Paris Match Belgique

Le gouvernement nigérian annonce l’interdiction de Twitter dans le pays… sur Twitter

Le gouvernement nigérian annonce l'interdiction de Twitter dans le pays... sur Twitter

Les autorités nigérianes ont annoncé la suspension de Twitter dans le pays (image d'illustration). | © Unsplash / Claudio Schwarz

Technologie

Le gouvernement nigérian a annoncé dans une série de tweets l’interdiction de Twitter dans le pays, après qu’un tweet du président Buhari a été effacé par la plateforme.

 

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Un tweet du président effacé, le site rendu inaccessible. Vendredi, le ministère nigérian de l’Information et la Culture a annoncé, dans une série de tweets, avoir coupé l’accès « indéfiniment » à Twitter pour les habitants du pays, reprochant « l’utilisation continue de la plateforme pour des activités visant à saper l’existence des entreprises nigérianes ». Ce samedi, Twitter était en effet inaccessible pour de nombreux utilisateurs au Nigeria, sauf utilisation d’un VPN, sur laquelle le ministère compte agir : « Le ministre a dit que le gouvernement fédéral avait également demandé à la Commission nationale de radiodiffusion de mettre immédiatement en place un système de licence pour les OTT (over-the-top service, ces services par contournement) et de toutes les opérations de réseaux sociaux au Nigeria », peut-on lire sur Twitter.

Cette décision survient après la suppression d’un tweet du président Muhammadu Buhari, dans lequel il menaçait les responsables des violences actuelles dans le sud-est du pays, estimant que le message contrevenait aux règles en vigueur sur Twitter. « Nombre de ceux qui se comportent mal aujourd’hui sont trop jeunes pour avoir conscience de la destruction et de la perte de vies qui ont eu lieu durant la guerre civile nigériane. Ceux d’entre nous qui étions sur le terrain pendant 30 mois, qui ont vécu la guerre, les traiteront avec une langue qu’ils comprennent », avait-il écrit le 1er juin, en référence à la guerre du Biafra, qui a fait plus d’un million de victimes entre 1967 et 1970 dans la répression violente et une famine organisée d’un mouvement sécessionniste dans cette région du sud-est du pays. Un message effacé après de nombreux signalements d’internautes, ce que le ministre nigérian de l’Information Lai Mohammed a dénoncé comme étant « un poids, deux mesures » de la part de Twitter.

Lire aussi > Au Nigeria, le tourisme prend vie grâce à Instagram

Amnesty International et Human Rights Watch ont toutes deux dénoncé cette suspension à Twitter comme « tentative de censurer la contestation » : « Cette action est clairement incompatible avec les obligations internationales du Nigeria. Nous en appelons aux autorités nigérianes d’annuler immédiatement cette suspension illégale et d’autres méthodes pour faire taire la presse, restreindre les espaces civiques et saper les droits humains des Nigérians », a déclaré Osai Ojigho, directeur d’Amnesty International au Nigeria, cité par la BBC. « L’annonce du gouvernement nigérian sur la suspension des activités de Twitter au Nigeria est très préoccupante », a pour sa part réagi l’entreprise américaine.

CIM Internet