Paris Match Belgique

Seat Leon Sportstourer e-Hybrid : Se rendre à l’évidence

On retrouve la rigueur et la qualité typique du groupe VW et des éléments communs à d’autres modèles de cette famille. | © SEAT

Voitures et mobilité

Tandis qu’augmente progressivement l’offre en matière d’hybrides rechargeables, un constat déjà dressé devient de plus en plus évident : à bien des égards, une voiture classique est tellement mieux qu’un SUV.

 

Par Stéphane Wamat

Certes, le client est roi, et le client ne veut pour le moment « que » du SUV. Mais si c’est pour une quelconque motivation environnementale qu’il opte pour une mécanique hybride rechargeable, il pourrait se remettre en question. Car quand cette mécanique équipe un SUV, la démarche n’est faite qu’à moitié. Notre expert vous explique cela encore mieux ci-contre. Pour notre part, abordons la Seat Leon de façon plus générale.

Nous n’avions, en effet, pas encore eu l’occasion de vous parler ici de la nouvelle Leon. Et la première chose à en dire, c’est que cette génération est l’une de nos préférées car, esthétiquement, c’est la moins timide. Pour nous, son design exprime quelque chose de flamboyant (toute proportions gardées bien sûr, ce n’est pas une Lamborghini), de chaleureux et d’un brin extravagant. Bref, d’espagnol. Le monde manque de voitures ouvertement méditerranéenne, et la Leon en est une.

Un peu plus sérieux, l’habitacle n’est est pas pour autant dénué de caractère. On retrouve la rigueur et la qualité typique du groupe VW et des éléments communs à d’autres modèles de cette famille (comme le grand écran multimédia et les surfaces tactiles remplaçant nombre de boutons comme les commandes de phares et de toit ouvrant, ou le réglage de volume audio ou de température), mais le tout est intégré dans une planche de bord au dessin plus dynamique que chez ses cousines.

 

©SEAT

Il aura fallu du temps, mais ça y est : même sur la route, chaque compacte du groupe a sa propre personnalité. La Golf est le compromis parfait de référence, la Skoda Octavia mise sur le confort et la Leon est la plus fun de la bande. La différence n’est pas dans la mécanique, mais dans les réglages. Ici, la direction est plus directe et engageante qu’ailleurs, et le comportement, surtout dans les virages, est plus « tranché ».

En clair, la Seat Leon est une voiture toujours très saine, mais agréablement vivante. Et avant même de parler conso, elle nous rappelle que si c’est du plaisir de conduite qu’on recherche, des sensations, là encore, on en trouvera plus dans une « vraie voiture » que dans un SUV. A bon entendeur…
La nouvelle Seat Leon démarre à 21 590 euros TVAC, mais comptez 28 090 euros pour le break e-Hybrid 204 ch de notre essai.

L’avis de l’expert en écoconduite

Nous n’avons pas directement comparé la Leon e-Hybrid à son équivalent SUV, comme nous l’avions fait il y a quelque mois avec les Renault Captur et Mégane, mais notre petit doigt nous dit que le résultat serait le même : une voiture comme la Leon est forcément plus efficace sur le plan énergétique. Malheureusement, l’hiver n’aide pas à le démontrer, puisqu’elle ne nous a offert que 35 km d’autonomie électrique au lieu des 58 à 64 km promis.

A la décharge de ces batteries (jeu de mots), nous n’avons effectué que de courts trajets au cours desquels, en plus de faire avancer la voiture, elles devaient aussi réchauffer l’habitacle. Cela étant, sans jamais recharger, nous avons bouclé un essai de 100 km à une moyenne de 4,6 l/100 km, ce qui nous semble très, très honnête pour une compacte essence de plus de 200 chevaux. Et sans le moindre doute, le SUV Ateca, quand il sera proposé en hybride rechargeable, ne fera pas aussi bien. Sachant cela, à chacun de choisir un véhicule en son âme et conscience.

Lire aussi > Rafaella, la compagne d’Axel Witsel, teste la Seat Arona FR 1.0 TGI : « Une vraie bonne surprise »

 

©SEAT

L’avis de la famille Lamarche

« C’est vrai qu’elle a du chien, cette Leon ! Et le break est aussi très réussi, pas moins dynamique que la 5 portes. Elle coche à peu près toutes les bonnes cases de la familiale compacte, y compris celle du prix compétitif : une hybride rechargeable à moins de 30 000 euros, c’est rare. En revanche, désolés si nous sommes un peu lapidaires, mais un break avec un coffre de 470 litres (620 litres pour les versions non-hybrides, NDLR), c’est un peu chiche. Dommage, car pour le reste, elle est tentante. »

Lire aussi >La Seat Tarraco 2.0 TSi Xcellence avec Raphaël Scaini : «  Un sentiment de liberté  »

Données techniques

L/l/h (mm) : 4 642/1 799/1 456 — 5 places — 1 658 kg — Moteur 4 cyl. turbo essence hybride rechargeable 1,4 litre — Puissance : 204 ch — Couple : 350 Nm — Conso WLTP : 1,1 l/100 km — Autonomie électrique WLTP : 58 km — CO2 WLTP : 25 g/km — Prix : 28 090 € TVAC

CIM Internet