Paris Match Belgique

La Nissan Qashqai DIG-T Tekna + avec Nadia Bruno : « De beaux atouts sécuritaires »

Avec son frère, notre invitée a ouvert le Fico, une osteria-pizzeria qui fleure bon l’Italie profonde, à l’image de ses patrons. | © DR

Voitures et mobilité

Derrière tout homme qui réussit, il y a une femme, dit l’adage. 
Et pourquoi pas une sœur, comme l’est Nadia par rapport à Giovanni Bruno ? L’emblématique chef du Senzanome a une étoile au Michelin depuis 2004 déjà.

« Quand Giovanni parle voiture, il a d’autres exigences que moi », explique notre invitée. « Ce n’est pas un hasard s’il fut un excellent pilote, mais heureusement, il n’a pas choisi cette voie-là ! » Nadia a cependant un avis très tranché au sujet de cette Nissan Qashqai relookée.

« Très agréable à conduire »

« Je me souviens très bien des premiers SUV et du Qashqai de l’époque. Cela n’a plus rien à voir avec ce que produisent de très nombreux constructeurs. Le succès de ce genre de véhicule ne m’étonne absolument pas. Ils dominent les berlines et la route. Dans mon cas, ma petite taille n’est pas un handicap. Ce Qashqai, je l’ai trouvé très facile et très agréable à conduire. J’ai particulièrement apprécié ses atouts sécuritaires, comme la caméra qui balise en une fois tout le véhicule vu d’en haut. Elle permet d’ajuster les manœuvres au moment de se garer et d’être pile-poil le long du trottoir. » Et d’enchaîner : « Avec le temps, le Qashqai est devenu haut de gamme, il est spacieux et l’arrière du véhicule est facilement accessible. Le coffre n’est pas gigantesque lorsqu’on utilise toutes les places mais, dans la vraie vie, ce n’est pas le cas. Il suffit de rabattre un siège et un nouvel espace s’ouvre à vous. J’ai aussi apprécié la signalisation des angles morts, qui opère désormais à l’intérieur du véhicule et non plus à l’extérieur. C’est beaucoup plus visible comme ça. »

Particulièrement bien équipé, notre Qashqai ne manquait de rien et son prix de 37 440 euros n’est pas exagéré vu le nombre d’options comprises dans le tarif de base. C’est un SUV par excellence. On mettra le doigt sur la lenteur de la boîte automatique, mais ce n’est pas la mer à boire…

Lire aussi > La Seat Tarraco 2.0 TSi Xcellence avec Raphaël Scaini : «  Un sentiment de liberté  »

L’œil du spécialiste

Il y a douze ans déjà que le Qashqai de Nissan pimente nos routes. A l’époque, plutôt que de proposer une énième berline compacte traditionnelle, Nissan bouleversa le parc automobile en offrant un véhicule haut sur pattes et, pour bien marquer son territoire, déposa le nom Crossover. De mars 2007 à décembre 2011, le Qashqai, leader d’une nouvelle génération de véhicules, s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires. Même si le modèle a subi quelques liftings, sa philosophie est restée la même, au point d’en être seulement à la deuxième phase de la deuxième génération. Le Qashqai a pris l’ascendant sur bien des catégories et notamment sur les breaks et station wagons de tout poil qui, au fil des années, ont perdu de leur pouvoir de persuasion.

Ce qu’il faut savoir

Longueur 4,394 m
Hauteur 1,624 m
Largeur 1,806 m
Nombre de places 5
Poids 1 390 kg
Nombre de cylindres 4
Consommation moyenne 5,4 l/100 km (*)
Puissance 160 ch
Couple 260 Nm
Prix 37 440 € (**)
Co² 122 g/km
0 à 100 km/h 9,9 sec
Vitesse max 198 km/h

(*) Chiffre constructeur
(**) Prix de base de la voiture testée : 36 840 € TVAC. Une seule option, la peinture métallisée, agrémentait « notre » voiture pour un montant de 600 € TVAC.

Confort ★★★✩

Finition ★★★★

Position de conduite ★★★★

Comportement routier ★★★✩

Performances ★★★★

CIM Internet