Paris Match Belgique

Uber veut savoir quand vous êtes ivres

À l'avenir, votre prise en charge Uber sera peut-être refusée si vous abusez de l'alcool. | © Image d'illustration / Pexels

Voitures et mobilité

L’entreprise serait en train de tester une technologie qui permettrait de savoir si vous vous êtes un peu trop laissé aller lors de votre soirée.

Tout le monde sait à quel point il peut être désagréable de partager un Uber avec une personne émêchée. Pour les chauffeurs, il est souvent très compliqué de refuser un trajet à un animal nocturne qui aurait abusé de l'alcool. Mais l’intelligence artificielle, elle, le pourrait.

Analyser le comportement de l'utilisateur

Selon CNN, Uber réfléchirait à une solution pour repérer ces individus gênants [une demande de brevet a déjà été déposée] en analysant leur comportement sur l'application. En mesurant la vitesse de frappe, le nombre de typos, la précision avec laquelle ils appuient sur les boutons, leur vitesse de déplacement ou la façon dont est tenu (ou lâché) leur téléphone, la localisation près de bars, une intelligence artificielle implémentée à l’application pourrait faire des merveilles. Les données seraient croisées avec le comportement digital qu'ont d'habitude les utilisateurs.

Lire aussi > Un Uber plutôt qu’une ambulance, une tendance risquée

Avec cette technologie, le géant californien compte évaluer les probabilités d’avoir affaire à une personne ayant trop bu. Ce type d’individu serait alors pris en charge par des chauffeurs qui n'ont pas froid aux yeux et ne partagerait pas son Uber avec une autre personne. Et pourrait potentiellement avoir un délai d'attente allongé, ou carrément ne pas être pris en charge, même si cette solution ne paraît pas envisageable du point de vue de l'expérience client.

Une multiplication des agressions

Ce choix du géant américain est lié à la multiplication des agressions dans les Uber, généralement liées à la prise d’alcool. L'entreprise a déjà été accusée de laxisme face à son traitement des viols ou d'agressions sexuelles de la part de ses chauffeurs. En quatre ans, une centaine de cas ont été signalés à Uber rien qu'aux États-Unis, d'après une enquête de CNN. Pour l’instant, Uber n’a pas souhaiter commenter cette nouvelle technologie qu’elle envisage de mettre en place.

À grande échelle, le projet pourrait prendre une dimension encore plus effrayante. Uber pourrait utiliser ce programme d'intelligence artificielle pour déterminer les zones où se trouvent de nombreuses personnes alcoolisées, grâce à la géolocalisation.  souhaite à terme développer une flotte de véhicules autonomes, déjà testés mais arrêtés car ayant renversés des passants, et même des «taxis volants», prévus pour 2023. Malgré des tests suspendus aux États-Unis à cause d'un accident mortel en mars dernier, Uber croit à un modèle sans chauffeur. Le géant américain prépare donc des fonctionnalités pour gérer ses clients sans la présence d'un humain.

Lire aussi > Uber : Pourquoi les conductrices gagnent moins que les conducteurs

En avril, l'entreprise annonçait pénaliser financièrement les passagers qui arrivent en retard au lieu de prise en charge. En plus d'être ponctuel, on pourrait exiger du client Uber d'être sobre.

CIM Internet