Paris Match Belgique

Les premiers « émoticônes » mis aux enchères aux États-Unis pour plusieurs milliers de dollars

premiers émoticônes

Des émoticônes utilisés au quotidien aujourd'hui. | © D.R.

Technologie

Non ce n’est pas une blague, les premières émoticônes, le célèbre « smiley » et son pendant « frowny », sont placées aux enchères aux États-Unis.

Cette vente en ligne « The First Emoticons: The Smiley 🙂 and Frowny 🙁 » sera ouverte jusqu’au 23 septembre, a fait savoir la maison de ventes Heritage Auctions, basée à Dallas.

« Cette œuvre est unique et sera vendue comme jeton non fongible » (NFT, pour “non-fungible token”), a précisé l’institution, ajoutant que le lot était accompagné de deux essais sur les symboles esquissés par leur créateur, Scott Fahlman, ainsi que d’un certificat d’authenticité signé et sous cadre.

Scott Fahlman, un professeur de science informatique à l’université Carnegie Mellon à Pittsburgh, avait inventé ces deux logos en septembre 1982, en proposant une séquence composée de deux points, tiret et parenthèse fermée, qui devait permettre au lecteur de comprendre qu’il était question d’une blague. L’autre séquence (deux points, tiret et parenthèse ouverte) correspondait, elle, à « Je suis sérieux. » Par la suite, ces symboles allaient rapidement exprimer la joie et la mélancolie de ceux qui les tapaient.

Lire aussi > Amazon change son icône pour ne plus ressembler à Hitler

L’offre initiale était à 1.000 dollars. Vendredi soir, une offre à 2.100 dollars avait déjà été formulée. Samedi dans l’après-midi, la dernière offre de l’enchère toujours en cours était de 3.600 dollars.

Les NFT ont chacun un certificat d’authenticité numérique. Ce bien numérique est déclaré original et est protégé de toute contrefaçon en raison de son stockage dans une blockchain. Parmi les exemples de NFT qui ont déjà été vendus, on retrouve le premier tweet du fondateur de Twitter Jack Dorsey et le code source du World Wide Web. Tant le tweet que le code source continuent à circuler, mais leur « original » appartient désormais à une seule personne.

Par Belga 

CIM Internet