Paris Match Belgique

Alfa Romeo : La nouvelle promesse

La nouvelle Alfa Romeo Giulia GTA : cette version ultrasportive 
reçoit un moteur surpuissant développant 540 ch. | © Alfa Romeo

Voitures et mobilité

Forte de 110 ans d’expérience célébrés en 2020, Alfa Romeo doit à présent se profiler pour relever les nouveaux défis du secteur automobile. La marque devra trouver l’alchimie pour conjuguer le plaisir de conduire à une électrification inéluctable.

Par Stéphane Wamat

Le 24 juin 2020, l’anniversaire d’Alfa Romeo aurait dû être un feu d’artifice. Crise sanitaire oblige, la marque a dû remiser ses projets festifs et poursuit sa réinvention dans le plus grand secret. L’avenir d’Alfa Romeo passe désormais par Stellantis, l’entreprise automobile mondiale née de l’alliance entre le groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (dont Alfa Romeo fait partie) et le français PSA Peugeot Citroën.

Le président du nouveau groupe Stellantis, John Elkann, héritier des Agnelli (on vient de célébrer le centenaire de la naissance de Gianni Agnelli – voir notre encadré), a dû se souvenir du dernier grand lancement d’Alfa Romeo en 2015 quand, sous la houlette du brillant Sergio Marchionne (l’administrateur de l’époque, décédé en 2018), la marque au « biscione » avait dévoilé la berline sportive Giulia, sous les acclamations des « alfisti » et les chants d’Andrea Boccelli. Alfa Romeo avait ensuite lancé le SUV Stelvio pour entamer son développement à l’international. Si celui-ci n’a pas donné tous les résultats escomptés, force est de constater que ces deux modèles ont repositionné la marque sur les segments premium. L’ambition est donc toujours intacte. Place maintenant à une nouvelle direction pour lui donner l’élan tant attendu.

Le nouveau patron d’Alfa Romeo apparaît déjà comme faisant partie de la famille des « alfisti », notamment lors de sa visite au Museo Storico à Arese ©Alfa Romeo

Un nouvel élan très attendu

Après le mariage de FCA et de PSA, les premières nouvelles en provenance d’Italie sont justement plutôt prometteuses. Carlos Tavares, l’administrateur délégué de Stellantis, vient de nommer un passionné d’automobiles à la tête d’Alfa Romeo.

Après avoir dirigé Peugeot pendant des années, Jean-Philippe Imparato, c’est son nom, a déjà entamé une tournée des lieux symboliques de la marque en Italie : les usines de Pomigliano (où furent produites les célèbres Alfasud) et de Cassino (le fief des actuelles Giulia et Stelvio) pour commencer, mais surtout le Museo Storico, situé à Arese près de Milan, où il a dévoré des yeux les belles carrosseries des modèles historiques et emblématiques des 110 ans d’histoire d’Alfa Romeo.

Une visite officielle qui n’a pas manqué de raviver la flamme dans le cœur des passionnés du constructeur, et ce d’autant plus que deux lancements importants doivent intervenir cette année. D’abord, les versions GTA/GTAm de la Giulia. Cette déclinaison surpuissante (V6 bi-turbo de 540 ch) a fait l’objet d’un développement minutieux et Imparato tenait absolument à la tester en avant-première.

Lire aussi >L’Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio avec Antonio Giovinazzi : « Le moteur est au sommet de son art »

©Alfa Romeo
Développée sur les pistes d’essai du fabuleux circuit de Balocco, la Giulia GTA (ici, le premier prototype) a séduit le nouveau patron mondial de la marque. Après avoir redressé Peugeot, Jean-Philippe Imparato va à présent s’attaquer au destin d’Alfa Romeo. ©Alfa Romeo

Les ingénieurs présents ont perçu sa fibre perfectionniste dès sa sortie de la voiture, testée sur les célèbres pistes de Balocco, entre Milan et Turin. Un lieu emblématique d’Alfa Romeo, avec les Alpes en toile de fond. On ne peut rêver meilleur cadre pour le développement d’une automobile ! C’est également là qu’est mis au point le prochain SUV compact, qui sera baptisé Tonale. On en saura plus sur lui en septembre, lors d’une journée dédiée à Alfa Romeo, au cours de laquelle le grand patron aura le loisir de détailler sa feuille de route pour les prochaines années.

Nul doute que l’électrification y sera annoncée. Un challenge important pour la firme italienne, dont les inconditionnels attendent qu’elle réussisse à combiner son esprit sportif exceptionnel au défi de l’électrification, nécessaire aujourd’hui pour répondre aux exigences de demain.

CIM Internet