Paris Match Belgique

Nissan Qashqai E-Power : électrique mais pas trop

On parle donc d’un hybride plutôt que d’un électrique ? Pas exactement, car le moteur essence n’a aucune liaison avec les roues. | © ©Nissan

Voitures et mobilité

Précurseur de la voiture électrique avec sa Leaf, Nissan a pris son temps pour appliquer sa recette dans la catégorie très porteuse du SUV de milieu de gamme. Chose faite avec le Qashqai e-Power ? Oui et non.

 

Par Stéphane Wamat

En fait, si c’est un SUV Nissan 100 % électrique que l’on veut, il faut s’intéresser à l’Ariya… et patienter. Car son lancement a été retardé. Et s’il est présent sur le configurateur du site internet de la marque, l’Ariya n’a pas encore de prix. On peut toutefois déjà s’offrir un SUV Nissan exclusivement entraîné par l’électricité avec la nouvelle génération du best-seller de la marque, le Qashqai, dans sa version e-Power. Mais il y a une astuce.

Le modèle est en effet uniquement emmené par un moteur électrique de 190 chevaux. Et avec sa batterie de 2,1 kWh, on ne va pas bien loin. Heureusement, il y a sous le capot un moteur essence, un 3 cylindres 1,5 litre 156 ch. On parle donc d’un hybride plutôt que d’un électrique ? Pas exactement, car le moteur essence n’a aucune liaison avec les roues.

Il n’est là que pour produire l’électricité nécessaire au moteur électrique. C’est donc un prolongateur d’autonomie. Nouveau chez Nissan Europe, le principe est déjà utilisé par le constructeur depuis quelques années au Japon, et nous l’avons déjà vu chez nous il y a quelques années dans des modèles comme la BMW i3 et les cousines Opel Ampera / Chevrolet Volt.

 

©Nissan

Aussi alambiqué qu’il puisse paraître, le système s’avère extrêmement convaincant. D’une part, il présente toutes les qualités d’agrément d’une voiture électrique classique : la douceur de fonctionnement, les démarrages et accélérations aussi linéaires que vigoureux si on le désire, les réactions instantanées, la conduite à une pédale si on active le mode de régénération le plus puissant, et même le même silence monacal. Enfin, presque : on entend évidemment régulièrement le moteur essence s’éveiller pour « rebooster » l’électricité, mais il reste d’une extrême discrétion.

Côté dynamisme, cette motorisation met en valeur la personnalité équilibrée et apaisante du Qashqai. Le SUV Nissan a le bon goût de ne pas faire croire à de quelconques prétentions sportives, préférant être conduit avec fluidité. « En bon père de famille », comme le dit l’expression devenue politiquement incorrecte.

Lire aussi >Nissan Juke Hybrid : mieux vaut tard…

Reste à dire qu’à 40 740 euros TVAC de base, le Nissan Qashqai e-Power n’est pas donné. Pour être juste, il faut souligner qu’il est fourni avec un équipement plutôt généreux, dont un écran multimédia central plus grand que dans les autres Qashqai. À notre avis, c’est une offre assez intéressante de la part de Nissan. Dommage que l’État ne le voie pas comme un véhicule électrique, et qu’il ne profite donc d’aucun avantage.

©Nissan

L’AVIS DE LA FAMILLE LAMARCHE

« Nous avions déjà essayé le nouveau Qashqai et l’avions trouvé charmant, fonctionnel et bien doté pour une famille, avec un coffre de plus de 500 litres. Ici, il passe à 455 litres. Cela s’explique apparemment par la mécanique un peu spéciale, qui implique qu’une batterie et d’autres composants doivent bien être installés quelque part. De fait, à l’essai, cette version e-Power est bien plus agréable que celle à simple moteur essence de la première fois. L’idée de la voiture qui a les avantages de la conduite électrique sans le stress de la prise, c’est sympa. Sincèrement, nous adorons ce système. De là à investir 40 000 euros ? Pas sûr. Mais nous partagerons volontiers avec notre entourage cette très agréable expérience de conduite. »

Lire aussi >La Nissan Qashqai DIG-T Tekna + avec Nadia Bruno : « De beaux atouts sécuritaires »

L’AVIS DE L’EXPERT EN ECOCONDUITE

Le principe de la voiture électrique avec un moteur essence qui l’alimente n’est pas vraiment nouveau. Mais ce que Nissan en a fait fonctionne particulièrement bien. En théorie, le constructeur annonce une moyenne de 5,3 l/100 km. Avec un réservoir de 55 litres, cela ferait donc une voiture « électrique » avec plus de 1 000 km d’autonomie. Et même beaucoup plus, puisqu’après avoir appris à bien « parler » à ce système, nous avons relevé une moyenne… de 4,7 l/100 km. Beau boulot de la part de Nissan !

 

©Nissan

DONNEES TECHNIQUES

L/l/h (mm) : 4 529 / 1 838 / 1 635 – 5 places – 1 687 kg Moteur électrique + prolongateur – Puissance : 190 ch Couple : 250 Nm – Conso WLTP : 5,3 l/100 km – CO2 WLTP : 120 g/km – Prix : 40 740 euros TVAC

CIM Internet