Paris Match Belgique

Comment le Club Med a (ré)inventé les sports d’hiver

Le Grand Massif Samoëns, dernier né des Clubs de montagne | © Club Med Grand Massif Samoens

Voyages

Si les stations de haute-montagne n’ont pas attendu l’arrivée des congés payés pour profiter des sports de glisse, pour le reste de la France, les sports d’hiver se sont popularisés avec l’arrivée des vacances. Un marché que le Club Med a su conquérir dès ses débuts, et qu’il redéfinit aujourd’hui. 

Lignes épurées, déco design, bar panoramique et piscine extérieure avec vue imprenable sur les pistes : au tout nouveau Club Med de Samoëns, le Grand Massif, on atteint des sommets de luxe et de volupté. Du local à matériel aéré aux chambres douillettes pourvues de baignoires monumentales, le lieu est à des années lumières de l’image que l’on se fait d’une résidence à la neige, entre profusion de bois et vague odeur de chaussettes de ski humides. Pas étonnant, puisque le Club Méditerranée vogue depuis plusieurs années déjà sur un repositionnement haut-de-gamme qui le voit attirer une clientèle toujours aussi familiale mais plus St-Tropez que Bronzés. Ou comment se réinventer pour continuer à dominer un marché que le Club Med a lancé à l’aube des congés payés.

Clin d’oeil aux pistes au restaurant du Club Med Grand Massif

Pionniers

Ainsi que l’explique Eric Georges, patron Benelux du Club Med, les congés payés sont arrivés après la Deuxième guerre mondiale, et dès 1950, le Club ouvrait son premier village sous les palmiers. Avant de se lancer à l’assaut des sommets en 1957. Une évidence : « les sports d’hiver sont au coeur même de l’ADN du Club Med, parce que ce qui se trouve à la fondation du Club, c’est la vie en communauté, sociabiliser et créer des relations mais aussi faire du sport ensemble. Le ski a toujours été extrêmement populaire en France, et c’était donc logique pour le Club Med de s’y implanter ». Avec, à l’époque, un paysage bien différent de celui qu’il est aujourd’hui. « De ce temps là, c’étaient les GO qui donnaient les cours de ski, et au gré des années, ils ont commencé à passer des diplômes de moniteurs puis l’ESF est devenue partenaire du Club Méditerranée. Nous avons contribué à populariser les vacances, et donc automatiquement, quand on a lancé les clubs de ski en 1957, cela a eu le même effet, nous avons été de vrais pionniers. D’ailleurs, si l’ESF est désormais présente dans tous les domaines skiables, pour nous mais aussi pour les autres, cela en fait partie, on a démocratisé tout ça ».

Lire aussi > Quand le luxe atteint des sommets à la montagne

Des chambres design et lumineuses – Club Med Grand Massif Samoëns

Bilan après 60 ans de présence sur les pistes : 25 Clubs à la neige, dont 17 en France, 2 en Italie, 2 en Suisse, 2 au Japon et 2 en Chine. Une expansion internationale qui reflète une évolution du marché. « La France et les villages de montagne se sont ouverts à l’international et attirent désormais des nationalités lointaines. Le Brésil par exemple, mais aussi la Russie, l’Ukraine, la Turquie… Sans oublier Israël : 50% des skieurs du pays viennent au Club, c’est énorme » s’enthousiasme Eric Georges. Qui note que « avant, le ski, on y allait en voiture, mais aujourd’hui on vient en avion depuis tous les pays du monde et le Club Med contribue à attirer les internationaux sur les pistes et donc en France. Le Club Med s’est fait connaître en Angleterre grâce au ski, chaque hiver, la Grande-Bretagne représente plus de 16 500 clients à la montagne ». Des chiffres que la multinationale au trident compte bien voir augmenter grâce à sa stratégie de montée en gamme.

Luxe, calme et volupté

Au sommet

« La montée en gamme s’inscrit dans la stratégie globale du groupe, on veut proposer la meilleure expérience possible, et redéfinir le principe d’all inclusive ». Soit huitres et foie gras en lieu et place des traditionnels buffets tristounets, mais aussi spas et piscines dignes des plus grands hôtels et un personnel aux petits soins, quel que soit l’âge des clients, les plus petits bénéficiant notamment à Samoëns de leur propre restaurant interactif où inviter leurs parents. « Grâce à nos signatures, le Club Med est vraiment incontournable, on est ultra professionnels et on se démarque des autres ». Dans les moindres détails : « chez nous, les clients arrivent le dimanche, donc ils échappent aux embouteillages pour gagner la station le samedi. Les routes sont pour nous… Et les pistes aussi ! ». Et le Club Med en profite pour filer tout schuss : « on table sur une ouverture de village par an, avec un focus sur la régénération en famille, la nature, et la beauté des sites, pour que nos clients puissent profiter de la montagne été comme hiver ». Prochaine ouverture en Europe : les Arcs Panorama, un hôtel avec vue imprenable qu’il faudra encore attendre décembre 2018 pour découvrir.

CIM Internet