Paris Match Belgique

BMW 330e : Chère mais déductible

Dans l’ensemble, conduire cette Série 3 nous a toutefois beaucoup plu. | © BMW

Voitures et mobilité

La nouvelle Série 3 est disponible en version hybride rechargeable, d’abord en berline et d’ici peu en break.


Par Stéphane Wamat

Une Série 3 très économique ? Oui, moyennant certaines conditions. La première est, au minimum, d’être indépendant ou de l’acheter en « société », car la 330e démarre à 52 450 euros TVAC avant même d’y ajouter la moindre option. La voiture de notre essai, dotée d’un équipement à la hauteur des prétentions premium de la marque (options esthétiques, aides à la conduite, système multimédia de pointe, etc.) atteignait une facture finale de 77 000 euros.

Ça pique mais, grâce à son homologation à 38 g CO2/km, cette hybride rechargeable est 100 % déductible. Ces très faibles émissions sont évidemment obtenues grâce au système hybride, composé d’un bloc 2 litres turbo essence et d’un moteur électrique, le tout délivrant la bagatelle de 292 chevaux. Avec un 0 à 100 km/h abattu en 5,9 secondes et 230 km/h en pointe, on parle d’une vraie BMW, d’autant que le surpoids représenté par le système ne perturbe guère l’équilibre et le dynamisme de la voiture.

Lire aussi >L’impressionnante BMW Z4 Roadster M40i avec Bart Mampaey : « Une véritable cure de jouvence »

©BMW

Les batteries de 12 kWh, qui autorisent une autonomie théorique de 54 à 59 km (WLTP), sont logées sous la banquette arrière. C’est donc le réservoir d’essence qui a été réduit (40 litres au lieu de 59) et déplacé sous le plancher de coffre. Voilà qui ne va pas plaire aux familles.

Dans l’ensemble, conduire cette Série 3 nous a toutefois beaucoup plu. L’accord entre le moteur essence, le moteur électrique et la boîte auto 8 rapports est très réussi, et l’ensemble procure des performances réjouissantes. Sur le plan qualitatif comme de l’excellence technologique, on ne peut décidément rien reprocher à cette bavaroise.

L’avis de l’expert en écoconduite

BMW annonce une moyenne de 1,6 l/100 km et jusqu’à 59 km d’autonomie électrique. Durant notre test, nous avons tiré un peu plus de 40 km des batteries et, s’il y a en effet moyen de faire mieux, c’est au prix d’une discipline de conduite à laquelle peu de propriétaires se soumettront. Cela étant, ces 40 km sont suffisants pour la plupart des trajets maison-boulot. Pour peu qu’on puisse recharger au bureau, l’affaire est dans le sac.

Dans le cas contraire, si on fait le retour sans recharger, on consommera à peu près 6 l/100 km, ce qui est très raisonnable. Conclusion : pour un kilométrage quotidien inférieur à 100 km et moyennant des recharges fréquentes, la BMW 330e sera réellement très économique. Hors de ce cadre, il sera encore difficile de faire l’impasse sur une version diesel.

L’avis de la famille Lamarche

« Comme un certain nombre de familles belges, nous avons eu à une époque une Série 3 de société, dont nous gardons un très bon souvenir. Une BMW a toujours quelque chose de spécial. Serions-nous partants pour une nouvelle Série 3, a fortiori une hybride rechargeable, que nous pourrions brancher chaque soir dans notre garage ? Oui, si c’est encore une voiture de société, car à ce prix-là… Et puis, 375 litres de coffre, c’est 100 de moins que dans une Série 3 normale. C’est éliminatoire pour un usage familial, mais revenez nous voir quand le break Touring sera disponible ! »

Données techniques

©BMW

L/l/h (mm) : 4 709/1 827/1 444
5 places
1 740 kg
Moteur hybride 4 cyl. turbo essence 2 litres + électrique
Puissance : 292 ch
Couple : 420 Nm
Conso WLTP : 1,6 l/100 km
CO2 WLTP : 38 g/km
Autonomie électrique : 54-59 km
Prix : 52 450 € TVAC

Mots-clés:
test bmw automobile
CIM Internet