Paris Match Belgique

Ans, une bourgade aux multiples visages près de la Cité ardente

Le site du fort de Loncin et l’émouvant hommage aux courageux soldats de la liberté. | © DR

Voyages

Du village à la ville. À apprécier durant la nouvelle étape du Beau Vélo de RAVeL.

Situé en bordure de la Cité ardente, le village d’Ans, intégré au domaine épiscopal dès la fin du VIIe siècle, peut se prévaloir d’un riche passé agricole et industriel. Prenant sa source dans la localité, la Légia, ruisseau aujourd’hui couvert et canalisé, fut à l’origine de l’installation humaine tant à Ans qu’à Liège. Il y constitue le premier foyer de développement économique : moulins hydrauliques dès le XIIe siècle, cultures maraîchères et vignobles sur les coteaux dès le XVe siècle.

Passion cyclisme

Depuis une dizaine d’années, des passionnés ont réinvesti ces coteaux ansois exposés plein sud pour y implanter un nouveau vignoble. L’extraction du charbon est, quant à elle, attestée dès 1228, et l’entité figure parmi les principales régions productrices de houille. Elle fut dès lors habitée par une importante population ouvrière qui lui donna le caractère d’un faubourg suburbain. En 1896, on comptait pas moins de quatre charbonnages en activité dans la commune. Aujourd’hui, cette bourgade commerçante aux multiples visages accueille chaque année l’arrivée de la « Doyenne », la course cycliste Liège-Bastogne-Liège. L’étape du Beau Vélo de RAVeL de ce 25 août débute à Alleur par le séduisant château de Waroux, classé depuis 1977. Ouvrant les portes de la Hesbaye, la seigneurie de Waroux dépendait au XIIIe siècle du comté de Looz. Elle joua un rôle important dans l’histoire liégeoise, notamment dans la première moitié du 
XIVe siècle, lors de la fameuse guerre des Awans et des Waroux. Singularisé par sa forme annulaire, le château est constitué de bâtiments disposés autour d’une cour centrale et s’appuyant aux flancs d’une tour de plan carré. Un pont jeté sur les fossés permet l’accès à l’exceptionnelle cour intérieure. Face au château et également classée comme monument, la ferme de Waroux.

Lire aussi > Herbeumont : Les méandres de l’Histoire se forment dans la vallée de la Semois

Plus loin, à quelques coups de pédale du parcours officiel, la ferme-château de Hombroux présente un important ensemble de bâtiments de 1730, groupés autour d’une tour carrée. D’abord propriété de l’évêque de Liège, puis de la cathédrale Saint-Lambert, elle passe ensuite sous l’autorité de l’abbaye du Val-Benoît, avant d’être progressivement aménagée en logements et en bureaux. Après avoir longé le parc d’Alleur, vous vous dirigerez vers le château d’eau de Waroux qui, avec ses 32 m de hauteur, domine les paisibles paysages de la Hesbaye liégeoise. Construite en 1990, sa cuve peut contenir jusqu’à 500 m3 d’eau.

La ferme-château de Hombroux, plus d’informations ici.

Les héros du fort 

La route se poursuit jusqu’au site du fort de Loncin, caché derrière un massif boisé. Construit par le général Henri-Alexis de Brialmont à la fin du XIXe siècle et faisant partie de la ceinture des douze forts destinés à défendre Liège en cas d’invasion allemande, son rôle était surtout de protéger la chaussée Liège-Saint-Trond et la ligne ferroviaire Liège-Bruxelles. Le 4 août 1914, lorsque l’armée allemande franchit la frontière belge, les 550 soldats de la garnison font à leur commandant un terrible serment : « Nous ne nous rendrons jamais ». Engagé dès le 7 août, le fort va subir pendant huit jours une pluie de 15 000 obus et devient la bête noire des troupes allemandes. Le 15 août 1914, le vingt-cinquième obus de la Grosse Bertha défonce la voûte de la poudrière droite qui contient 12 000 kilos d’explosifs – et provoque la destruction du fort, entraînant la mort de 350 hommes. Ils reposent toujours dans ces ruines, devenues leur tombeau.

Lire aussi > À Verviers, un patrimoine exceptionnel se dévoile à vélo

Arrivé à Ans, faites un crochet par la cense dite de Montfort, jadis propriété de l’abbaye du Val Saint-Lambert et rare témoin du passé agricole de la commune. Bâtiment classé, entièrement restauré au début du XXIe siècle sous la houlette de l’ancien Institut du patrimoine wallon, il abrite notamment des logements, des bureaux et une bibliothèque. Vous atteindrez ensuite la nouvelle clinique Montlégia, installée sur le site des anciens charbonnages de Patience et Beaujonc, et dont l’ouverture est prévue en 2019. La balade s’achève à Xhendremael, village résidentiel qui a conservé un cadre rural propice à la flânerie : il abrite un tumulus gallo-romain, l’église Saint-Georges de style néogothique entourée de son cimetière, le presbytère et le château du XIXe siècle, la croix d’occis et la croix des Macrâles, lieu de rendez-vous des sorcières pour mener leur sabbat.

L’étape du Beau Vélo de RAVeL

Le circuit de 28,8 km démarre donc au château de Waroux. Situé dans le village du Beau Vélo dans le parc du château, le stand de l’Agence wallonne du patrimoine (AWaP) proposera des animations ludiques et destinées au jeune public. Elles seront animées par l’équipe du Préhistomuseum.

Visitez la région

Si vous voulez prolonger la visite avec votre petite reine ou à toutes jambes, la « Route des Clochers » vous emmènera à la découverte des nombreuses curiosités de la région. Le circuit cycliste de 52 km et les trois promenades pédestres (3 km, 4,5 km et 5,5 km) sont entièrement balisés. Le fort de Loncin et le château de Waroux proposent un programme d’activités variées pour petits et grands : expositions, visites guidées, animations, etc. Pour plus d’informations : Maison du tourisme du Pays de Liège (www.visitezliege.be).

Le château de Waroux.

Par Florence Pirard, en collaboration avec l’AWaP.

CIM Internet