Paris Match Belgique

Mercedes EQE : la gamme électrique

La Mercedes Benz EQE électrique

L'EQE est une version raccourcie de sa grande sœur EQS. | © Mercedes-Benz EQE

Voitures et mobilité

Si on vous dit « grande Mercedes », vous pensez raffinement et confort. Avec le développement de la gamme électrique EQ, il y aura désormais deux approches bien distinctes de la marque.


Par Stéphane Wamat

Quiconque a essayé une Classe E – et plus encore une Classe S – vous confirmera qu’en matière de confort, elles dominent la concurrence de la tête et des épaules. On n’oublie pas les aspects de qualité et de technologie, évidemment, mais ce n’est pas là que la marque fait le plus la différence. Or, nous vivons une époque charnière, dans laquelle l’automobile a de nouveaux impératifs. Mercedes ne faisant rien à moitié, elle développe ses EQ de façon à ce que tout tourne autour de l’efficacité énergétique. S’agissant de voitures électriques, cela se traduit par la maximisation de l’autonomie.

Le constructeur l’a illustré récemment par un concept car nommé EQXX : le point majeur qui permet d’obtenir la plus grande efficience n’est pas la chasse au poids ou de plus grosses batteries, mais bien l’aérodynamisme. Les lignes de la grande EQS montraient déjà l’engagement de Mercedes sur cette voie. L’EQE, qui est, pour schématiser un peu, une version raccourcie de sa grande sœur, le confirme. Et soit dit en passant, nous sommes fans du langage de design qui s’est imposé dans cette recherche aérodynamique, et nous serions preneurs d’une telle auto non électrique !

 

©Mercedes-Benz EQE

Si l’on excepte les dimensions, l’habitacle est également un copier-coller de l’EQS, avec une version soit relativement classique, comprenant un grand écran vertical et un élégant panneau décoratif, soit avant-gardiste, avec l’Hyperscreen à écrans multiples. Dans tous les cas, c’est moderne et élégant, comme on l’attend de Mercedes. Mais ce qu’on n’attendait pas, c’est le sacrifice : des sièges franchement pas aussi accueillants et caressants que d’habitude. Question de maîtrise du poids ? Ou des coûts, histoire de ne pas demander encore plus au client pour une voiture déjà pas donnée ? Les habitués de la Classe E auront en tout cas les fesses dubitatives.

Lire aussi >Mercedes C200 Break : plus classe que jamais

Pour ce qui est de la conduite, les 292 chevaux de l’EQE gèrent parfaitement ses 2 300 kilos. Les performances haut de gamme sont là mais, à nouveau, il manque ce « toucher de route » particulier et subtil des grandes Mercedes. Ne vous méprenez pas : l’agrément est tout de même de très haut vol grâce, bien sûr, à un silence de marche absolument remarquable et à un amortissement qui, pour le coup, est bien Mercedes. La question est : l’EQE est-elle une voiture pour ceux qui aiment les qualités habituelles de la marque ? Pas sûr. Nous dirions plutôt qu’elle installe de nouvelles valeurs emblématiques, à l’intention de nouveaux clients.

La Mercedes EQE démarre actuellement à 76 625 euros. D’autres versions moins chères sont prévues dans les mois à venir.

L’avis de la famille Lamarche

« Nous serons brefs, car même avec 600 km -d’autonomie, une voiture électrique à 80 000 euros n’est pas pour nous. Mais, nous aussi, nous adorons son design aérodynamique, son intérieur futuriste et les places arrière. Le coffre de 430 litres paraît par contre un peu chiche dans une auto de près de 5 mètres. Quant à la conduite, nous étions prêts à la qualifier d’ultraconfortable, jusqu’à ce que notre petit dernier, qui aime les voitures familiales, nous dise “Les sièges, un peu durs pour une Mercedes, non ?” »

 

©Mercedes-Benz EQE

L’avis de l’expert en écoconduite

Mercedes a raison de souligner que l’aérodynamisme sera le meilleur facteur d’efficience pour les voitures électriques. Et avec l’EQE, le constructeur le prouve sans discussion. Nous avons essayé dans le passé des SUV électriques de plus de deux tonnes sans jamais réussir à passer sous la barre des 22-23 kWh/100 km. Sur un parcours vraiment mixte (autoroute, ville, réseau secondaire vallonné), l’EQE a consommé 17,8 kWh/100 km ! Et encore, nous avons roulé en mode Confort (parce que Mercedes) plutôt qu’en mode Éco. Très belle performance énergétique pour une voiture électrique de ce gabarit. Cela vaut bien des sièges un peu durs !

Lire aussi >Mercedes EQB : la plus familiale des électriques

Données techniques

L/l/h (mm) : 4 946 / 2 103 / 1 510 – 5 places – 2 355 kg
1 moteur électrique – Puissance : 292 ch
Couple : 560 Nm – Autonomie (WLTP) : 545-660 km
Prix : 75 625 euros TVAC

CIM Internet