrôler un drône militaire depuis le cerveau

Le rapport suggère également une amélioration de l’ouïe en remplaçant des os de l’oreille moyenne et l’ajout d’implants. Les soldats obtiendraient ainsi non seulement la capacité d’entendre des sons très bas, mais également une protection contre les sons trop forts. Les implants pourront également capter les infrasons et les ultrasons. De plus, ils pourraient se connecter à des appareils externes pour servir de dispositifs de communications secrets. Là encore, ces implants ne seraient destinés qu’à des soldats ayant perdu l’usage de leurs oreilles, mais des avancées technologiques pourraient rendre ce genre d’implant accessible à tous d’ici 2050.

Enfin, le dernier système concerne directement le cerveau. Le rapport parle d’un système non-invasif à base d’électrodes (ou d’implants cérébraux). Le but est ici de contrôler directement différents équipements tels que des drones ou des armes. Par ailleurs, il s’agit d’implants bidirectionnels. Autrement dit, l’opérateur pourra contrôler ces objets par la pensée mais recevra également un retour de ces mêmes appareils.

Lire aussi > « L’intelligence artificielle est le plus grand danger qui nous guette »

Ces technologies d’augmentation des facultés atteignent un niveau qui relève encore de la fiction, même si on s’en rapproche petit à petit. Elon Musk, oui encore lui, veut dés 2020 implanter des éléctrodes dans notre boîte crânienne pour que celle-ci puisse communiquer avec des machines. Objectif ? Contrôler toutes sortes de dispositifs, transcrire nos pensées et caresser le doux rêve de l’intelligence artificielle intégrée à l’être humain.

CIM Internet