Paris Match Belgique

Toyota Aygo X : la résistante

Si l’on conduit très majoritairement en ville, la CVT est le bon choix, tant elle rend la conduite confortable, et parce qu’elle y est la plus forte pour modérer l’appétit du moteur. | © Toyota

Voitures et mobilité

Peu à peu abandonnée par les constructeurs, la catégorie des mini-citadines tend à se dépeupler. Mais Toyota y croit encore et nage à contre-courant en lançant sa nouvelle Aygo X.

 

Par Stéphane Wamat

Sale temps pour ce segment de petites voitures économiques et peu coûteuses ! Car, paradoxalement, elles sont les premières victimes du durcissement des normes européennes d’émissions.

De plus en plus de constructeurs jugent en effet qu’investir pour conformer leurs minuscules moteurs à ces normes ne serait pas rentable et jettent donc le gant, préférant remplacer leurs modèles sortants par des versions électriques, par définition moins abordables. Et bien qu’il reste quelques voitures du genre dans les catalogues, toutes ont déjà quelques années au compteur.

Il est donc étonnant que Toyota en lance une toute nouvelle en 2022. C’est donc avec un grand sourire que nous accueillons l’Aygo X (on dit « Aygo Cross »), non seulement parce qu’on aime les mini-citadines en général, ou parce qu’elle est comme un acte de résistance, mais aussi et surtout parce qu’elle est très réussie. D’abord, notre lassitude vis-à-vis des SUV n’est pas titillée par son adorable look crossover gentiment méchant.

 

©Toyota

C’est mignon et ça lui va bien. Alors, pourquoi faire la fine bouche ? Ensuite, l’intérieur est un endroit agréable, aux formes simples mais pas simplistes. La petite « Toy » offre par ailleurs un niveau technologique exceptionnel pour sa catégorie avec, par exemple, une connectivité sans fil pour Android Auto et Apple CarPlay, et une belle liste d’aides à la conduite comprenant le maintien de voie actif et l’aide à la manœuvre d’évitement d’urgence, tout ça en série dès la version de base. Notre seul regret est que, malgré l’allongement par rapport à la génération précédente, les places arrière soient parmi les plus étriquées de la catégorie. S’il y a un adulte de 1,80 m au volant, son ado de la même taille ne pourra pas s’installer derrière lui.

Lire aussi >Toyota Mirai : Le futur, déjà en concessions

Contre vents et marées, Toyota reste donc fidèle au petit moteur essence classique, à savoir un 3 cylindres 1 litre de 72 chevaux. On peut l’associer à une boîte manuelle ou à une solution automatique CVT, qui offrent toutes deux à l’Aygo X un honnête éventail de compétences.

Si l’on conduit très majoritairement en ville, la CVT est le bon choix, tant elle rend la conduite confortable, et parce qu’elle y est la plus forte pour modérer l’appétit du moteur. Sans vraiment démériter, elle est en revanche moins à l’aise sur parcours sinueux et/ou vallonné. Pour des parcours mixtes, on optera donc pour l’excellente boîte manuelle, parfaitement configurée pour que le moteur ne s’essouffle pas sur autoroute. Une petite auto comme on les adore, qui démarre à 15 840 euros TVAC.

 

©Toyota

L’avis de la famille Lamarche

« Mais que c’est mignon ! Vraiment chouette et surtout “unisexe”, ce qui n’est pas toujours le cas de ces petites autos. Celle-ci est très petite, d’ailleurs. Nous avons fait l’expérience : un rêve à garer en ville, et en plus elle braque très court. Le coffre de 230 litres est bien pour la taille. Les places arrière, en revanche… Compliqué, avec trois ados ! Mais nous ne l’éliminons pas, car si la voiture principale est attribuée à qui gérera les enfants dans la journée, la Toyota sera parfaite pour l’autre. En fait, quand c’est mignon et pas trop cher, certaines exigences peuvent être réévaluées. Il en faudrait plus, des autos peps comme ça. »

Lire aussi >Toyota Yaris Cross : tout vient à point à qui sait attendre

L’avis de l’expert en écoconduite

Il est quand même absurde de constater que les normes antipollution actuelles sont si strictes qu’on pénalise des voitures comme celle-ci. Car de fait, en parcours urbain et avec la version CVT, nous avons relevé une moyenne de 4,1 l/100 km, et les circonstances de l’essai nous font dire qu’il est possible de faire mieux. D’ailleurs, pour une fois, je vous donne la moyenne de Stéphane, qui roule plutôt vite et sportivement : il n’a pas consommé plus de 5,3 l/100 km. Ça veut tout dire !

Données techniques

L/l/h (mm) : 3 700 / 1 740 / 1 525 – 4 places – 970 kg – Moteur 3 cyl. 1 l essence – Puissance : 72 ch – Couple : 90 Nm – Conso WLTP : 4,7 l/100 km – CO2 WLTP : 107 g/km – Prix : 15 840 euros TVAC

Lire aussi >Toyota Highlander : La Toy des Amériques

Mots-clés:
Toyota test automobile
CIM Internet