Paris Match Belgique

Twitter lance une nouvelle fonctionnalité pour lutter contre les fake news

Twitter lance une nouvelle fonctionnalité pour lutter contre les fake news

Cette nouvelle fonction aura pour but de "promouvoir des discussions informées". | © Pexels / freestocks.org

Technologie

Une étape supplémentaire avant de partager un article avec ses followers.

 

Tous les amateurs de Twitter le savent : repartager un tweet est tellement simple que cela prend moins d’une seconde. Une rapidité et une simplicité qui peut avoir tendance à répandre de fausses informations. Le partage d’articles peut-être source de virulents débats, avec des réponses qui peuvent parfois être haineuses. Twitter souhaite apaiser les tensions et transformer ces débats enflammés et négatifs en débats constructifs. Pour lutter de manière plus efficace contre le partage de fake news, le réseau social compte mettre en place une nouvelle fonctionnalité, nous informe Tom’s Guide.

Lire aussi > Les fakes news se répandent plus vite que les vraies infos

Pour éviter que les internautes partagent des articles uniquement pour leurs titres, sans même avoir pris le temps de les lire, Twitter rajouter une étape avant que l’utilisateur puisse repartager un article. Concrètement, lorsqu’un utilisateur voudra repartager un article, la plateforme lui demandera s’il souhaite d’abord le lire. « Pour promouvoir des discussions informées, nous testons un nouveau type d’incitation sur Android. Quand vous retweetez un article que vous n’avez pas ouvert sur Twitter, nous pourrons vous demander si vous voudriez l’ouvrir avant », annonce la plateforme.

Lire aussi > Aux États-Unis, près de la moitié des tweets demandant la fin du confinement étaient publiés par des robots

Lutter contre la désinformation et la haine en ligne

Cette fonctionnalité est disponible pour les utilisateurs du réseau social en anglais, pour le moment, et sur Android. Bien que cette fonctionnalité soit uniquement incitative, elle permettra tout de même à certains utilisateurs allant trop vite de bien lire l’information avant qu’ils la partagent. Une manière de rappeler l’importance de vérifier le contenu que l’on partage sur les réseaux sociaux.

Face à la violence des réseaux sociaux, certaines applications existent déjà pour lutter notamment contre le harcèlement en ligne. Et face à la désinformation, Twitter n’en est pas à son premier coup d’essai. À la fin du mois de mai, la plateforme à l’oiseau bleu avait signalé un message de Donald Trump accusant le vote par correspondance de « frauduleux » (en proposant des informations complémentaires sur le sujet). Quelques jours plus tard, ils signalaient de nouveau un tweet du président américain pour « apologie de la violence ».

Lire aussi > Twitter signale des messages de Donald Trump, il menace de fermer les réseaux sociaux

CIM Internet