Paris Match Belgique

7 astuces pour réduire votre empreinte écologique sur le web

7 astuces pour réduire votre empreinte écologique sur le web

Il faut arrêter avec les 2 543 mails non lus... | © Unsplash / Vadim Kaipov

Technologie

Il est temps de prendre les choses en main… et de trier ses mails.

 

On s’en sert tous les jours, et pourtant, son utilisation est loin d’être inoffensive pour la planète. L’informatique (et internet plus particulièrement) n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Que ce soit au travail ou dans la sphère privée, nous sommes de plus en plus sur les écrans. À défaut de totalement abandonner l’informatique, on vous donne quelques conseils pour surfer de manière plus écologique.

1 – Arrêtez de faire des recherches sur Google

Chaque seconde, 99 000 recherches sont effectuées sur Google à travers le monde. Sur une journée, le chiffre atteint donc plus de 8,5 milliards de recherches ! Sachant qu’une recherche Google équivaut environ à 6 grammes de CO2, cela représente 51 000 tonnes de CO2 émises par jour à cause du nombre de recherches Google. C’est énorme … d’autant plus quand on sait que certaines recherches pourraient être évitées.

Première action : Tapez directement l’URL du site que vous désirez consulter. Bien trop souvent, on écrit dans Google « La Fnac » (par exemple) avant de cliquer sur le premier lien proposé. À la place, écrivez directement dans la barre URL « fnac.be », et vous serez directement sur le site désiré. Selon un article de Madame Figaro, « se rendre directement sur un site divise par quatre les émissions de gaz à effet de serre ».

Deuxième action : On installe un moteur de recherche écologique. En utilisant Lilo, par exemple, vous contribuerez au financement de projets sociaux et environnementaux. Ecogine, de son côté, reverse ses bénéfices à des associations environnementales. Vous pouvez aussi opter pour le très célèbre Ecosia, qui pour chaque recherche effectuée plante un arbre.

Lire aussi > Trop c’est trop : Un Belge sur trois est stressé par sa boîte mail

2 – Videz votre boîte mail

Supprimer tous ses mails inutiles est – en plus d’être profitable à son organisation – bénéfique pour l’environnement. Les mails stockés dans le Cloud consomment de l’énergie inutilement. Il faut savoir qu’un email stocké, c’est 10 grammes de CO2 généré par an (d’après Cleanfox), soit le bilan carbone d’un sac plastique. Armez-vous de patience et commencez à trier vos mails. Pour vous aider, vous pouvez utiliser l’application Cleanfox qui vous aidera en supprimant tous les anciens mails si vous souhaitez vous désinscrire d’une newsletter.

Si vous avez des mails que vous voulez garder en version papier, utilisez la police Garamond. Selon Madame Figaro, elle consomme très peu d’encre, ce qui est plutôt intéressant pour économiser de l’encre.

3 – Cessez avec les photos en signature de mail

S’il vous plait, arrêtez avec les photos en signature de mail. Cela alourdit le poids de votre mail, et ainsi, augmente le taux de CO2 généré. Écrivez le maximum d’informations en texte, et si vous voulez absolument ajouter le logo de votre entreprise, insérez-le seul (ne mettez surtout pas une image avec votre nom, fonction, adresse, lien de votre entreprise et le logo).

4 – Limitez vos envois de mails

« Envoyer un mail de 1 Mo (donc avec une pièce jointe) équivaut à 1 heure d’utilisation d’une ampoule de 25W », rapportent nos confrères de Les Echos. Préférez des e-mails courts, plus rapides à l’envoi et qui consommeront moins d’énergie. Faites également attention à vos destinataires, et évitez d’utiliser « répondre à tous » dans la mesure du possible. Si vous avez des pièces jointes, pensez à utiliser WeTransfer, qui suppriment les données au bout de 2 semaines et qui évite de stocker inutilement ces données (voir le point 2).

5 – Investissez dans un disque dur externe

Stocker ses données dans le Cloud n’est pas une solution très écologique. Ces données « virtuelles » ne le sont pas vraiment et sont stockées dans des data centers qui consomment beaucoup d’énergie. « Selon GreenPeace, si le “cloud computing” était un pays, il serait le sixième pays le plus consommateur d’électricité dans le monde, avant l’Allemagne ou la France » relève Les Echos. On évite donc de trop stocker sur le Cloud et on opte plutôt pour un disque dur externe sur lequel on pourra sauvegarder toutes nos données. Au moment de tout sauvegarder, profitez-en pour trier vos photos, vidéos et documents qui pourraient être en double, ou qui ne sont plus utiles.

Lire aussi > La première page web de l’histoire est toujours en ligne

6 – Éteignez après chaque utilisation votre ordinateur (et même l’écran au bureau)

Le matériel informatique demande beaucoup d’énergie, que ce soit pour sa fabrication ou son utilisation. Pour le garder plus longtemps en bon état, pensez à l’éteindre dès que c’est possible et évitez de le laisser en veille.

7 – Coupez votre box internet

C’est un conseil qui est ressorti ces derniers temps avec la crise énergétique, mais c’est aussi un bon geste pour l’environnement. Quand vous partez en vacances (et même la nuit), pensez à éteindre votre box internet. Astuce : utilisez une multiprise à interrupteur, ce sera plus pratique à faire tous les soirs plutôt que débrancher une prise.

Mots-clés:
écologie Internet e-mails
CIM Internet