Paris Match Belgique

Journée du patrimoine : notre sélection des plus beaux monuments et sites de Wallonie

A Mouscron, l'ancienne piscine communale

L’ancienne piscine communale de Mouscron, témoin d’innovations architecturales et sociétales. | © Vincent_Rocher 20220824 - Mouscron - ancienne piscine communale - bassin de natation - Rue roger Salengro 2

Voitures et mobilité

Organisées le deuxième week-end de septembre en Wallonie depuis 1989, les Journées du patrimoine sont en réalité une manifestation internationale présentée dans une cinquantaine de pays sur le modèle des « Journées portes ouvertes des monuments historiques », créées en France en 1984.

 

Par Frédéric Marchesani / Photos Guy Focant et Vincent Rocher

Les Journées du patrimoine permettent la découverte de monuments et sites rarement accessibles au public, l’accès à des musées ou la découverte du patrimoine via des circuits inédits. Les activités sont toujours gratuites. Plus grand événement patrimonial de l’année, elles attirent le temps d’un week-end plusieurs dizaines de milliers de curieux, d’amateurs et de passionnés. La 34e édition se déroule ces samedi 10 et dimanche 11 septembre.

L’innovation et le patrimoine pourraient passer de prime abord pour antagonistes, mais un retour rapide sur ces notions tend à nous prouver le contraire. Cette nouvelle édition permet, par divers aspects, de mettre le doigt sur trois approches différentes : l’innovation au fil du temps, l’innovation en faveur de la connaissance, de la conserva-tion et de la restauration du patrimoine et, enfin, l’innovation au service de sa découverte et de sa mise en valeur.

Des avancées de toute nature sont visibles, de manière plus ou moins discrète ou évidente, dans les témoins de notre patrimoine. Certains d’entre eux nous permettent d’ailleurs de poser les jalons de l’histoire de l’architecture, identifiant les moments charnières qui ont marqué le passage d’un style ou d’une époque à l’autre.

Les progrès dans ce registre se sont accélérés avec la Révolution industrielle, qui a permis le développement de nouveaux procédés et une mise à disposition plus large de nouveaux matériaux.

Que l’on songe ici au métal qui, au XIXe siècle, s’est largement imposé, amenant avec lui tout un registre de possibilités. Le XXe siècle a quant à lui vu se développer un matériau à l’avenir tout tracé, le béton armé. Les grands bassins industriels furent une carte maî-tresse dans la constitution de notre patrimoine récent mais les villes n’ont pas l’apanage des innovations, même si ces dernières semblent à première vue n’apparaître qu’en en mode mineur en milieu rural.

Plus près de nous, l’inscription du patrimoine dans le XXIe siècle nous entraîne dans des questions pointues de du-rabilité, d’intégration des matériaux, d’interventions contemporaines considérées comme innovantes et de nou-velles technologies en matière de restauration, de prospection et de modélisation. La récolte des données lors de fouilles ou de prospections archéologiques, ainsi que le traitement de celles-ci, sont aussi concernés.

Au-delà de sa connaissance en tant que telle, la transmission du patrimoine aux générations fu-tures est également un des facteurs clés de sa préservation. En la matière, ces dernières années nous ont rendu familiers du recours aux nouvelles technologies, notamment en termes de réalités virtuelle et augmentée, QR codes et applications de découvertes diverses. Les nouvelles expé-riences de visite sont particulièrement bien représentées dans le programme.

350 ACTIVITÉS POUR UNE REMARQUABLE 34e ÉDITION

Impossible de brosser dans le détail le riche et vaste programme de cette 34e édition. On y dénombre en effet plus de 350 activités, dont une quinzaine sont inscrites au programme pour la première fois. En voici une petite sélec-tion, afin d’avoir l’eau à la bouche.

Dans le Brabant wallon, on épinglera la visite des anciennes usines Henricot à Court-Saint-Étienne. Merveille de l’architecture industrielle, elles conservent un hall construit en 1907, remarquable pour sa charpente métallique, son assemblage au moyen de rivets et ses piliers en fonte. Sa taille imposante et son architecture novatrice lui ont permis d’être classée. Plus loin, dans le village d’Opprebais (Incourt), l’église Saint-Aubain figure pour la première fois au programme des Journées. Érigée en plusieurs campagnes, elle comprend un chœur gothique du XVIe siècle, trois nefs classiques bâties en 1737 et une tour néoclassique édifiée en 1864.

 

L’impressionnant hall des usines Henricot à Court-Saint-Étienne. ©Guy_Focant

Dans la province du Hainaut, le choix est lui aussi des plus éclectiques. Dans le village de Bray (Binche), l’église Notre-Dame du Travail a récemment été ajoutée à la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie. Elle a été entiè-rement construite en béton au début du XXe siècle et fut donc l’une des premières églises de Belgique à être bâtie dans ce matériau novateur.

À Charleroi, l’Espace environnement vous propose un circuit libre ou guidé pour partir à la découverte des ascenseurs anciens. Ceux-ci, véritables symboles de l’innovation, sont apparus dès les années 1930 pour équiper les premiers immeubles à appartements. Plusieurs de ces joyaux architecturaux ont depuis dis-paru et il est primordial de protéger ce patrimoine en danger. La balade mènera dans plusieurs halls d’entrée d’immeubles pour découvrir ces pépites Art déco ou modernistes.

 

 L’ascenseur ancien de la résidence Albert à Charleroi, au cœur d’un circuit libre ou guidé. ©Vincent_Rocher

À Mouscron, c’est l’ancienne piscine communale qui vous ouvre ses portes. Inaugurée en 1948, elle s’inscrit dans un mouvement d’innovation favorisant l’hygiène et la pratique sportive, mais témoigne également du développe-ment des nouveaux matériaux de construction.

