Paris Match Belgique

La DS7 Crossback So Chic 1.6 PureTech avec Isabelle Bary : « Comme à la maison »

Aujourd’hui, DS n’est plus un modèle mais une marque.

Voitures et mobilité

Ce SUV raffiné affiche toute sa noblesse avec sa face avant, reconnaissable entre mille grâce aux DS Wings. Formes sculptées, esthétique dynamique, la DS7 Crossback s’est lancé un sacré défi : affirmer son design, qu’il soit extérieur ou intérieur.

Isabelle Bary ne tourne pas autour du pot : « Autant l’avouer, j’ai toujours nourri des préjugés négatifs à l’encontre de la marque Citroën, englobant DS aussi. Par réflexe, je ne voulais pas me laisser surprendre, puis est venu le temps de cet essai. Au volant, j’ai immédiatement été sciée par la DS7 Crossback, au design parfait et à l’intérieur magique.

C’est vraiment une belle voiture et tous les détails sont bien pensés.

Elle est hyperconfortable et je me suis sentie comme à la maison. Et puis, toutes les fonctions s’ouvrent au conducteur de manière tout à fait naturelle. Je n’ai pas chipoté avec les boutons, qui étaient ergonomiquement bien placés. Quant à l’écran tactile, j’ai particulièrement apprécié son format : il est certes grand, mais il donne des informations qu’on peut lire sans faire de mouvement parasite et sans perdre son attention. Sur le plan des performances, je n’ai pas grand-chose à dire car au volant d’une voiture de sénateur, on est moins pressé. Cela dit, la DS7 Crossback, avec ses 225 chevaux, a des velléités sportives. L’habitabilité, elle aussi, est remarquable. »

Imaginez le parcours : ingénieure commerciale, sortie de Solvay en 1991, Isabelle Bary entama sa carrière en agence de publicité avec son compagnon. En 1994, sacs en bandoulière, ils firent le tour du monde, ce qui permit à Isabelle d’écrire, quelques années plus tard, son premier opus, « Globe Story ». Son mari lui a donné deux fils, âgés de 15 et 18 ans aujourd’hui. Née à Vilvorde en 1968, notre invitée a écrit dix romans et le onzième est en gestation. Avec une amie photographe, elle publia également en 2010 un ouvrage sur les sans-abri de Bruxelles.

Après les fleurs, quelques pots ? « J’ai détecté un léger bruit de fond permanent, le coffre n’est pas énorme et les modes de conduite ne me semblent pas franchement différents. Enfin, il y a pas mal de chromes, notamment dans le design à l’avant, et, personnellement, je n’aime pas trop. Quant à l’impression de lourdeur, elle disparaît très rapidement au volant puisque la DS se conduit tout en souplesse, avec deux doigts. En résumé, je dirais que cette grande dame est globalement une très bonne surprise », conclut notre interlocutrice.

Lire aussi > La VW T-Cross 1.0 TSI DSG Style avec le pilote Maxime Potty : « L’adaptabilité est un point fort »

Clairement, DS a créé les conditions d’un luxe à la française, original souvent, inattendu parfois. Pas de doute, ce SUV est un haut de gamme qui ne manque ni d’élégance ni de compétences techniques. Notre version 225 chevaux ne manquait pas d’allant même si, c’est bien connu, le rapport poids/performances n’est pas à l’avantage des grands gabarits. Enfin, pour s’offrir une DS7 Crossback chic et choc, il faut être capable d’injecter entre 45 000 et 60 000 euros. Yapluka !

L’œil du spécialiste

Aujourd’hui, DS n’est plus un modèle mais une marque. La DS dite du général de Gaulle naquit en 1955 et fut produite durant vingt ans. Avec sa suspension hydropneumatique et son look inégalé et inégalable, la version de l’époque joua à fond la carte de l’originalité, un domaine dans lequel la nouvelle entité homonyme a pour but d’exceller à son tour. Née il y a dix ans déjà, la DS3 a ouvert un nouveau chemin et s’est démultipliée en DS3 Crossback et DS3 Cabrio. Le dernier arrivage est constitué par la DS7 Crossback, la voiture testée cette semaine, qui apparut dans sa première livrée lors de l’investiture du président Macron, en mai 2017. La DS7 Crossback représente la deuxième génération des modèles créés par DS Automobiles. Ce SUV raffiné affiche toute sa noblesse avec sa face avant, reconnaissable entre mille grâce aux DS Wings. Formes sculptées, esthétique dynamique, la DS7 Crossback s’est lancé un sacré défi : affirmer son design, qu’il soit extérieur ou intérieur.

Ce qu’il faut savoir

Longueur 4,573 m
Hauteur 1,625 m
Largeur 2,098 m
Nombre de places 5
Poids 1 604 kg
Nombre de cylindres 4
Consommation moyenne 5,6 l/100 km (*)
Puissance 225 ch
Couple 300 Nm
Prix 58 050 € (**)
Co² 128 g/km
0 à 100 km/h 8,2 sec
Vitesse max 234 km/h

(*) Chiffre constructeur
(**) Prix de base de la voiture testée : 43 440 € TVAC. Douze options, dont le pack DS Night Vision, l’Inspiration DS Opera Art Basalte et le toit ouvrant panoramique, équipaient « notre » voiture pour un montant de 14 610 € TVAC.

Confort ★★★★
Finition ★★★✩
Position de conduite ★★★★
Comportement routier ★★★✩
Performances ★★★★

CIM Internet