Paris Match Belgique

Nissan Qashqai : le pionnier contre-attaque

Le tout nouveau Qashqai est une évolution rationnelle du modèle, qui se met au niveau de la concurrence. | © Nissan

Voitures et mobilité

Il a créé une catégorie en 2007 et tout le monde a été surpris par son phénoménal succès. Y compris Nissan. Trois générations plus tard, le Qashqai affronte une concurrence aussi nombreuse qu’impitoyable, et devait donc reprendre la main.

 

Par Stéphane Wamat

Est-ce qu’il le fait ? Oui et non. Non, parce que de celui qui a créé la catégorie des crossover (entre le break et le SUV) compacts, on attendrait quelque chose d’aussi disruptif que la première génération. Or le tout nouveau Qashqai est une évolution rationnelle du modèle, qui se met au niveau de la concurrence et corrige ses anciens défauts. Comme par exemple sa qualité de finition : elle fait un bond de géant, il faut le saluer.

Pour le reste, le Qashqai suit donc le mouvement actuel. Son design est résolument moderne tout en conservant certains traits de son devancier, et l’habitacle est plus soigné que jamais. Nous saluerons aussi sa volonté de refuser les modes qui n’apportent rien, au contraire, comme la lubie de faire passer la moindre commande par l’écran (une mauvaise idée signée Tesla, marque n’ayant aucune culture automobile). Ici, avec par exemple un module de vrais boutons pour la climatisation, on profite d’une réelle ergonomie. Il n’empêche que la technologie est à la page puisqu’on dispose d’un système multimédia hyperconnecté, d’un large écran tactile et d’un autre devant le conducteur en guise de tableau de bord. Quant aux aides à la conduite, elles sont toutes là, en série ou en option, mais toujours abordables. Bref, le Nissan est rationnel.

©Nissan

Bientôt, le Qashqai reprendra effectivement la main avec une mécanique rare dans la production automobile et unique dans cette catégorie : une version électrique équipée d’un moteur essence en guise de générateur. On a hâte de voir cela. En attendant, Nissan ne propose plus qu’un moteur essence, le 1,3 l turbo, disponible en 140 ou 158 chevaux, avec boîte manuelle ou auto. On peut même opter pour une version 4 x 4, chose également devenue rare.

Sur la route, on sent que le Qashqai a progressé, notamment en matière de feeling dans la direction et de dynamisme. Pas de quoi en faire un sportif, mais assez pour le rendre vraiment plus engageant à conduire. Si nous devions choisir, nous prendrions le 158 ch avec boîte auto, qui est une très belle surprise.

Le nouveau Nissan Qashqai a donc de quoi faire à nouveau parler de lui dans une catégorie surpeuplée. Prix de départ : 28 500 euros TVAC.

 

©Nissan

L’avis de la famille Lamarche

« Tiens, revoilà la coqueluche des familles du début des années 2000 ! Autour de nous, beaucoup d’amis en avaient un, et ils étaient enchantés. Nous connaissons donc bien les différentes générations, et celle-ci est effectivement une très belle évolution. Nous étions souvent rebutés par l’allure de l’intérieur, mais ce n’est plus le cas : rien de follement original, mais c’est soigné et fonctionnel. On voit aussi qu’il y a davantage de place à l’arrière, et que le coffre est sacrément généreux : un peu plus de 500 litres dans cette catégorie, ce n’est pas mal ! Pourtant, le Qashqai n’a pas particulièrement grandi. Si ? Trois centimètres ? Rien, quoi. Chapeau ! Certains de nos amis vont à nouveau craquer. Il n’est pas mal du tout, ce nouveau Nissan. Nous ? Disons que nous sommes un peu lassés des SUV. Nous attendons plutôt le break irrésistible. Ou le retour du monospace, car nous avons toujours en tête le VW Multivan essayé récemment ! »

L’avis de l’expert en écoconduite

Si Stéphane Wamat recommande la version à boîte auto, c’est parce que la boîte manuelle, qui étouffe en effet un peu les performances, ne colle pas avec la conduite dynamique. Mais c’est parce qu’elle est configurée pour réduire la conso et les émissions ! C’est donc cette solution que je préfère, d’autant qu’elle accomplit sa mission. Avec la version 140 ch du moteur 1,3 l, Nissan annonce une moyenne WLTP de 6,3 l/100 km. Sur un itinéraire un peu encombré le jour de l’essai, nous avons obtenu 5,9 l/100 km. Et nous aurions sûrement fait bien mieux avec un 
trafic plus fluide.

Données techniques

L/l/h (mm) : 4 529 / 1 838 / 1 635 – 5 places – 1 405 kg – Moteur 3 cyl 1,3 l essence turbo – Puissance : 140 ch – Couple : 240 Nm – Conso WLTP : 6,3 l/100 km – 
CO2 WLTP : 143 g/km – Prix : 28 500 euros TVAC

 

©Nissan

 

CIM Internet