Paris Match Belgique

Test auto : 408, la Peugeot parfaite ?

Nous avons essayé la plus puissante des 408, et avons découvert une voiture qui propose un compromis assez étonnant. | © DR

Voitures et mobilité

Alors que le segment est en plein boom, Peugeot arrive à son tour avec un nouveau modèle destiné à concurrencer d’autres coupés SUV.


Par Stéphane Wamat

En dépit d’un look surélevé, la Peugeot 408 est ce qu’on peut faire de plus bas en matière de SUV : 1,47 m de haut, c’est finalement à peine plus qu’une berline compacte. Et si les designers ont effectivement créé une sorte de « SUV en trompe-l’œil » pour plaire à un public qui ne s’est pas encore lassé du genre, Peugeot présente la 408 comme une « fastback ». De fait, avec sa ligne magnifiquement profilée, sa face agressive et ses proportions musclées, la voiture a l’air rapide.

Et puis, elle est furieusement belle ! On a certes le droit d’avoir des goûts différents, mais vous verrez que quand on la croisera sur la route, on aura l’œil immanquablement attiré.

La Peugeot 408 partage sa base technique avec la compacte 308. Différence principale : l’empattement a été sensiblement allongé, ce qui lui donne cette allure sportive et offre surtout un supplément considérable d’espace intérieur. En fait, les places arrière sont même plus vastes que dans la… 508 !

Comme la 308, la 408 est proposée en version essence 130 ch, et surtout en deux versions hybride plug-in, de 180 ou 225 chevaux. Dans les deux cas, la batterie autorise une autonomie électrique d’à peu près 60 km.

Lire aussi >Peugeot 308 Hybrid 180 : chacun sa spécialité

 

©DR

Nous avons essayé la plus puissante des 408, et avons découvert une voiture qui propose un compromis assez étonnant. D’une part, elle offre un confort de haut niveau, presque aussi épatant que celui de la cousine Citroën C5X. Y participent une insonorisation franchement soignée et une harmonie mécanique totale. Jamais nous n’avons perçu le moindre à-coup de la boîte auto, ou seulement lors des transitions essence-électricité. Grande douceur d’utilisation, donc, mais en même temps de vraies sensations engageantes, comme on en attend de la part d’une Peugeot. La 408 se révèle très à l’aise en virage, et le petit volant transmet toujours ce quelque chose de spécial.

Alors, est-ce la Peugeot parfaite ? Non. D’abord parce qu’il y a toujours cette manie de faire passer des fonctions essentielles par l’écran, comme la climatisation. Ensuite, les Lamarche qui nous ont fait remarquer une chose étrange (lire ci-dessous), surtout de la part d’une voiture qui – dans cette version plug-in haut de gamme – dépasse les 45 000 euros sans options. La Peugeot 408 essence démarre à 33 965 euros. Comptez 41 329 euros pour une plug-in 180 ch.

L’AVIS DE LA FAMILLE LAMARCHE

« Allons droit au but. Oui, nous trouvons cette Peugeot 408 absolument superbe. Oui, les places arrière sont incroyablement spacieuses pour la catégorie, et le coffre de 536 litres nous conviendrait. Mais nous avons remarqué quelque chose qu’on ne peut voir que si on a des enfants : pourquoi les garnitures des portières sont-elles de bien moins bonne qualité à l’arrière qu’à l’avant ? Pour faire des économies, on imagine bien. Le souci est que, du coup, elles sont plus fragiles là où s’installent les enfants, par définition pas toujours précautionneux. Est-ce que nous disqualifions la 408 pour autant ? Non. Elle pourrait même avoir une place sur la shortlist de notre future voiture principale. »

Lire aussi >Peugeot E-208 : Le débat de l’autonomie

 

©DR

L’AVIS DE L’EXPERT EN ECOCONDUITE

La 408 est à peine plus haute qu’une berline compacte, et donc moins haute qu’un SUV classique. Cela a évidemment une bonne influence sur la consommation. De fait, en ces temps de grande importance de l’énergie et des émissions, nous restons pantois devant l’inébranlable succès des SUV ! Soit. Le sujet du jour est la 408, et il s’avère que grâce à son aérodynamisme, elle a tendance à tenir ses promesses. En mode 100 % électrique, nous avons tiré précisément 52 km des batteries avant le réveil du moteur essence, ce qui est franchement bien compte tenu des conditions d’essai. Au bout de 100 km de parcours, la moyenne était inférieure à 2 l/100 km. Quant au « test des vacances », sans aide électrique, il donne une moyenne remarquable de moins de 6,5 litres.

DONNEES TECHNIQUES

L/l/h (mm) : 4 680 / 1 840 / 1 470 – 5 places – 1 706 kg Moteur 4 cyl. 1,6 l essence turbo hybride plug-in – Puissance : 225 ch – Couple : 320 Nm Conso WLTP : 1,2 l/100 km – CO2 WLTP : 29 g/km – Prix : 43 908 euros TVAC

 

©DR
CIM Internet