Paris Match Belgique

Opel Mokka 1.2 Turbo : Le monde à l’envers

On sait depuis la nouvelle Corsa qu’Opel a très largement profité de son intégration dans la famille ex-PSA | © Opel

Voitures et mobilité

Lancé en pleine énième vague de la pandémie, le nouvel Opel Mokka se révèle être une très belle surprise.

 

Par Stéphane Wamat

Dès le début, avec son style original qui a inauguré cette nouvelle face typiquement Opel, le Mokka nous avait tapé dans l’œil. Silhouette dynamique malgré sa stature relativement élevée de crossover, ailes musclées, attitude dévergondée… C’est un engin qui a vraiment de l’allure. Il faut savoir que le Mokka est le jumeau technique du Peugeot 2008.

Et, contre tout cliché sur nos voisins allemands, leur version est la plus cool. Le monde à l’envers ! Impression qui se confirme d’ailleurs dans l’habitacle, avec une planche de bord simple, lisible, de conception classique, mais mise en forme de façon vraiment moderne, avec la touche de couleur en plus. Là, on retrouve même avec bonheur le pragmatisme allemand puisque, contrairement à ses marques sœurs Peugeot et Citroën, Opel ne supprime pas les commandes physiques à tort et à travers.

Cela étant, on sait depuis la nouvelle Corsa qu’Opel a très largement profité de son intégration dans la famille ex-PSA (désormais Stellantis). C’est d’abord là que la marque a acquis sa liberté de design. Et c’est surtout là qu’elle a trouvé des châssis et des mécaniques qui font des Opel des voitures franchement chouettes à conduire. Car même (surtout ?) avec son petit moteur essence 1.2 Turbo 130 ch, le feeling du Mokka est le reflet de son look : sans prétention, mais enjoué et d’une bonne humeur communicative.

 

©Opel

On ressent de la légèreté dans un châssis qui manifeste un goût certain pour les virages, on a un moteur plein d’entrain, et on conserve un confort de petite familiale prévenante. Si ce n’est la boîte auto de notre version d’essai, qu’on voudrait parfois plus réactive, le Mokka, du strict point de vue du conducteur enthousiaste, s’avère sans reproche.

L’Opel Mokka 1.2 Turbo démarre à 25 450 euros. Une fois n’est pas coutume, nous recommandons d’ajouter 2 700 euros pour la finition GS Line, qui habille vraiment la voiture. Aussi disponible en diesel et en 100 % électrique.

L’avis de la famille Lamarche

« Il faut avouer que l’image que nous avions d’Opel est en train de changer du tout au tout. Déjà avec l’Astra essayée voici quelques semaines, maintenant avec ce petit crossover plein de peps. C’est vrai qu’il a de la gueule, passez-nous l’expression ! Alors, des défauts… Des places arrière pas “record” mais honnêtes pour une seconde voiture, un coffre de 350 litres dont on dira la même chose, un rapport qualité/prix plutôt intéressant. Nous ne savons pas trop quoi lui reprocher, à part un système multimédia pas toujours très intuitif. Et c’est le genre de choses auxquelles on s’habitue au bout de quelques semaines. Le Mokka s’invite sur notre shortlist. Et même dans notre top 5 ! »

 

©Opel

L’avis de l’expert en ecoconduite

Plus ça va, plus on aime ces véhicules bien pensés qui prouvent que les moteurs classiques sont loin d’avoir dit leur dernier mot. Si tous les budgets que les constructeurs sont forcés d’orienter vers l’électrique servaient à optimiser encore et encore les « vrais » moteurs, ainsi que la légèreté de leurs voitures, on irait loin. Bref, tout cela pour dire que malgré sa boîte auto classique, le Mokka 1.2 Turbo a su se montrer raisonnable : 6,2 l/100 km sur des parcours majoritairement urbains, Opel annonçant un chiffre officiel de 5,9 l/100 km. Avec des itinéraires plus mixtes, nous aurions battu ce chiffre. Vraiment pas mal pour un véhicule de plus de 4 mètres !

Données techniques

L/l/h (mm) : 4 151 / 1 947 / 1 534 – 5 places – 1 200 kg – Moteur 3 cyl. -1,2 l essence turbo – Puissance : 130 ch – Couple : 230 Nm Conso WLTP : 5,5 l/100 km – CO2 WLTP : 123 g/km – Prix : 25 450 euros TVAC

 

©Opel
Mots-clés:
opel test automobile
CIM Internet