Paris Match Belgique

Pourquoi une vie extraterrestre pourrait bel et bien exister sur Vénus

venus vie extraterrestre espace

Image d'illustration.

Technologie

Dans la quête d’une possible vie extraterrestre dans notre système solaire, une équipe de scientifiques russes avance que la vie peut exister sur Vénus car des micro-organismes survivent dans son environnement.

 

Pendant longtemps, la recherche d’une possible vie extraterrestre s’est cantonnée à Mars, planète regroupant toutes les conditions pour abriter la vie. Pourtant, plus proche de nous, Vénus pourrait renfermer des micro-organismes vivants.

Lire aussi > La Nasa à deux doigts de découvrir la vie sur mars

C’est en tout cas ce qu’avance l’Institut de recherche spatiale de l’Académie des sciences de Russie, arrivé à la conclusion qu’une vie extraterrestre pourrait bien exister sur Vénus. Ses scientifiques ont découvert que les micromycètes, des microchampignons, peuvent survivre dans des conditions que l’on retrouve dans l’atmosphère de la planète, rapporte le iTech Post.

Malgré des conditions dantesques, plus de 470°C à sa surface et une atmosphère composée à 96,5 % de dioxyde de carbone, Vénus pourrait donc, selon ces résultats, être une candidate idéale à l’apparition de la vie.

Un climat propice à la présence d’eau

Mars n’est pas en reste puisque l’équipe de scientifiques a appliqué la technique de sa première étude, mais avec les conditions qui pourraient être rencontrées sur la planète rouge. Résultat : les organismes auraient également survécu à l’environnement glacial de Mars.

En 2018 déjà, une équipe de l’Université du Wisconsin (États-Unis) avait révélé que Vénus pourrait avoir eu dans son passé lointain un climat propice à la présence d’eau à sa surface, et ce pendant plus de 2 milliards d’années.

Lire aussi > L’armée américaine officialise l’existence d’Ovnis avec 3 vidéos stupéfiantes

Cette présence d’eau liquide, même dans des milieux très hostiles, laisse également espérer la présence de la vie dans l’atmosphère de l’étoile du Berger.

CIM Internet