Paris Match Belgique

À Bierset, un village préhistorique se dévoile sous l’aéroport

Au Préhistomuseum, à Liege Airport et sur le chantier de fouilles de l’aéroport, une exposition des découvertes a lieu du 1er juillet au 9 septembre 2018. | © DR

Voyages

Depuis une quinzaine d’années, les zones contiguës à l’aéroport de Bierset (Liège) font l’objet de fouilles archéologiques systématiques. Aujourd’hui, les premiers résultats des recherches sont exposés. 

Fruit d’une collaboration entre plusieurs partenaires issus de mondes aussi divers que le privé, la gestion des infrastructures et le milieu scientifique, ce programme se révèle également inédit par plusieurs aspects techniques. Il est prévu pour durer jusqu’en 2035. Cette année, les premiers résultats des recherches sont présentés.

Lire aussi > Sibret : Lieu de mémoire et de vieilles légendes aux portes de l’Ardenne

A Grâce-Hollogne et à Flémalle (Mons-lez-Liège), les terrains de 465 hectares qui bordent l’aéroport sont fouillés préventivement depuis le début des années 2000. En 1992 déjà, des premiers vestiges romains et néolithiques ont été découverts par hasard. Après 2000, lors des travaux de l’autoroute toute proche, les fouilles ont mis au jour une partie d’un village daté du Néolithique ancien (culture dite du Rubané), ainsi que des structures de l’Age du fer, gallo-romaines et nettement plus récentes (Première Guerre mondiale).

Des maisons, des silos et des outils découverts

Dans les environs, les découvertes archéologiques se succèdent ou se complètent : la zone est très riche archéologiquement. Sa situation géographique, en bordure de Hesbaye et dans la vallée mosane, et sa proximité avec des sources variées de matières premières lui donnent d’excellents atouts pour l’installation humaine. Une villa gallo-romaine a été mise au jour à Velroux, une des entités de la commune de Grâce-Hollogne, tandis qu’un site mérovingien a été fouillé depuis les années 1965 et que la zone est riche en sites mésolithiques. Suite à un accord en 2014 avec la SOWAER, la société de gestion des aéroports en Wallonie, le projet tel qu’il est développé actuellement prend forme. Aujourd’hui, le travail sur le chantier se poursuit. Les excavations ont dévoilé de nombreux vestiges : une douzaine de maisons, des fosses à déchets, des silos néolithiques ainsi qu’une grande quantité d’outils et de céramiques sont les témoins d’un village rubané daté de 5 000 ans avant notre ère.

Le Néolithique, un changement radical dans le mode de vie des hommes préhistoriques

$Sédentarisation, agriculture et élevage imposent de nouvelles empreintes à la nature. Concrètement, sur le terrain, les traces laissées par l’homme ne se matérialisent parfois que par des différences de couleurs visibles à même le sol. Par exemple, les trous de poteau qui soutenaient la structure d’une grande maison quadrangulaire s’apparentent à des cercles sombres d’environ 30 centimètres de diamètre. Leur agencement au sol montre le plan et l’espace interne de ces maisons, dont la forme est alors identique dans toute l’Europe. À côté de ces habitations, on distingue des espaces qui peuvent être interprétés comme des rues. Des fosses jouxtent les maisons. Elles servent de poubelles. Leur fouille permet de retrouver du matériel et de fournir des prélèvements pour les datations et les autres analyses. Pour l’instant, aucune enceinte, aucun four de potier ni aucun puits n’a été découvert. Mais ce village rubané de dix hectares, l’un des plus grands de Wallonie, n’a pas fini de livrer ses secrets.

Reconstitution d’un habitat néolithique. DR

Des études approfondies

La fouille n’est que la première phase de l’étude d’un site. Viennent ensuite l’étude du matériel mis au jour (via des remontages, dessins, classements, comparaisons, etc.), qu’il soit lithique, céramique ou autre. On recourt également à l’archéozoologie (études des relations hommes-animaux), à la palynologie (étude des pollens et des spores), à la carpologie (étude des restes de graines), à l’anthracologie (étude des charbons de bois) et à la tracéologie (détermination de l’usage de différents outils). Toutes ces disciplines scientifiques apportent leur point de vue aux hypothèses émises par l’archéologie à propos des environnements d’un lieu.

Informations pratiques

Où ? Réalisée par le Préhistomuseum et l’Agence wallonne du patrimoine (AWaP), avec le soutien de la Société wallonne des aéroports (SOWAER) et de Liege Airport, l’exposition sera présentée en trois lieux : au Préhistomuseum, à Liege Airport et sur le chantier de fouilles de l’aéroport, du 1er juillet au 9 septembre 2018.

Quoi ? Plusieurs événements viendront compléter l’exposition : des animations pour les familles, pendant toute la durée de l’exposition ; une journée de démonstrations sur le thème de l’alimentation au Néolithique, par le Centre d’étude des techniques et de recherche expérimentale en préhistoire (les « Chercheurs de la Wallonie »), le dimanche 8 juillet de 10 h à 18 h ; des conférences au Préhistomuseum, les mercredis 18 juillet et 8 août à 20 h ; et des visites du chantier de fouilles, guidées par un archéologue (sur réservation).

Plus d’infos ? www.sousbierset.be

Par Madeleine Brilot

Légendes :.
Traces au sol d’une maison néolithique.

CIM Internet