Magnus, l’appli qui rend l’art accessible à tous

Magnus, l’appli qui rend l’art accessible à tous

La reconnaissance d’image est un atout que de nombreux médias veulent s’approprier. | © ROBERT MICHAEL / AFP

Technologie

À partir de la photographie d’une oeuvre, une application permet de reconnaître immédiatement son artiste ainsi que son historique.

Qui ne s’est jamais retrouvé devant une toile avec la désagréable sensation d’avoir perdu toute culture, rien qu’en oubliant le nom de son artiste. Un nom – pourtant familier – qui refuse mordicus de décoller le bout de votre langue et demeure dans les méandres de votre esprit ignare.

Le Shazam de l’oeuvre d’art

« Regardez ce type. Il aimerait impressionner sa copine. Malheureusement, il n’a aucune idée de qui est l’artiste qui a peint ce tableau. Désormais, il possède un espoir. » C’est ce que l’on nous dit dans la vidéo promotionnelle de la dernière application qui cartonne dans la sphère artistique. On l’avait rêvé, il est enfin devenu réalité : le Shazam de l’oeuvre d’art.

Lire aussi : Quand un designer donne la banane à l’art moderne grâce à une application

Si avec l’application Shazam, l’on pouvait détecter un tube à partir d’un simple enregistrement, Magnus nous permet aujourd’hui de connaître l’auteur et l’historique d’une oeuvre artistique… en la photographiant. En un seul clic, il est dorénavant possible de tout savoir sur l’auteur d’une peinture (ou d’une sculpture), son historique, ainsi que des exemples de pièces plus ou moins similaires vendues en galeries et aux enchères.

Transparence et accessibilité

Une seule mission : démocratiser l’accès au monde de l’art et rendre le marché plus transparent. Pour ce faire, l’entrepreneur allemand Magnus Resch a mis en place une importante base données, la récolte d’informations s’opérant depuis 2013 en étant uniquement financée par le crowdfunding. En constant développement, le service qui promet de révolutionner le secteur artistique est sans cesse alimenté par ses utilisateurs.

Lire aussi : « Natural Cycles » : l’application qui veut remplacer les moyens de contraception

Téléchargeable gratuitement sur Apple Store ou Google Play, l’application connaît déjà tous les musées new-yorkais et vise à s’exporter en Europe.

CIM Internet