Oasis dans la jungle vietnamienne à Mai Chau

Oasis dans la jungle vietnamienne à Mai Chau

Calme enchanteur et paysages époustouflants à Mai Chau | © CJ

Voyages

Mystérieux, enchanteur et relativement préservé, le Vietnam offre aux voyageurs une parenthèse enchantée. Loin de l’agitation de ses mégalopoles tentaculaires, Mai Chau est une irrésistible invitation à l’évasion. 

 

On vient ici pour se ressourcer, mais aussi pour profiter d’une nature préservée – KW

Hanoi est une fourmilière. Grouillante de monde, de mobylettes et de vendeurs de délices exotiques à la sauvette, elle donne le tournis à tout qui la découvre pour la première fois. S’il serait dommage de passer à côté de ses marchés colorés et de la saveur incomparable de bols de phở parfumés, il est agréable de prendre du répit de son activité frénétique pour mieux s’y replonger une fois ressourcé. Gare toutefois à ne pas la quitter pour un ersatz de retraite au vert : victime de son succès, la région montagneuse de Sapa n’a plus de havre de paix que le nom, défigurée par les bars à karaoké et les auberges bon marché. Aux touristes éméchés et à l’artisanat en série, on préfère le calme majestueux de Mai Chau, enchanteresse vallée de rizières à 135km au Sud-Ouest de Hanoi.

Lire aussi : Voyager durable : et si on mettait de l’éthique dans ses bagages ?

Paysages préservés

Sur les routes cabossées qui mènent à cet écrin de verdure, on voit le paysage se transformer, les magasins criards s’espaçant pour laisser place à des aubettes proposant soupes et grillades pour reprendre des forces pendant le voyage. Car Mai Chau se mérite, et la centaine de kilomètres qui la séparent de la capitale vietnamienne se parcourent en quatre heures. Prémices ô combien appropriés à la découverte d’un endroit où le temps semble s’être arrêté. Le baroudeur aguerri sera ravi de ne croiser que quelques très rares touristes lors de sa visite, la région étant plutôt peuplée de Thaïs Blancs, une minorité ethnique venue de Chine et dont certaines femmes portent encore la tenue traditionnelle. Moment kodak garanti sur fond de champs de riz.

 

Pied-à-terre d’exception

Niché au coeur de la vallée, dans l’écrin formé par les montagnes karstiques aux alentours, le Mai Chau Ecolodge vaut à lui seul la visite dans cet oasis de verdure. Telle un mirage, la piscine se dessine au détour d’un chemin arboré, offrant un rafraîchissement bienvenu après une balade dans la jungle avoisinante, mais aussi et surtout un panorama époustouflant sur le paysage. Troublé uniquement par les bruissements des grouillants, le silence se savoure pieds dans l’eau, agrémenté d’un cocktail. « Ô la belle vie ».

Lire également : L’île Maurice, paradis des millionnaires africains

Luxe & mystère

Une dolce vita que l’on emmène avec soi sur les chemins du village, grâce aux vélos gracieusement prêtés par l’hôtel. La carte de fortune fournie avec les bicyclettes n’étant d’aucune utilité, on fait le pari de se laisser guider par le paysage et les découvertes dont il est jalonné. Si les âmes sensibles ne manqueront pas d’être horrifiées, les aventuriers découvriront avec délice les spécialités locales : porc-épic, blaireau… et chien. Une faute de goût que l’on pardonne bien volontiers aux locaux tant ils sont chaleureux et disposés à remettre sur le droit chemin les touristes égarés. Au coucher du soleil, les rizières se parent de couleurs chamarrées, et le paysage prend des airs de décor de film. Moustiquaire, baignoire de bois massif et douche extérieure, les chambres renforcent l’illusion et on se prend à être transporté dans les fastes d’Indochine. « Luxe, mystère, c’est qu’il n’en faut pas plus pour séduire une femme » s’amusait le personnage joué par Catherine Deneuve. Une immersion à Mai Chau lui donne raison.

CIM Internet