Paris Match Belgique

La trottinette électrique remplace surtout les transports en commun

trottinettes

Image d'illustration. | © BELGA PHOTO ERIC LALMAND

Voitures et mobilité

Plus rapide et plus pratique, la trottinette électrique remplace essentiellement les transports en commun et la marche à pied. Elle écorne (un peu) la voiture.

Celles et ceux qui défendent la trottinette électrique en libre-service à Bruxelles pour son côté écologique viennent de perdre un argument : l’engin, léger et pratique, remplace essentiellement les trajets qui auraient été réalisés en transports en commun ou à pied, soit deux moyens de locomotion moins polluants. Selon une étude de Bruxelles Mobilité, elle prend aussi la place de certains trajets en voiture ou à moto, mais dans une moindre mesure, écrit le Soir mercredi.

Sept « trottinettistes » sur dix se sont tournés vers ce bolide pour remplacer les transports en commun combinés à la marche. 44% d’entre eux ont choisi ce moyen au lieu de marcher. Seuls 26% ont fait le choix le plus écologique : substituer les trajets réalisés avec un véhicule motorisé personnel (moto, voiture, scooter).

Lire aussi > Les trottinettes électriques saoulent-elles déjà les Bruxellois ?

Si les trottinettes électriques permettent de parcourir de petites distances rapidement, une étude de l’université de Caroline du Nord démontre que leur faible espérance de vie, couplée à un processus de fabrication assez lourd, en font des faux-amis environnementaux. Évidemment, au moment de l’usage, il n’y a pas ou très peu d’émission de CO2. Mais, en ce qui concerne le processus de fabrication ou de transport, le résultat est très différent. Selon les chercheurs américains, le coût écologique d’une trottinette électrique en libre-service serait de 202 grammes de CO2 émis par passager et par mile (environ 0,6 kilomètre). Contre 82 g de CO2 pour un trajet en bus. Pire, les dégradations qui touchent ces engins sont de plus en plus récurrentes et alourdissent leur empreinte écologique.

Profil type des usagers

Bruxelles Mobilité a également établi un profil type des usagers de la trottinette électrique : deux sur trois sont des hommes, à l’instar des cyclistes (64,1%). Ils sont plutôt jeunes (44% ont entre 25 et 34 ans) et diplômés (plus de la moitié a un diplôme de l’enseignement supérieur).

Autre enseignement : à peine un utilisateur de trottinette partagée sur cinq l’enfourche plusieurs fois par semaine. La plupart y recourent une à trois fois par mois (30%), voire moins. Les trajets effectués sont souvent de courte durée, généralement entre 5 et 10 minutes et inférieurs à 20 minutes.

Avec Belga

CIM Internet