Paris Match Belgique

En plein essor, le tourisme LGBTQ veut sortir des clichés

5 à 10% des touristes dans le monde, une clientèle qui "voyage plus fréquemment et possède un pouvoir d'achat au-dessus de la moyenne". | © Pexels : Porapak Apichodilok

Voyages

Des stages de surf au Brésil en passant par les retraites de yoga en Thaïlande, les tours opérateurs multiplient l'éventail des destinations labellisées LGBTQ friendly.

 

"Notre hôtel est aussi ouvert aux hétéros", souligne en souriant le fondateur d'une prospère chaîne d'hôtels gays, alors qu'au salon du tourisme de Berlin, le tourisme LGBTQ - en plein essor et courtisé - cherche à élargir ses horizons.

"Des hôteliers me demandent encore comment devenir 'gay friendly' et pire s'ils doivent, par exemple, distribuer pour cela des préservatifs", se désole Thomas Bömke, directeur d'un cabinet de conseil spécialisé, Diversity tourism. "Je leur réponds que pour être gay friendly, ils doivent juste être tolérants et accueillants, comme avec n'importe quelle clientèle, sans être intrusif. Par exemple, c'est apprécié de demander à deux hommes se présentant à la réception s'ils veulent un lit séparé ou double".

Une brève histoire du tourisme LGBTQ

Au début des années 1970, le tourisme LGBTQ était encore un acte militant et symbolique, un phénomène de société : en 1973, le premier tour opérateur gay emmène quelques clients randonner dans le Grand Canyon. En 1983, toujours aux États-Unis, une première fédération internationale voit le jour, l'IGLTA (The International Gay & Lesbian Travel Association), qui 25 ans plus tard est traitée dans les salons professionnels avec tous les égards, en témoigne son vaste stand à l'ITB (Salon du Tourisme international) de Berlin. L'Organisation mondiale du Tourisme estime dans son rapport de 2016 que les LGBTQ représentent 5 à 10% des touristes dans le monde, une clientèle qui "voyage plus fréquemment et possède un pouvoir d'achat au-dessus de la moyenne" - un constat confirmé à l'AFP par l'IGLTA.

Lire aussi > Les Airbnb communautaires prennent leur revanche

"Quand vous habitez une petite ville ou la campagne, pour rencontrer des partenaires ou faire la fête,vous devez aller loin. Quand vous êtes hétéro, vous pouvez aller au club du coin", renchérit Thomas Bömke. Certaines destinations urbaines sont particulièrement prisées des voyageurs homosexuels depuis des décennies, comme Barcelone et son quartier d'Eixample, rebaptisée "Gaixample" ou celui de Schöneberg à Berlin. C'est dans ces villes que John Julia développe sa chaîne d'hôtel gay, Axel Hotel, où, explique-t-il, "on peut se sentir libre, respecté, en contact avec la communauté gay locale, et pas jugé si on ramène un partenaire chaque nuit".

Pexels

Échapper à l'effet bulle

Au salon de Berlin, ces destinations n'ont pas besoin de faire leur pub, contrairement à d'autres, plus confidentielles, mais toutes aussi pressées d'accueillir plus de touristes LGBTQ. "C'est peu connu, mais la Colombie chez nous est très courue, notamment Bogota qui a une vie nocturne incroyable et de très nombreuses boîtes de nuit gay. Et le reste du pays est magnifique", plaide John Tanzella, président de l'IGLTA. Mais de plus en plus, ajoute-t-il, la communauté cherche la formule idéale, qui consiste à "voyager en toute sécurité mais en échappant à l'effet bulle".

Lire aussi > Pour 1 personne LGBT sur 3, les vacances riment avec souffrance

Des stages de surf au Brésil aux visites guidées de la scène start-up de Tel-Aviv, en passant par les retraites de yoga en Thaïlande, les tours opérateurs multiplient l'éventail des destinations labellisées LGBTQ friendly. Selon une étude de Community Marketing en 2015, les critères de destinations de vacances pour les voyageurs LGBTQ sont avant tout la qualité, le prix et la localisation, comme pour les touristes hétérosexuels. Quant aux familles LGBTQ, elles recherchent avant tout un hôtel adapté aux enfants.

Pexels

Lune de miel et militantisme

L'offre ciblée qui décolle le plus est, selon les professionnels réunis à Berlin, celle du mariage et des lunes de miel : la Californie tente par exemple d'attirer les futurs mariés à travers des campagnes de promotion, consciente des recettes fiscales que peuvent générer ces unions. Mais derrière le florissant développement du tourisme LGBTQ, les professionnels du secteur revendiquent aussi au salon de Berlin une démarche militante, notamment dans tous les pays où ils ne se sentent pas le bienvenus en tant qu'homosexuels, bi ou transgenre.

Lire aussi > Taïwan, pionnier de l'Asie sur les droits LGBTQ

La fédération internationale du tourisme gay et lesbien sponsorise ainsi les plus petites gays prides - "celles qui n'attirent qu'une centaine de personnes" - et a lancé une fondation pour soutenir les initiatives locales dans les pays les moins accueillants. "Par exemple en Ouganda, nous avons un partenaire local, très courageux, qui tente d'organiser des tours LGBTQ... Certes c'est l'un des États les plus homophobes au monde, mais nous aussi on veut voir les gorilles", plaisante, amer, John Tanzella.

Mots-clés:
LGBTQ voyage tourisme
CIM Internet