Paris Match Belgique

La Subaru BRZ 2.0i Salon Edition avec Kevin Paepen : « Il y a du monde sous le capot »

Dans un monde automobile aseptisé, la BRZ occupe une niche à part qui valorise la technologie, l’efficacité et la compétitivité.

Voitures et mobilité

Dans sa niche à part, la BRZ est une originale. Véhicule d’un célibataire ou d’un jeune couple, elle vaut bien ses 35 000 euros.

Kevin Paepen ne s’attendait pas à tester une sportive un peu rustre. Sans être un tape-cul, la BRZ affiche sa personnalité franche et limite les concessions à la banalité. C’est un modèle à part dans la gamme Subaru : il faut le mériter, le dompter et le connaître sur le bout des doigts afin qu’il réponde aux sollicitations. Un engin qui se pilote plus qu’il ne se conduit. Ainsi, il donne de belles sensations à ceux qui jouent des dérobades du train arrière. Appel, contre-appel, sous-virage à l’entrée des courbes, survirage à la sortie, cette japonaise a certainement des cousines anglaises. Kevin Paepen ne s’attendait pas à vivre une telle expérience.

« Un vrai régal »

« C’est la première fois de ma vie que je conduis autre chose qu’un véhicule utile, voire utilitaire. Avec une compagne et deux enfants, la BRZ n’est évidemment pas le genre de voiture que j’achèterais. Par contre, ces quelques jours furent à la fois un vrai régal et une très belle expérience. Derrière le volant, on est assis très bas. L’objectif de ce genre de coupé sportif est bien d’allier tempérament et qualité de la tenue de route en abaissant le centre de gravité. Comme elle est compacte et que son design répond à des critères de performances, la visibilité arrière est imparfaite. Il y a deux angles morts. Une fois qu’on sait où regarder, on s’habitue évidemment à cette particularité.

Le moteur, lui aussi, a de la personnalité.

Il arrache et il est vivement conseillé de doser la pression sur la pédale d’accélérateur. Il y a du monde sous le capot, il ne faut pas se laisser surprendre ! Lorsqu’on se lâche un peu, la bête s’agite et il est indispensable de la contrôler. La puissance, les reprises, la boîte de vitesse manuelle à rapports courts, tout concourt à rendre la BRZ bien dans ses baskets. Evidemment, en échange d’un tel tempérament, il faut se satisfaire d’un confort relativement spartiate et accepter d’être quelque peu secoué lorsqu’on se joue des atouts de cette voiture », conclut Kevin Paepen.

Bien éduqué, agréable, prototype du gendre idéal, Kevin Paepen aura 36 ans le 6 octobre prochain. Il vit en couple, est le papa de deux enfants et se déplace habituellement en Seat Leon break, un achat raisonné et raisonnable pour une famille de quatre. Diplômé en communication (IHECS), Kevin Paepen fit un stage à la RTBF en 2004 et n’a plus jamais quitté la grande maison. Journaliste tout-terrain, spécialiste du cyclisme et du judo, sport qu’il pratiqua de très nombreuses années, ce passionné a notamment commenté les JO de Rio. Fidèle, il partage son temps entre les radios et les télés de la RTBF.

Lire aussi > La BMW X5 M50d avec Patrice Goldberg : « L’aspect technologique est fort développé »

L’œil du spécialiste

L’ADN sportif est dans les gènes du constructeur Subaru. On a pu le remarquer autrefois au championnat du monde des Rallyes, mais aujourd’hui, cette vocation n’existe plus qu’au travers de la Subaru BRZ. Six modèles sont proposés par le géant nippon, dont trois SUV (XV, Forester et Outback) et deux berlines allongées, la Levorg et l’Impreza. Depuis janvier 2012, la BRZ donne à la gamme ce supplément d’âme qui rappelle la volonté de Subaru de conserver son ancrage au rayon de la performance. Dans un monde automobile aseptisé, la BRZ occupe une niche à part qui valorise la technologie, l’efficacité et la compétitivité. D’accord, ce n’est pas un exemple d’habitabilité et de confort familial, mais il faut savoir ce que l’on veut : en l’occurrence, 200 chevaux qui hennissent de plaisir, un comportement routier qui permet le contrôle de belles dérobades et un look plutôt agressif et réussi, à l’image des anglaises d’autrefois, telles les MG et les Triumph des années 50 et 60.

Dans un monde automobile aseptisé, la BRZ occupe une niche à part qui valorise la technologie, l’efficacité et la compétitivité.

Ce qu’il faut savoir

Longueur 4,240 m
Hauteur 1,325 m
Largeur 1,775 m
Nombre de places 4
Poids 1 241 kg
Nombre de cylindres 4
Consommation moyenne 8,6 l/100 km (*)
Puissance 200 ch
Couple 205 Nm
Prix 34 995 €
Co² 196 g/km
0 à 100 km/h 7,6 sec
Vitesse max 226 km/h

(*) Chiffre constructeur

Confort ★★★★

Finition ★★★★

Position de conduite ★★★★

Comportement routier ★★★✩

Performances ★★★★

CIM Internet