Paris Match Belgique

Subaru Impreza e-Boxer : Hybride d’expert

Subaru Impreza e-Boxer : Hybride d’expert

Subaru Impreza e-Boxer. | © DR

Voitures et mobilité

Voici la première hybride de la marque.

 

Par Stéphane Wamat

L’obsession de Subaru n’est pas le sport, mais la sécurité. C’est pour cette raison que la marque ne déroge pas à ses fondamentaux que sont la transmission intégrale (de série sur tous ses modèles) et le moteur « boxer », dont les cylindres sont disposés à l’horizontale pour abaisser le centre de gravité de la voiture et donc améliorer sa tenue de route. Problème : ces deux spécificités sont d’importantes sources de consommation et avec une Subaru Impreza dotée d’un tel moteur, on arrive facilement à des moyennes avoisinant les 9 l/100 km, sans même conduire très sportivement. D’où l’intérêt de ce nouveau moteur e-Boxer, qui adopte une hybridation classique, à la façon d’une Toyota Prius, pour prendre une référence bien connue.

Lire aussi > La Subaru BRZ 2.0i Salon Edition avec Kevin Paepen : « Il y a du monde sous le capot »

Au moteur 2.0 essence est donc adjoint un petit bloc électrique de 17 chevaux (pour une puissance totale de 150 chevaux), alimenté par une petite batterie dont l’autonomie est inférieure à 2 km. Tout cela a l’air bien maigre pour obtenir un réel effet sur la conso, mais notre expert vous donne son verdict par ailleurs.

Subaru Impreza e-Boxer : Hybride d’expert
© DR

Pour notre part, nous nous contenterons de dire que l’Impreza est une voiture assez élégante et dont l’habitacle, à défaut d’être très folichon d’un point de vue esthétique, honore la réputation de qualité de la marque. Elle est par ailleurs équipée d’une belle panoplie d’aides à la conduite qui en font une auto extrêmement sûre.

Sur la route, le conducteur en général engagé que je suis a aussi retrouvé les atouts traditionnels de la marque, comme un châssis très précis et une direction agréable. Mais les souvenirs s’arrêtent là, car (que tous les nostalgiques des Impreza sportives se le disent) ceci n’est pas une voiture taillée pour la performance. Principale cause : la boîte de vitesses automatique un peu spéciale – pour les connaisseurs : une CVT –, qui garde pour elle une bonne partie de la puissance et tue toute envie de conduite sportive.

Moralité : cette Subaru hybride s’adresse à ceux qui aiment la marque pour ses côtés sécurisants, et non pour l’aura gagnée en compétition.

Subaru Impreza e-Boxer : Hybride d’expert
© DR

L’avis de l’expert 
en écoconduite

La famille Lamarche a raison : si on conduit « comme d’habitude », on ne verra pas vraiment de différence. Ce système hybride est, en effet, assez modeste selon les standards actuels, et il est indispensable d’adopter une conduite ad hoc pour bien l’exploiter. Il faut énormément anticiper, lâcher les gaz aussi souvent que possible pour profiter de la récupération d’énergie, reprendre la pédale avec délicatesse pour n’engager que le moteur électrique, etc. Moyennant une vraie implication du conducteur, les résultats sont là : nous avons relevé une moyenne de 7,8 l/100 km, soit à peine plus que les 7,7 annoncés par le constructeur. Il faut admettre que ça reste une conso élevée pour une compacte de cette catégorie, mais rappelons qu’elle dispose de quatre roues motrices. Et puis, quel progrès par rapport à ce que consomme une Subaru normale !

Subaru Impreza e-Boxer : Hybride d’expert
© DR

L’avis de la famille Lamarche

« Un de nos copains avait une Subaru Impreza Turbo quand nous étions jeunes. Bleue avec les roues dorées. Pas vraiment discrète mais, mon Dieu, quel boulet de canon ! Ici, il s’agit plutôt d’une familiale classique. Super coffre, de la place pour tout le monde dans un habitacle sobre et fonctionnel… et on se sent bien au volant, avec une petite impression sportive. Par contre, la mécanique n’incite pas à conduire fort. En même temps, le but d’une hybride est de consommer moins, pas d’arracher le macadam. Si on oublie que c’est une Subaru, ou plutôt si l’on oublie l’image qu’on a de Subaru, c’est une voiture très agréable, douce, silencieuse, confortable. Et l’idée des quatre roues motrices nous plaît bien, c’est rassurant sur la pluie. Vraiment pas mal du tout, donc. Faudra juste que nous prenions des cours de conduite éco, parce qu’on n’a pas l’impression de vraiment profiter de l’hybridation. »

Données techniques

L/l/h (mm) : 4 460 / 1 775 / 1 480

5 places

Moteur 4 cylindres hybride 
2 litres

Puissance : 150 ch

Couple : 192 Nm

Conso WLTP : 7,7 l/100 km

CO2 WLTP : 174 g/km

Prix : 29 995 euros TVAC

CIM Internet