Paris Match Belgique

Jean-Michel Martin a testé la BMW 330i : « Le nirvana sur quatre roues »

Agile, silencieuse, idéale sur le plan ergonomique, phares au laser, look retravaillé, elle est confortable même en version Sport pour le spécialiste.. | © Paris Match Belgique

Voitures et mobilité

Rien ne prédisposait Jean-Michel Martin, ce passionné d’automobile et de compétition, à transposer sa joie de vivre en métier. Et pourtant…

 

Par Christian Lahaye

« BMW produit tellement de variantes qu’il n’est pas toujours facile de trouver des appellations cohérentes », explique-t-il. « Ainsi, le label 330 peut paraître ésotérique. Mais on sait au moins qu’il s’agit de la toute nouvelle Série 3 et qu’elle vient avec son lot d’innovations, même si, au premier regard, la septième génération du modèle emblématique de la marque cache certaines de ses nouveautés. Plus longue de 8 cm que la Série 3 qu’elle remplace, elle est aussi plus large et bénéficie d’un centre de gravité abaissé de 10 mm. Malgré des dimensions supérieures à la version d’avant, son poids diminue d’une cinquantaine de kilos. Certes, la facture d’ensemble sera en augmentation en raison des options, mais l’acheteur d’une BMW sait parfaitement bien que toutes les nouvelles spécificités, que ce soit pour augmenter la sécurité ou le plaisir de conduire, ont un coût. »

Avec 258 chevaux et un couple de 400 Nm, on entre dans un autre monde automobile. Passer de 0 à 100 km/h en moins de 6 secondes, c’est aussi une prouesse technique…

Et notre spécialiste d’enchaîner : « Sur le plan des aides embarquées, cette nouvelle Série 3 atteint le nirvana sur quatre roues. Le nouveau tableau de bord digital s’ouvre sur diverses pages d’informations. Agile, silencieuse, idéale sur le plan ergonomique, phares au laser, look retravaillé, elle est confortable même en version Sport. Elle avale les pavés sans rebondir sur ses pattes, ni que la fermeté des suspensions soit abusive. Même avec des jantes de 19 pouces, sa tenue de route demeure exceptionnelle. Bientôt, une version Touring verra le jour, mais l’habitabilité de la berline atteint déjà un niveau étonnant. »

Et les impressions au volant ? « Avec 258 chevaux et un couple de 400 Nm, on entre dans un autre monde automobile. Passer de 0 à 100 km/h en moins de 6 secondes, c’est aussi une prouesse technique, et si la vitesse maximum est de 250 km/h, c’est parce que les constructeurs allemands se sont mis d’accord sur cette limite », conclut Jean-Michel Martin. Attention : la conduire est une chose, la piloter en est une autre !

Homme d’affaires avisé, marié et père de quatre enfants, Jean-Michel Martin (66 ans) est un vrai pro passionné et compétent. Il fit ses études à l’Ichec. Passionné de sport automobile, il devint un excellent pilote, rafla sept titres de champion de Belgique des voitures de Tourisme dans les années 70 et 80, un podium aux 24 Heures du Mans et quatre victoires aux 24 Heures de Spa, dont deux sur Ford Capri avec son frère Philippe et deux aux commandes d’une BMW. Il fonda avec Pascal Witmeur l’agence de pub Palmarès et revendit ses parts en 1992 pour s’offrir une première concession automobile. Aujourd’hui, il en a six dans le grand Bruxelles. Que de chemin parcouru par ce « self-made-man » de talent !

Lire aussi > La BMW X2 M35i avec Vic Jobé : « Puissance et raison »

© DR

L’œil du spécialiste

La BMW Série 3 est née en 1975. Rapidement, elle est devenue l’emblème de la marque bavaroise et ses multiples performances en sport automobile, dont neuf victoires aux 24 Heures de Spa, lui ont conféré un statut sportif particulier. Les meilleurs pistards belges ont empoché divers succès au volant de Série 3, alliant compacité, maniabilité, fiabilité et célérité. Jean-Michel Martin, Eric van de Poele, Didier Theys, Thierry Tassin, Didier de Radiguès et Marc Duez furent les chantres des M3, 318is et 320i entre 1987 et 1998. La 330i que nous avons eu le plaisir de tester récemment est bien dans la lignée de ses aïeules. Au-delà de ses immenses qualités, avouons que le prix des options est élevé et que l’appellation 330i demeure un mystère, puisque le moteur est bien un deux litres quatre cylindres turbocompressé. La septième génération de la Série 3 vient de naître et elle a quelques très belles années devant elle.

Son prix

Prix de base de la voiture testée : 44 500 € TVAC. Dix-sept options, dont la spécificité M Sport, l’Innovation Pack et le Confort Pack, équipaient « notre » voiture pour un montant de 26 390 € TVAC. Le prix total, TVAC, est de 70 890 €.

BMW 330i

Longueur 4,709 m
Hauteur 1,442 m
Largeur 1,827 m
Nombre de places 5
Poids 1 545 kg
Nombre de cylindres 4
Consommation moyenne 5,8 l/100 km (*)
Puissance 258 ch
Couple 400 Nm
Prix 70 890 €
Co² 132 g/km
0 à 100 km/h 5,8 sec
Vitesse max 250 km/h

(*) Chiffre constructeur

Confort ★★★★ 
Finition★★★★ 
Position de conduite ★★★★ 
Comportement routier ★★★★ 
Performances ★★★★ 

Mots-clés:
auto en duo bmw
CIM Internet