Paris Match Belgique

Toyota Yaris : Il était une bulle…

La Yaris a tout ce dont les conducteurs d’aujourd’hui ont besoin, et même ce dont ils n’ont pas besoin. | © Toyota

Voitures et mobilité

Qu’il est loin, le temps de la première Yaris en forme de bulle de savon ! Elle s’est affirmée au fil du temps pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui.

 

Par Stéphane Wamat

Ca n’a pas toujours été le cas, mais en matière de design, Toyota n’a pas froid aux yeux. Dans une gamme qui se lâche de plus en plus, la nouvelle Yaris affiche une agressivité (lisez cela comme un compliment) qu’on ne lui connaissait pas. Plus courte, plus large et plus basse que sa devancière, elle est terriblement dynamique, en tout cas si l’on ne s’en tient pas à la version strictement de base, et particulièrement si on la chausse de jolies jantes et qu’on craque pour un niveau de finition donnant accès à une carrosserie à deux tons.

Même topo dans l’habitacle, où la mise en forme est réussie. Et côté technologique, la Yaris a tout ce dont les conducteurs d’aujourd’hui ont besoin, et même ce dont ils n’ont pas besoin. Les systèmes de sécurité sont d’ailleurs un peu castrateurs, mais admettons qu’il y a incompatibilité avec notre style de conduite trop dynamique.

Lire aussi >Le Toyota C-HR avec Kid Noize : « Il se conduit tout seul »

®Toyota

Cela dit, la Yaris provoque cet enthousiasme avec son excellent petit châssis. La voiture offre de bonnes sensations et, du coup, on a envie d’en savoir davantage en la poussant de plus en plus fort. Le seul bémol est en fait le moteur 1.5 hybride dont nous disposions, un système classique bien connu chez Toyota, ici dans sa quatrième génération. Gros progrès par rapport à la précédente version, mais ses 116 chevaux sont moins sportifs que la voiture elle-même.

Et quand on monte le rythme, la sonorité lancinante elle aussi bien connue (certes mieux maîtrisée que jadis) envahit vite l’habitacle. Cela dit, notre expert va vous dire que ce système remplit à merveille sa mission économique. Mais si on cherche une mécanique plus raccord avec le design, on choisira plutôt le 1.5Êessence classique 125 ch. Ou mieux : on attend la Yaris GR4 qui, avec ses 260Êchevaux et ses quatre roues motrices, promet de sérieusement dépoter.

La nouvelle Toyota Yaris démarre à 17 760 euros. Comptez au moins 21 300 euros pour une version hybride.

L’avis de l’expert en écoconduite

©Toyota

Nous confirmerons d’abord que le châssis de la Yaris est une invitation à l’amusement, mais s’agissant de la version hybride, restons calmes. Car avec la conduite ad hoc, il s’avère que ce système est en effet redoutable d’efficacité. Plus nous roulions en ville, plus nous voyions la conso baisser : 4,5 litres, 4,2, 4,0… et jusqu’à 3,6 l/100 km au final, quand Toyota en annonce 3,8 ! Pas mal. Le seul hic est que ce système est principalement conçu pour la ville. Sur autoroute, le moteur essence livré à lui-même consomme plutôt entre 6 et 7 litres. Notre conseil, avant d’acheter une Yaris hybride, est de s’assurer qu’elle aura sa place dans vos habitudes de déplacement. Sans quoi, vous ne profiterez pas de ce qu’elle a à offrir.

Lire aussi >La Toyota Prius Plug-in Solar avec Bénédicte Deprez : « Le silence règne en maître absolu »

L’avis de la famille Lamarche

« Nous n’allons pas jouer les étonnés, nous savons que la Yaris a beaucoup changé par rapport à celle de la première génération que j’empruntais à ma mère. Mais celle-ci en jette, avec sa peinture rouge vif et son toit noir. L’intérieur nous emballe moins que M. Wamat. Oui, les cadrans sont sympas et la petite étagère sous l’écran central est pratique pour poser le téléphone ou un trousseau de clés. Mais à part ça, on ne retrouve pas la créativité d’une Citroën C3 ! Nous validons l’espace aux places arrière et le coffre de
286 litres – pas extraordinaire, mais soit – mais nous aurions aimé un peu plus d’espaces de rangement, ou, du moins, des vide-poches de portière plus généreux. Quant à la conduite, nous l’avons jugée très agréable. On trouve vite le truc pour rouler le plus possible en électrique et quand on ne pilote pas comme un hooligan, le moteur hybride n’est pas si gênant. Il est vrai que l’insonorisation n’est pas top, mais ça va ! »

Données techniques

©Toyota

L/l/h (mm) : 3 940/1 945/1 500
5 places
1 005 kg
Moteur, 3 cyl. turbo essence hybride 1.5 litre
Puissance : 116 ch
Couple : 141 Nm
Conso WLTP : 3,8 l/100 km
CO2 WLTP : 87 g/km
Prix : 21 300 euros TVAC

Mots-clés:
Toyota voiture automobile
CIM Internet