Paris Match Belgique

Une application pour lutter contre le cyber-harcèlement

un adolescent sur son téléphone

Pour apporter une aide concrète aux victimes. | © Unsplash/James Sutton

Technologie

Child Focus lance l’application « Cyber Help » pour aider les jeunes en cas de cyber-harcèlement.

Quand la technologie tente de réparer les dégâts qu’elle a elle-même créés. Vendredi, Child Focus a lancé une application destinée à dénoncer les cas de cyber-harcèlement. Son nom ? « Cyber Help ». Cette solution numérique permet aux jeunes d’activer, depuis leur smartphone, une alerte dès la première agression et a pour objectif de déclencher un dispositif et une prise en charge.

L’application, disponible sur AppStore et Google Play, a été développée par l’Université et la ville de Mons tandis que le programme de formation qui permet la mise en place du dispositif a été mis au point par le CREAS (Umons) et la police fédérale (Computer Crime Unit).

Lire aussi > Quand le cyber-harcèlement pousse au suicide : le clip choc qui dénonce

« De plus en plus d’établissements scolaires sont soucieux de s’attaquer au phénomène croissant de harcèlement au sein de leur entité mais jusqu’ici aucune solution efficace n’était mise en place. Le lancement de l’application ‘Cyber Help’ tente d’y remédier », souligne Child Focus qui promeut l’outil.

Concrètement, les élèves sont invités à installer l’application et à cliquer sur une icône qui enclenchera une capture du contenu à l’écran et générera « un mail qui sera transmis aux membres de l’équipe éducative », explique Bruno Humbeeck, psychopédagogue responsable du volet pédagogique. La situation sera alors analysée et la victime contactée pour mettre sur pied des solutions. De plus, l’émetteur même du message est prévenu, ce qui peut le décourager à poursuivre ses agressions.

Lire aussi > Ed Sheeran annonce avoir perdu 25 kilos à cause de cyber harcèlement

Contre l’isolement des victimes

« Souvent, la victime s’enferme dans le silence lié à son sentiment de honte mais aussi, à la crainte de subir des représailles si elle en parle », explique Olivier Bogaert, commissaire à la Federal Computer Crime Unit. Ce système permet au cyber-harcelé de ne pas se sentir isolé, seul devant son écran, face à l’agression qu’il subit, note encore Child focus.

Avec Belga

CIM Internet