Paris Match Belgique

Skoda Enyaq RS IV : coupé belle bête

La qualité est de niveau quasi premium, de même que l’équipement technologique, tant pour l’infodivertissement que pour les aides à la conduite. | © DR

Voitures et mobilité

Avec l’avènement de l’électrique, Skoda semble encore moins qu’avant cantonnée au rôle de « VW bon marché ». La preuve avec cet imposant SUV Coupé, aussi électrique que désirable.


Par Stéphane Wamat

Le patron d’une marque italienne affirme que, dans le monde automobile de demain, le design, plus que jamais, fera la différence entre une voiture à succès et une autre. Manifestement, il n’est pas le seul à le penser. Avis très personnel : même si les Skoda « classiques » actuelles n’ont rien de laiderons, les modèles électriques de la marque ont un charisme indiscutable. En version standard, l’Enyaq a déjà quelque chose de statutaire, de dynamique et de décomplexé. Dans sa version coupé, nous pouvons vous dire qu’il attire carrément l’œil des passants. Bref, pour l’aspect esthétique, Skoda a mis dans le mille !

Et c’est probablement encore plus vrai dans le cas de la version essayée aujourd’hui : le Enyaq RS Coupé. Boucliers plus agressifs, énormes jantes spécifiques, sièges sport… Dommage que l’ambiance intérieure générale ne suive guère le mouvement sportif. Cela étant, c’est tout ce qu’on peut lui reprocher, car la qualité est de niveau quasi premium, de même que l’équipement technologique, tant pour l’infodivertissement que pour les aides à la conduite.

 

©Skoda

Le RS est évidemment le plus puissant des Enyaq. Il dispose de deux moteurs électriques (et donc de quatre roues motrices) développant un total de 299 chevaux. Il abat ainsi le 0 à 100 km/h en 6,4 secondes, et pointe à 180 km/h. De fait, cet engin est éminemment réactif dès qu’on enfonce la pédale de droite, surtout en partant d’une vitesse réduite. Et on peut aussi être épaté par les prouesses technologiques qui lui offrent une tenue de route de haute volée. Mais les lettres RS sont-elles synonymes de sportivité ? Avec un poids de 2,2 tonnes et l’inertie qui va avec, on peut dire que non. En effet, le plus puissant de la famille est aussi le plus lourd, puisqu’il embarque un second moteur comme nous le disions, mais aussi les plus grandes batteries du catalogue. Skoda promet d’en tirer 502 km d’autonomie, notre expert vous dit ce qu’il en est ci-contre.

Difficile bilan. D’une part, l’Enyaq RS iV Coupé nous séduit énormément par son look et sa qualité. D’autre part, son poids et son comportement ne sont pas à la hauteur des lettres RS. Enfin, le prix de base de 64 895 euros est plutôt copieux. Finalement, on se dit que nous avons peut-être été un peu durs avec le Subaru Solterra de la semaine dernière, qui a ses défauts, mais est sensiblement moins cher et plus sympa à conduire.

 

©Skoda

L’AVIS DE LA FAMILLE LAMARCHE

« C’est vrai qu’il a de l’allure, ce SUV. Et encore plus de nuit, avec sa fausse calandre toute illuminée. Pour nous qui ne sommes pas très exigeants sur le dynamisme, la remarque de Stéphane Wamat sur la conduite n’est pas rédhibitoire, donc nous sommes toujours séduits. D’autant que si vous le comparez au Subaru de la semaine dernière, le Skoda a plus d’espace à bord, et surtout un coffre de 570 litres très utilisables. Mais… il est également électrique, donc ne peut pas non plus prendre le rôle de voiture principale chez nous. Et si nous disions déjà que le Subaru était trop cher pour une seconde voiture, que dire ici ? »

Lire aussi >Skoda Karoq Sportline 2.0 4×4 : ascenseur social

L’AVIS DE L’EXPERT EN ECOCONDUITE

Clairement, essayer deux véhicules électriques de même catégorie à une semaine d’intervalle, cela pousse à la comparaison. Mais le Skoda Enyaq iV RS ne tient pas plus sa promesse que le Subaru en matière de conso et d’autonomie. Cela dit, avec le même handicap du temps froid et du chauffage, le Skoda parvient à être un peu plus proche de ses chiffres officiels. Le constructeur annonce en effet une moyenne de 16,7 kWh/100 km et 502 km d’autonomie. Nous avons relevé 18,7 kWh et, si nous étions allés au bout de la batterie, nous en aurions probablement tiré un peu plus de 430 km. Pas mal, mais pas remarquable non plus. Je ne l’ai plus écrit depuis longtemps, alors voilà : un véhicule électrique de ce gabarit, ce n’est pas ce qui a le plus de sens.

Lire aussi >La Skoda Scala 1.6 TDI Style avec John Pilette : « Un modèle abouti à l’esthétique sans faille »

DONNEES TECHNIQUES

L/l/h (mm) : 4 653 / 1 879 / 1 607 – 5 places – 2 203 kg Moteur électrique – Puissance : 299 ch – Couple : 460 Nm Conso WLTP : 16,7 kWh/100 km – Autonomie WLTP : 502-523 km – Prix : 64 895 euros TVAC

Mots-clés:
skoda test automobile
CIM Internet