Paris Match Belgique

L’élégance indémodable d’une montre de luxe

Le plaisir de la précision et de l'élégance | © Shutterstock

Contenu de marque Voitures et mobilité

S’il y a un domaine où le design, la précision et la technologie de pointe se rencontrent, c’est bien celui de la haute horlogerie. Mais qui sont les esprits brillants qui se cachent derrière les rouages délicats d’une montre prestigieuse ? Et quels sont les ressorts qui poussent aujourd’hui une personne à acquérir un tel bijou ou joujou ? Plongée dans le monde des mesureurs du temps.

L’évolution de l’horlogerie de luxe est des plus singulière : de gardien du temps pour quelques privilégiés à objet usuel pour les foules, elle est pratiquement en voie d’extinction depuis l’avènement des montres à quartz. Un déclin qui menaçait du même coup le noble métier d’horloger.

Regain d’intérêt

Ces dernières années, les montres mécaniques opèrent toutefois un retour en force. Il suffit de jeter un œil dans le catalogue d’une marque de luxe plus ou moins célèbre pour s’en rendre compte. Des grands modèles sportifs pour hommes aux petits bijoux ciselés pour femmes : le choix est immense. C’est un peu comme consulter un catalogue automobile.

Lire aussi : Laissez-vous séduire par l’univers de la DS 3

D’autant plus qu’une montre mécanique présente le même degré de complexité technique qu’une voiture et nécessite aussi un vaste savoir-faire et du personnel compétent. Or, les horlogers sont peu nombreux. Heureusement, dans notre pays, la profession peut encore compter sur deux centres de formation pour les jeunes désireux de se lancer dans ce secteur : Technicum Noord-Antwerpen en Flandre et l’institut namurois IATA en Wallonie. Deux établissements de très haut niveau.

Renommée internationale

En effet, ces deux centres de formation jouissent d’une excellente réputation jusqu’en Suisse, pays qui reste à l’heure actuelle le bastion de la mécanique de haute précision. Mieux encore : le monde de l’horlogerie entretient des liens directs avec ces écoles. À Namur, par exemple, des marques aussi prestigieuses que Breitling et Rolex apportent un soutien logistique et proposent des places de stage en Belgique et à l’étranger.

Quelque 20 à 25 % des élèves partent plus tard s’installer définitivement en Suisse pour travailler dans des ateliers de différentes tailles. Made in Swiss, certes, mais aussi par des Belges ! Qui plus est, notre nouveau contingent d’horlogers obtient de très bonnes évaluations pour les compétences clés du métier : précision, patience, minutie et – le plus important sans doute – passion professionnelle.

Pour les amateurs de voitures

Les marques de montres n’entretiennent pas uniquement des rapports privilégiés avec les centres de formation, mais sont aussi très connectées depuis de nombreuses années au monde (du sport) automobile. C’est le cas de BRM, qui a créé dernièrement une montre pour les chronographes de la série très limitée DS 3 Performance BRM.

Un choix tout à fait logique puisque, outre les origines françaises communes aux deux marques de luxe, celles-ci partagent plusieurs valeurs de base comme la passion, l’élégance et la technologie. Cela se reflète notamment dans la gamme dynamique DS 3 Performance Line et dans les modèles très féminins DS 3 Givenchy Le Makeup et Inès de la Fressange. Une chose est sûre : la précision et l’élégance ne sont pas l’apanage de la Suisse !

CIM Internet