Paris Match Belgique

La salle de contrôle de Tchernobyl ouvre ses portes aux touristes

chernobyl

Le radar russe DUGA 1 étape du Tchernobyl Tour qui emmène les touristes visiter la zone contaminée. | © MAXPPP

Voyages

Le tourisme à Tchernobyl est-il allé trop loin ?

26 avril 1986. La fusion du cœur du réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl entraîne une terrible explosion, aux multiples conséquences, tant sur le plan sanitaire, écologique, économique que politique. Plus de trente ans après cette catastrophe nucléaire, la plus grande du XXe siècle, la salle de contrôle de ce réacteur est désormais ouverte aux touristes, rapporte CNN. Insouciant ? Cette pièce présente toujours un taux de radiation 40 000 fois supérieur à la normale.

Celles et ceux qui s’aventurent à l’intérieur de la zone haute­ment radio­ac­tive devront porter bien évidemment une combinaison anti-radiation, un casque ainsi que des gants pour visiter brièvement la salle. Cette dernière ne sera observable que 5 minutes afin d’éviter tout risque. Après leur départ, les touristes seront soumis à deux tests de radiologie pour mesurer le taux d’exposition. 

Lire aussi > Il existe désormais une vodka produite dans la zone d’exclusion de Tchernobyl

Depuis la catastrophe, Tcher­no­byl et la ville voisine Pripyat sont au coeur d’une zone d’exclusion. Figé dans le temps, ce vaste territoire condamné de 2 600 kilomètres carrés, interdit au public jusqu’en 2011, a officiellement été définie comme « attraction touristique » par le président ukrainien Volo­dy­myr Zelensky. « Tchernobyl a été un point noir de l’image ukrainienne. Il est temps de changer cela », a déclaré le président élu en mai dernier. « Nous devons montrer au monde cet endroit : aux scientifiques, écologistes, historiens et touristes. »

Théâtre d’une terrible tragédie

Tchernobyl est devenue la nouvelle destination (morbibe) à la mode. Notamment grâce au succès de l’excellente série éponyme de HBO, encourageant bien malgré elle une vague de tourisme vers la zone d’ex­clu­sion. Depuis sa sortie, de nombreux influenceurs et influenceuses en quête de « likes » faciles se précipitent sur les lieux du désastre nuclaire, parfois en petite tenue et sans protection. Une attitude déplacée qui a rapidement provoqué l’indignation de la toile… et du réalisateur de la série. « C’est merveilleux que Chernobyl ait inspiré une vague de tourisme dans la zone d’exclusion. Alors oui, j’ai vu les photos faire le tour du web. Si vous vous y rendez, rappelez-vous qu’une terrible tragédie s’est produite là-bas. Comportez-vous avec respect pour tous ceux qui ont souffert et qui ont été sacrifiés », avait préconisé Craig Mazin sur Twitter.

Lire aussi >  Chernobyl, la série qui fascine et fait réfléchir en Lituanie

« La série de HBO a stimulé de l’intérêt pour Tchernobyl. Tout le monde veut maintenant en voir plus et nous souhaitons satisfaire cette demande », a expliqué Vitaly Petruk, le chef de l’agence d’Etat, cité par Metro. Sergiy Ivanchuk, directeur de Solo Easttours, constate une augmentation de 30% du nombre de touristes par rapport au mois de mai 2018. Les réservations pour les mois de juin, juillet et août ont quant à elles augmenté de 40% depuis la diffusion de la série. Des chiffres qui vont certainement encore évoluer.

CIM Internet