Paris Match Belgique

Mercedes EQS SUV : aussi agréable qu’insensé

On imagine les clients fidèles qui, après quelques Classe S, décident de faire le grand saut électrique… et le regrettent rapidement. | © DR

Voitures et mobilité

Dans la famille EQ 100 % électrique de Mercedes, je demande le tout haut de gamme. Voici l’EQS SUV, en quelque sorte le GLS électrique, qui a le don de nous tirailler entre enthousiasme et réticences.

 

Par Stéphane Wamat

À notre humble avis, Mercedes se lance dans la grande aventure électrique avec divers degrés de réussite. Au cours de nos essais, nous sommes en effet tombés sur des modèles plutôt convaincants, comme l’EQB et l’EQC, et d’autres qui nous ont carrément déçus. Notamment l’EQE, et surtout l’EQS, qu’on présente volontiers comme la Classe S élec-trique. Le truc, c’est que quand on dit « Classe S », des attentes très élevées surgissent immédiatement.

La S, c’est la référence de la berline de standing, que seule une Rolls-Royce peut dépasser en termes de raffine-ment. La Classe S, c’est la douceur de fonctionnement, le confort, le perfectionnisme jusqu’au-boutiste. L’EQS ne pouvait donc être rien de moins. Hélas, malgré de nombreuses qualités, nous n’avons pas retrouvé au volant cette saveur particulière et inimitable qu’on ressent dans une vraie Classe S. Malgré sa débauche d’écrans à bord et ses performances plus que satisfaisantes, l’EQS est presque ordinaire. Et on imagine les clients fidèles qui, après quelques Classe S, décident de faire le grand saut électrique… et le regrettent rapidement.

 

©DR

On y retrouve pourtant cette douceur, ces performances sans efforts, cette impression de grâce dans le mouve-ment. On peut même dire qu’ici, la fluidité intrinsèque de la transmission électrique est la cerise sur le gâteau. Là, oui, on signe des deux mains. Même si nous trouvons toujours ce fameux tableau de bord hyperscreen vraiment surfait, même si la balance indique pas loin de trois tonnes, et même si le prix de base de 119 000 euros (169 000 euros pour la version 544 ch de notre essai) est purement indicatif.

Bref, le feeling de l’EQS SUV est à la hauteur de la réputation de la marque. Seulement, voilà : le prix à payer est aussi énergétique. Certes, notre essai s’est déroulé durant la semaine la plus froide de décembre. Certes, les propriétaires d’un tel carrosse le brancheront dans un garage chauffé, et prendront soin de préchauffer l’habitacle. Mais avec un V6 ou un V8, le simple fait de chauffer l’intérieur en hiver ne fait pas doubler la conso, ni ne réduit l’autonomie à moins de 300 km!

Considérez que nous avons l’esprit rétrograde si vous le souhaitez, mais nous trouvons qqu’avaler deux fois tous les 100 km ce qu’une maison belge moyenne consomme en une journée, ce n’est pas plus politiquement correct qu’un SUV à moteur V8 qui consomme 15 l aux cent. Et le V8, les ayatollahs verts ne le présentent pas comme la solution qui va sauver le monde d’une destruction certaine. Cherchez l’erreur…

Lire aussi >Mercedes Classe T : Ne l’appelez pas « Kangoo du riche »

©DR

L’AVIS DE LA FAMILLE LAMARCHE

« Nous sommes ébahis devant l’EQS SUV, son niveau technologique et sa foule de gadgets, pas tous utiles mais follement sympas. Pour nous, c’est une vitrine de savoir-faire, dans laquelle nous trouvons tous notre bon-heur : une conduite royale pour papa-maman, des maxi-écrans pour épater les petits, des places arrière somp-tueuses pour ces derniers, et un coffre immense qui cache deux places supplémentaires (option à 1 900 euros), au cas où. Cela dit, cette vitrine est comme celles des Galeries Lafayette à Noël : nous adorons les admirer, mais les prix indiqués ne nous feront pas pousser la porte. »

DONNEES TECHNIQUES

L/l/h (mm) : 5 125 / 2 157 / 1 718 – 5 à 7 places – 2 695 kg – Moteur électrique – Puissance : 360 ch – Couple : 568 Nm – Conso WLTP : 19,5 kWh/100 km – Autonomie WLTP : 632 km – Prix de lancement : 119 427 euros TVAC

L’AVIS DE L’EXPERT EN ECOCONDUITE

Mercedes annonce 20,1 kWh/100 km mais notre conso minimale a été de 26 kWh/100 km, avec une moyenne oscillant entre 44 et 51 kWh/100 km ! La faute en partie au froid de mi-décembre, certes. Mais ce n’est pas le non-sens d’un modèle Mercedes que ceci démontre : c’est le non-sens de la politique européenne, qui oblige les constructeurs à développer de tels monstres énergétiques !

CIM Internet