Paris Match Belgique

Youtube bloque une chaine sur les échecs à cause des pions blancs et noirs

Youtube bloque une chaine sur les échecs à cause des pions blancs et noirs

Dire "noir contre blanc" sur Youtube, ça ne passe pas... | © Unsplash / GR Stocks

Technologie

Des propos concernant les échecs ont été pris pour des insultes racistes.

 

L’intelligence artificielle (IA) n’est pas sans failles, et en voici encore la preuve. Le Youtubeur Antonio Radic, aussi connu sous le nom d’ « Agadmator », en a d’ailleurs fait les frais. Il y a quelques mois, sa chaine spécialisée dans le jeu d’échecs a été bloquée par Youtube durant 24 heures, rapporte le Daily Mail. La raison ? À cause du contenu « nuisible et dangereux ».

Lire aussi > Facebook se décide finalement à bannir le négationnisme

YouTube n’a pas expliqué plus en détails pourquoi il avait bloqué la chaine du joueur croate. Mais selon des informaticiens d’une Université américaine, il se pourrait bien que les paroles d’Antonio Radic mentionnant « noir contre blanc » aient fait penser à l’IA de Youtube qu’il s’agissait de propos racistes. Si le joueur parlait des pions noirs contre les pions blancs, l’intelligence artificielle n’a pas détecté la subtilité.

80 % des commentaires sur des vidéos d’échecs faussement signalés

Avec plus d’un million d’abonnés sur Youtube, Agadmator est considéré comme l’une des chaines d’échecs les plus populaires sur la plateforme. Et malheureusement, il ne serait pas le seul à faire face à ces mauvais calculs. Selon des simulations avec des logiciels formés pour détecter les discours de haine, ils ont constaté que plus de 80 % des commentaires sur des vidéos d’échecs été signalés comme contenant des discours de haine – alors que ce n’était pas le cas –, mais parce qu’ils contenaient des termes comme « noir », « blanc », « attaque » et « menace ».

Une erreur que Youtube a rapidement corrigé pour Antonio Radic, mais qui doit également arriver très fréquemment pour d’autres youtubeurs moins connus spécialisés dans les échecs. La preuve en est que l’humain a toujours sa place pour la modération, et que les algorithmes ne connaissent pas encore toutes les subtilités de la vie humaine.

CIM Internet