Paris Match Belgique

Dikkenek Guesthouse, l’auberge la plus belge de Thaïlande

Claudy Focan vous accueille à l'auberge Dikkenek (sans Natasha). | © Dikkenek Guesthouse

Voyages

Un petit coin de Belgique sous le soleil thaïlandais. Élodie et Maxime ont ouvert une auberge sur Koh Phangan. Son nom ? Dikkenek Guesthouse.

« Tout plaquer et ouvrir une auberge Dikkenek en Thaïlande ». Si cela peut ressembler à une page Facebook créée aux débuts du réseau social, c’est bien une réalité pour Élodie et Maxime. Ces deux bons vivants du plat pays ont ouvert en janvier dernier une auberge en Thaïlande, intitulée Dikkenek Guesthouse.

Élagueur en Belgique, Maxime a troqué les hêtres contre les cocotiers asiatiques il y a quatre ans. Pour Élodie, le changement est plus récent. Photographe, elle a décidé de partir cet été 2016. "Mon rêve était de faire l’Asie du Sud-Est. (...) Du coup j’ai directement pensé à Max que je venais de retrouver sur Facebook », explique-t-elle. Les deux s'étaient rencontrés sur les bancs de l'école, en deuxième secondaire lorsqu'ils avaient 14 ans. "Nous avions passé une année de folie ensemble puis Max a changé d’école. Nous nous sommes perdus de vue pendant quelques années. Nous nous croisions souvent en soirées sur Bruxelles mais nous avions chacun notre vie de notre côté ». En janvier 2016, Élodie reprend contact avec lui : "Ce fut le début d’une folle aventure. Il m’a répondu directement ». Vol programmé pour juillet/août 2016.

Lire aussi : Bangkok : la capitale de la street food bannit ses restaurateurs ambulants

Finie la grisaille, bonjour le paradis

"Lors de mon voyage en juillet, nous avons trouvé la maison, une petite maison thaï qui ne payait pas de mine. Nous avons eu le coup de cœur directement ». L'auberge, repérée par le blog MacFly Away, contient trois chambres doubles, une chambre dortoir de quatre lits et un potentiel énorme. Pour Maxime, le déclic est réellement arrivé en juillet. "Parce que son visa touristique était arrivé à échéance, et non grâce à moi », dit-elle en riant.

Lire aussi : Testeur de vacances, le métier qui donne envie de travailler

Pourquoi cette île en particulier ? Alors que Maxime était sur Koh Phangan depuis déjà deux ans, c'était un véritable coup de foudre pour Élodie. "Cette île est un réel pouvoir magnétique. Elle possède tellement de facettes : on peut autant y faire la fête que se détendre sur des plages paradisiaques. C’est un véritable atout pour notre auberge et sa visibilité puisqu’elle est idéalement située, près d’une plage et sur la route menant aux célèbres soirées de la Full Moon ».

"On m'a prise pour une folle"

Leurs débuts étaient pourtant très différents. Si Maxime était installé sur Koh Phangan depuis deux ans, ce fut beaucoup plus rapide pour Élodie, au grand étonnement de ses proches. "On m’a prise pour une folle. Tout quitter en Belgique après seulement un mois en Thaïlande. 'Mais Elo qu’est-ce que tu fais ?' 'T’es dingue !' ».

"Retourner en Belgique n’était pas envisageable ni pour l’un ni pour l’autre. Nous voulions vivre simplement loin de cette société de surconsommation". Et quoi de mieux qu'une petite maison "qui ne paie pas de mine" sur une île paradisiaque pour recommencer à zéro ? Six mois plus tard, ses mêmes proches sont fiers et les soutiennent "à 100%". Entre temps, leurs parents et amis leur ont rendu visite. "Ils sont tous repartis apaisés, la larme à l’œil me voyant sereine et épanouie dans ma nouvelle vie ».

Élodie et Maxime t'embarquent dans leur pick-up, si t'es épilée. © Dikkenek Guesthouse

Le nom était une évidence

Ouvrir une auberge à 9 000 km de son domicile après seulement quelques semaines sur place n'est déjà pas chose commune. L'appeler Dikkenek l'est encore moins. "Max a toujours été un grand fan de François Damiens. Il se l’est d’ailleurs fait tatoué sur la fesse, ce qui ne manqua pas d’attirer l’attention de nombreux touristes amusés". Dès lors, le choix du nom apparaissait comme une évidence. Mais ce n'est pas la seule référence à leur pays d'origine. Qui dit Belgique, dit bière. "Nous proposons un choix de bières spéciales belges ». Avec leur emplacement stratégique et leur panneau représentant la tête de Claudy Focan, "notre bar belge ne désemplit pas grâce au passage de francophones », explique Elodie, qui étudie d'autres idées "pour élargir la Belge Attitude sur l'île ».

Et si c'était à refaire ? "On ne change pas une équipe qui gagne, petite perruche ! »

Mots-clés:
thailande auberge dikkenek
CIM Internet