Non loin de là, la commune de Tournai propose une foule d’activités. Parmi celles-ci, une visite de l’Institut Saint-Luc à Ramegnies-Chin, construit en 1904 en style néogothique et qui fut un des premiers bâtiments de la région à être doté d’une charpente en acier à arc Eiffel. Le café Le Carillon, sur la Grand-Place de Tournai, date quant à lui de 1928. Il affiche une ossature en béton à l’épreuve des bombes et fut de ce fait un des rares édifices de la place à résister aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

 

©Vincent_Rocher

Du côté de la province de Liège, on ne manquera pas les visites du fort de Flémalle au moyen de casques de réalité virtuelle, ou de l’Archéoforum avec ses animations en réalité augmentée. Véritable pépite, inscrite pour la première fois au programme, la visite du pont Père Pire attirera certainement les foules. Il enjambe la Meuse entre Ben-Ahin (Huy) et Wanze. On le doit au bureau d’études Greisch.

Conçu et réalisé entre 1985 et 1987, ce pont haubané fut une première mondiale et reste aujourd’hui détenteur d’un record du monde avec ses 16 000 tonnes. Édifié sur des échafaudages parallèlement au fleuve, le tablier de 34 m repose sur un seul pylône en Y renversé et a été projeté par-dessus le cours d’eau par une rotation de 70°.

 

Le pont Père Pire à Wanze, une des pépites de cette 34e édition. ©Guy_Focant

Un accès exceptionnel au pylône ainsi qu’à la salle de contrôle est prévu pour les Journées du patrimoine. Autre nouveauté de cette édition 2022, la découverte du centre historique du village de Lens-Saint-Remy (Hannut) et de son prieuré, au moyen d’une carte interactive et de QR codes conte-nant des capsules vidéo et des quiz.

Dans la province du Luxembourg, vous pourrez découvrir le bois Jacques à Bastogne, haut lieu de la bataille des Ardennes, grâce à une application en réalité augmentée.

À Durbuy, c’est un audioguide qui vous mènera dans les ruelles anciennes du centre. À Étalle, le site de la Tranchée des Portes sera accessible pour la première fois cette année. Il présente la plus vaste fortification protohistorique découverte en Belgique. Vous découvrirez, grâce au travail des archéologues, quelles étaient les techniques innovantes mises au point par nos ancêtres pour se proté-ger il y a près de deux millénaires. À Montleban (Gouvy), le moulin Massard, reconstruit au XIXe siècle, fait lui aussi partie des nouveautés de cette 34e édition.

Le site protohistorique de la Tranchée des Portes à Étalle, témoin des innovations de nos ancêtres. ©AWaP

Enfin, la province de Namur n’est pas en reste. Plusieurs monuments et sites inscrits sur la liste du patrimoine exceptionnel sont à visiter : la cathédrale Saint-Aubin, les châteaux de Freÿr, Fernelmont et Corroy-le-Château, l’abbaye de Gembloux… À Sclayn (Andenne), la grotte Scladina propose de découvrir comment les technologies modernes viennent en aide aux archéologues.

Il faut également épingler les souterrains Vauban à Philippeville et la visite exceptionnelle de ces galeries creusées en 1656, une innovation majeure pour l’époque. Ce réseau de défense souterrain de 10 km au cœur d’une citadelle rendait toute tentative de sape impossible. Réputée imprenable, Philip-peville sera préservée de tout siège jusqu’en 1815. Enfin, du côté des nouveautés, épinglons la ferme des Dames blanches à Rhisnes (La Bruyère), qui abrite la maison des citoyens.

 

Le moulin Massard à Montleban (Gouvy). ©Vincent Rocher

C’est désormais clair : il y en aura une fois encore pour tous les goûts aux Journées du patrimoine. Venez nombreux découvrir les 350 activités proposées aux quatre coins de la Wallonie.

CHANGEMENT ET NOUVEAUTES

Quelque peu chamboulé par la pandémie ces deux dernières années, l’événement revient en 2022 après un travail de modernisation important. Méthode et procédure ont évolué. Le thème annuel, bien que maintenu, ne constitue plus une porte d’entrée obligatoire pour qu’un lieu patrimonial soit inscrit au programme et puisse accueillir le public.

Le programme de la 34e édition se compose dès lors de deux rubriques principales : les lieux, visites et activités liées au thème (« Patrimoine et innovation ») et autres, regroupés dorénavant sous l’intitulé « Patrimoine ouvert ». Le plaisir de s’intéresser à un aspect précis du patrimoine wallon est ainsi couplé à celui de la libre découverte de monuments et sites ouverts à toutes et tous.

INFOS

Les 34es Journées du patrimoine se déroulent ces 10 et 11 septembre partout en Wallonie. Toutes les activités peuvent être consultées dans la brochure-programme disponible dans les offices et maisons du tourisme, ainsi qu’à la Fnac. Elles sont également reprises sur le site internet www.journeesdupatrimoine.be où l’on peut retrouver une version pdf de la brochure et un site interactif permettant de composer son programme. Afin d’avoir toujours celui-ci dans la poche, l’application des Journées du patrimoine est disponible gratuitement sur les plateformes de téléchargement.

Les activités reprises au programme, également accessibles gratuitement, nécessitent parfois de faire une réservation auprès des organisateurs concernés. Soyez donc vigilants.

Enfin, un grand spectacle gratuit est proposé à tous en ouverture de ce week-end. Celui-ci sera présenté sur le superbe site du Grand-Hornu (Boussu) ce vendredi 9 septembre à 20 h ainsi que ce dimanche 11 septembre à 15 h. Attention, il est obligatoire de réserver sa place sur le site www.journeesdupatrimoine.be

 

CIM Internet